domingo, 17 de maio de 2009

Divergence in both parties’ vision


“Work of memory” issue postpones Bouteflika’s visit to Paris

Algeria and France have agreed on postponing the forthcoming visit of President Abdelaziz Bouteflika to Paris to early next autumn. Such postponement is meant to accurately adjust economic files and the completion of “work of memory” issue, which still hinders efforts towards full normalization of bilateral relationships.
Sources briefed on preparations of the abovementioned visit mentioned that the announcement of French Foreign Ministry on the non fixation of the date of the coming of Bouteflika to Paris, even if it is set to take place as of next June, reflects “divergence in vision” of the two parties in terms of priority issues set on the visit’s agenda.
The same sources told El Khabar that French and Algerian experts supervising the State visit have previously agreed that it would take place in mid-June, yet some technical details on some economic and political files of bilateral relationships in its historical part have proved the existence of divergence in terms of the visit’s priorities.
However, both parties have assumed that nuclear cooperation, set on top of economic agenda, is not mature enough to be approached during Bouteflika’s visit, the same sources indicated.
Furthermore, the issue of work of memory, which Algerian party considers as a priority, does not seem so for Paris, which is still not ready complying with the rapid pace that Algiers wants.

Les forces de l'ordre tentent de disperser une manifestation conjointe RFD-FNDD à Nouakchott


Les forces de police encore fidèles au dictateur Aziz ont tenté, avec échec, de disperser aujourd'hui à Nouakchott une manifestation conjointe du RFD (principale formation politique du pays) et du FNDD (opposé au coup d'état du 6 août 2008), a constaté Mauritanie-web.

Les manifestants tentaient de se regrouper devant les locaux du parlement à Nouakchott pour soutenir le sit-in de protestation des parlementaires anti-putschiste.

L'intervention des forces de police à donné lieu à des échauffourées entre celle-ci et les manifestants qui ont bien résisté face aux coups de matraques et des gaz lacrymogènes.

On rappelle que le général Mohamed Ould Abdel Aziz, chef du Haut conseil d'Etat (HCE) qui a pris le pouvoir après le coup d'état du 6 août 2008 contre le président démocratiquement élu Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, a symboliquement démissionné le 16 avril dernier de ce poste et des fonctions militaires, afin de se présenter à l'élection présidentielle que la junte convoque le 6 juin 2009.

Le RFD et le FNDD rejettent l'agenda électoral "unilatéral" des autorités militaires.

Mauritanie: Une députée passée à tabac par la police du dictateur


La député Ezza Mint Hemmame est entrée en altercations avec des policiers, aujourd'hui lors du sit-in organisé par le RFD et le FNDD (partisans du retour à l'ordre constitutionnel). L'inspecteur de police qui supervise la répression du sit-in a donné l'ordre à ses subalternes de frapper la députée.

Des policiers se sont alors dirigés vers la parlementaire en lui proférant des insultes avant de la passer à tabac, selon des sources journalistiques. La député aurait reçu des policiers « des coups de genou et des coups de poing » mais elle a refusé de quitter le sit-in malgré son état critique.

La police est devenue nerveuse depuis la multiplication des manifestations opposées au régime de Aziz.

Le journaliste Mohamed Ould Zeine échappe à une tentative de meurtre




Reporters sans frontières exprime son indignation suite à la tentative de meurtre dont a été victime, dans la soirée du 12 mai 2009, le rédacteur en chef du quotidien indépendant arabophone El Wattan et présentateur vedette de Radio Mauritanie, Mohamed Ould Zeine.

"Une agression aussi violente contre un professionnel des médias est rare en Mauritanie. Les autorités doivent prendre cet incident très au sérieux et mener une enquête exhaustive pour retrouver les coupables le plus rapidement possible. Si cette investigation n'aboutit pas à des résultats probants, nous serions en droit d'être très inquiets quant à la possibilité pour les journalistes de faire leur travail d'information en toute sécurité, à la veille de l'élection présidentielle prévue le 6 juin et décisive pour le peuple mauritanien", a déclaré l'organisation.

Le 12 mai, aux alentours de minuit, alors qu'il venait de présenter son bulletin d'information à Radio Mauritanie, Mohamed Ould Zeine a reçu sur son téléphone portable un appel masqué d'un inconnu qui prétextait qu'un de ses amis avait besoin d'aide. Le journaliste est sorti des locaux de la radio et s'est dirigé vers le lycée national avant de voir deux personnes armées de battes de baseball sortir d'une voiture et venir vers lui.

Le journaliste a immédiatement rebroussé chemin mais les agresseurs ont réussi à le rattraper et l'ont roué de coups. Essayant tant bien que mal de se protéger le visage, le journaliste a également reçu plusieurs coups de couteau aux mains. Les assaillants lui ont également asséné des coups aux jambes et lui ont frappé la tête contre un mur. Mohamed Ould Zeine s'est alors évanoui. Le croyant mort, les agresseurs ont pris la fuite. En plus de nombreux hématomes, le journaliste est grièvement blessé à la main gauche.

L'Ambassadeur de France à un dirigeant du Front: "la France est fermement opposée à l'agenda unilatéral".


Lors d'une audience accordée à un haut dirigeant du Front aujourd'hui, l'Ambassadeur de France à Nouakchott, Monsieur Michel VANDEPOORTER, a réaffirmé la position de son pays: « la France est fermement opposée à l'Agenda unilatéral et elle l'a fait savoir de vive voix au général Mohamed Ould Abdel Aziz. Toute solution à la crise actuelle se doit d'être globale, consensuelle et durable. »

Une telle solution passera fort probablement par l'organisation d'élections présidentielles transparentes et crédibles. Cela supposera de se donner le temps nécessaire pour les préparer dans les meilleures conditions de rigueur et de sérieux. Il faudrait en particulier pour que l'Union Européenne accepte de les superviser que ses observateurs soient en place dès le début et surtout avant la mise en place de la commission électorale indépendante. De telles élections ne seraient envisageables, toujours selon Monsieur l'Ambassadeur, qu'après les vacances d'été.

La France, rappelle l'Ambassadeur, a gelé sa coopération bilatérale et a participé à la décision de l'Union Européenne de suspension de la coopération prévue par l'Accord de Cotonou.

L'Ambassadeur affirme, par ailleurs, que la France n'a pas changé de position de principe mais que ses rapports et sa proximité avec la Mauritanie l'obligent à lui donner des expressions qui peuvent parfois être mal interprétées.

En fin l'Ambassadeur a précisé au représentant du Front que la France n'a aucun contentieux avec le FNDD dont les dirigeants sont reçus à l'Ambassade, au Quai d'Orsay et à l'Elysée à chaque fois qu'ils en expriment le désir.

MAURITANIE-COUP D'ÉTAT


Communiqué RFD / FNDD

Par sa déclaration publique faite aujourd'hui indiquant son refus de renoncer à son agenda unilatéral, le général Mohamed Ould Abdel Aziz dévoile son intention de saboter la médiation sénégalaise et de l'Union africaine
En conséquence, le RFD et le FNDD, qui ont démontré leur disponibilité au dialogue et à l'élaboration d'une solution consensuelle, considèrent que l'échec éventuel de cette initiative relèvera de l'unique responsabilité du général Mohamed Ould Abdel Aziz.

Nouakchott, le 14 mai 2009
Les Directions de la Communication du RFD et du FNDD

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC-COMÉDIE DU MAKHZEN


Le Maroc en quête de carte blanche


En 2009, avec les nouvelles élections locales du mois de juin, le politique devrait céder le pas à l'économique. Or, les partis politiques marocains en sont encore à se positionner en termes de nombres de portefeuilles et non pas en matière de programmes. La crise économico-financière dont le gouvernement cache encore les conséquences au public marocain sera terrible dans les mois et peut-être les années qui viennent. Les technocrates choisis par le roi pour gouverner le pays ont misé sur des investissements étrangers freinés par le climat de crise actuelle. Les partis historiques traversent une crise de popularité susceptible de les éloigner des bonnes grâces du souverain et ne pensent plus qu'aux "quotas" de portefeuilles dans les gouvernements prochains. C'est vrai que ces partis n'ont aucun pouvoir en réalité et ne peuvent pas agir en "sauveurs du pays" étant donné leurs maigres moyens mais ils demeurent tout de même responsables devant leurs engagements historiques en tant que partis politiques.

L'USFP est dépassée, l'Istiqlal est déconnecté. Ils doivent démontrer cohésion et proposer des voies concrètes pour restaurer la confiance et s'imposer en intervenant localement sur les dossiers qui fâchent les Marocains. Le PJD se prépare pour le rendez-vous de juin tout en se récupérant des coups reçus du palais dans les derniers mois pour lui rappeler qui commande dans ce pays. Bref, les partis classiques sont en crise depuis belle lurette, ce qui a créé un terrain fertile pour les partis à tendance religieuse, le PJD, mais surtout à l'association Al Adl Wal Ihsan, d'Abdeslam Yassine. Cette dernière pourrait avoir le meilleur score si elle décide de participer dans les prochaines élections.

Le Maroc est une vaste cuisine où il y a mille casseroles sur le feu. Certains soufflent sur le feu pour faire brûler les casseroles et profiter de la situation ainsi créée. D'autres surveillent le feu de peu de le voir tout dévorer, surtout leurs privilèges. Mais la majorité attend patiemment que les casseroles soient prêtes donnant naissance à un "calme plat" qui traduit en réalité une période de profondes incertitudes ou inquiétudes face à l'avenir, non seulement pour les partis politiques, mais d'abord, pour l'ensemble des acteurs influents, économiques et sociaux, dans un contexte de crise économique majeure qui frappe l'Europe, premier partenaire économique du pays, mais aussi dans un contexte de changements profonds et inévitables qui s'imposent à la société comme à l'économie du pays.

Le roi profite de l'adhésion de tous les partis politiques et leur soutien pour gagner la bataille du Sahara. C'est ce que les Marocains appellent "consensus et unité autour du roi pour défendre l'intégrité territoriale du Maroc". Une devise exploitée depuis plus de 34 ans et qui devient usée. Mais les pièces de rechange ne manquent pas. Le palais peut continuer à crier au loup du terrorisme pour assurer le soutien des puissances occidentales et la chasse aux sorcières orchestrée contre une soi-disant infiltration de la doctrine chiite au Maroc.

Ni la situation économique ni sociale ne tracasse le palais. Son seul intérêt et regard se situe au Sahara Occidental. La seule question qui tourne dans les têtes pensantes marocaines est comment en finir avec le dossier du Sahara Occidental, qui après 34 ans de conflit et des centaines de milliards de dépenses militaires, continue à perturber tout le climat social et politique dans la société marocaine. Par conséquent, la création du nouvel acteur politique, le PAM, Parti d'Autheticité et Modernité, aura pour objectif de jouer un rôle essentiel, au point de vue des autorités marocaines, pour démontrer que le Maroc a l'intention d'appliquer son projet d'autonomie et de régionalisation, mais il faut lui donner le temps. Bref, gagner encore un peu de temps et faire patienter la communauté internationale qui est fatiguée de voir ce conflit traîner au fil des années sans solution et un risque permanent de retour aux armes.

La désignation d'un sahraoui d'origine à la tête de ce parti est un signe d'un plat qui se prépare dans l'interminable feuilleton des moyens d'obstruction marocaines pour empêcher le peuple sahraoui de se prononcer sur son avenir. Depuis son élection, Mohamed Cheikh Biadillah ne jure plus que par la régionalisation dont l'application, à son avis, devrait commencer par ce qu'il appelle les "provinces sahariennes".

Rabat fait semblant de vouloir octroyer l'autonomie aux saharouis qui, eux, ne la demandent pas. Par contre, les courants amazighs qui revendiquent plus de décentralisation, sont jetés dans la prison. Rappelons-nous de l'histoire de Khiyar, militant pour les droits des Berbères, incarcéré sous l'inculpation de trafic de stupéfiants et complot avec les services secrets espagnols. Incroyable mais vrai !

Ce n'est pas nouveau. Des sahraouis aussi, on dit qu'ils sont liés à la nebuleuse d'Al Qaida. Récemment, le 12 mai 2009, le ministère de l'intérieur marocain a annoncé le démantèlement d'une cellule salafo-jihadiste composée de 8 personnes qui opérait dans au moins trois villes sahraouies : El Aaiun, Guelmim et Boujdour. C'est la réponse de Rabat aux derniers rapports sur ses violations des droits de l'homme au Sahara Occidental. Une voie choisie comme moyen de demander carte blanche à ses alliés occidentaux et continuer à défier la légalité internationale.

http://diasporasaharaui.blogspot.com

Plus violeurs qu'Andrew Warren !


Warren apparaît aujourd'hui comme un bien piètre violeur comparé aux soldats marocains.

Andrew Warren. Ce nom ne vous rappelle-t-il rien ? Warren c'est bien ce fameux violeur de la CIA qui s'était "rosement" signalé chez nous en abusant de deux femmes. Paraît-il, deux apprenties Mata Hari, pas tout à fait algériennes, selon Zerhouni.

Et bien, ce Warren apparaît aujourd'hui comme un bien piètre violeur comparé aux soldats marocains portés, eux, sur les mineures tiers mondistes. Ainsi, deux sous-officiers des forces armées royales, l'adjudant-chef Mustapha Ghaloui et le sergent Abderrahim Attafi, se trouvent entre les mains de la police nigérienne après une plainte pour viols contre une fillette de 14 ans et… un garçon de 15 ans. Il est vrai que dans l'austère Niger on ne pratique pas le tourisme sexuel.

En tout cas, Warren, lui, ne prenait pas ses victimes au berceau et distinguait parfaitement les sexes. Mais, contrairement à ses employeurs de la CIA qui avaient choisi d'ébruiter l'affaire, les diplomates marocains au Niger font tout pour étouffer le scandale.

C'est que les soldats marocains n'en sont pas à leur première vilénie. Ils ont fini par se bâtir une réputation aussi honteuse que leur "mur de la honte". Là où ils vont, ils violent. Ils le font sous la casquette onusienne, dans le cadre de l'ONUCI, de la MONUC. Ils ont violé pêle-mêle filles comme garçons, tous des mineurs, au Congo, en Côte d'Ivoire, en Bosnie. Partout ils ont fait l'objet de plaintes.

Un comportement plutôt bestial mais en deçà quand même de ce qu'on a fait subir aux Sahraouis. Car, dans l'ancienne colonie espagnole, les Marocains sont colonisateurs en plus d'être des violeurs. Dans sa résolution d'avril dernier sur le Sahara, le Conseil de sécurité demandait à Ban Ki-moon de "prendre les mesures voulues pour faire pleinement respecter par la Mission (MINURSO) la politique de tolérance zéro instituée par l'ONU concernant l'exploitation et les violences sexuelles". Au Sahara occidental, on assaisonne le viol de tortures. Chose désormais notoire et, dernièrement, il a fallu que Paris s'en mêle pour bloquer un texte onusien sur les atteintes marocaines aux droits humains au Sahara occidental. "Si tu n'as pas de pudeur, tu peux faire ce que bon te semble", disait notre Prophète (QSSSL).

MAROC-ARMÉE D'OCCUPATION-RÉALITÉ ET FANTAISIES


Un scandale sous l'egide de l'ONU
Des casques bleus marocains violent des mineurs nigériens

Deux militaires marocains relevant du bureau militaire de l'ambassade du Maroc au Niger, en l'occurrence : l'adjudant-chef Mustapha Ghaloui et le sergent Abderrahil Attafi, respectivement secrétaire et chauffeur au niveau dudit bureau, ont été interpellés par la police nigérienne pour viol contre des mineurs (filles et garçons). L'interpellation a eu lieu à la suite d'une plainte déposée par les parents des deux victimes, Djamila Hama 14 ans et le dénommé Hassan, 15 ans. Des diplomates marocains au Niger avaient tenté, à travers plusieurs démarches auprès de leurs relations à Niamey, d'étouffer l'affaire qui avait éclaté au mois de mars dernier.

Il ne s'agit pas là du premier incident du genre pour les Marocains. L'historique des militaires et plus précisément des casques bleus exerçant sous l'égide de l'ONU est déjà lourd d'affaires de viols et d'abus sexuels contre des mineurs dans les pays africains où ils exerçaient.

Bien avant l'affaire du Niger, un rapport interne de l'Onu et des témoignages ont fait ressortir l'implication directe de militaires des contingents marocains exerçant dans les opérations du maintien de la paix au Congo, en CÖte D'ivoire et en Bosnie et leur inculpation pour viol à l'encontre de jeunes femmes généralement des mineures âgées de 13 et 14 ans.

En Côte d'ivoire, le contingent marocain comptait 730 éléments sur les 9 000 militaires de 40 pays que comptait la mission de l'ONU. Les soldats marocains ont été soupçonnés d'abus sur un grand nombre de mineurs du pays. Hamdoun Touré, porte-parole de la mission de l'ONU en côte d'Ivoire (ONUCI) a déclaré à cet effet, que le scandale avait éclaté à la suite d'une campagne menée contre l'exploitation sexuelle au cours de laquelle l'ONUCI a invité la population locale à dénoncer tout cas d'abus.

Au Congo, six soldats du contingent marocain ont été poursuivis pour des abus sexuels sur mineurs. Dans le cadre d'une enquête dans cette affaire, le commandant du contingent marocain de l'organisation des Nations unies au Congo (MONUC) et son adjoint, avaient été relevés de leurs fonctions. Sur les 17 militaires marocains impliqués, quatre avaient été identifiés par leurs victimes. Deux autres militaires ont été identifiés suite à une deuxième plainte.

Le viol et l'abus sexuels contre les femmes et les enfants ne sont pas nouveaux dans les mœurs des militaires marocains. Le registre des victimes dans les territoires occupés s'est alourdi en 30 ans d'occupation marocaine. La dernière victime connue a été la jeune fille de 16 ans qui a été violée à deux reprises par un officier de la police marocaine et ses sbires. L'affaire remonte au mois de mars dernier. Mais quand il s'agit de violeurs travaillant sous l'égide de l'ONU...

Rabat fait dans la diversion



Les Marocains expulsés d'Algérie font dans l'agitation
Quand Rabat fait dans la diversion



Devant les échecs successifs de sa demande de réouverture des frontières algéro-marocaines, en raison de son refus de traiter de manière globale tous les contentieux en suspens entre les deux parties, le Maroc use de manœuvres pour mettre la pression sur Alger, comme cet appel des Marocains expulsés d'Algérie en 1975 à l'Union européenne pour une reconnaissance internationale de leurs cas.

Faisant la sourde oreille aux propositions algériennes de résoudre l'ensemble des contentieux autour d'une table, en laissant le soin à l'Organisation des Nations unies de régler le conflit du Sahara occidental, le Makhzen persiste dans sa fuite en avant.
Non seulement, il ne rate aucune occasion pour impliquer l'Algérie dans le dossier sahraoui, mais veut également obtenir des solutions uniquement à son avantage dans tous les dossiers en suspens. En effet, Rabat exige la réouverture sans conditions des frontières et l'indemnisation des Marocains expulsés d'Algérie en 1975, sans toutefois offrir quelque chose en contrepartie. Pour remettre au goût du jour cette affaire, les manœuvriers de Mohammed VI n'ont pas trouvé mieux que de vouloir l'internationaliser à travers l'appel lancé des Marocains expulsés d'Algérie à l'Union européenne pour une reconnaissance internationale de leur cas. Mieux, ils exigent excuses officielles de la part des autorités algériennes. Toute honte bue, les autorités marocaines encouragent cette initiative, alors qu'elles refusent que les Algériens spoliés de leurs terres et biens au Maroc, recouvrent leurs droits.
Il faut dire qu'ils sont nombreux, car l'opération de spoliation a été entamée dés 1963, au lendemain de la "guerre des sables", et s'est accentuée au début des années 70, avec l'apparition du conflit du Sahara occidental, sans oublier les quelque 70 000 Algériens, dont 14 000 inscrits auprès des services consulaires, qui ont été dépossédés de leurs biens en 1994, après l'attentat terroriste contre un hôtel de Marrakech. Rabat avait voulu le mettre sur le compte de l'Algérie, alors que par la suite la réalité des faits a démontré qu'il a été l'œuvre de djihadistes, dont des Marocains. Il y a lieu de rappeler que le Maroc a officialisé son implication directe dans l'opération de spoliation des Algériens de leurs biens immobiliers et mobiliers en 1973 à travers le décret (dahir) numéro 1.73.213 et daté du
2 mars, relatif "au transfert à l'État de la propriété des immeubles agricoles appartenant aux personnes physiques étrangères et aux personnes morales".
Ce texte de loi sera la base juridique pour d'autres mouvements de dépossession des Algériens, en particulier, et des étrangers, de manière générale dans le cadre de la marocanisation des terres agricoles. En fin de compte, il n'a été appliqué qu'aux seuls propriétaires algériens. Ainsi, des milliers d'Algériens résidant à Guercif, Agadir, Taza, Oujda, Berkane, Casablanca, Nador et Fès ont été dépossédés de leurs terres. Ces biens, ainsi que les propriétés reprises en 1963 sont toujours sous séquestre. Ils sont gérés par un organisme d'Etat, la Sogeta. Pourtant, le traité d'Ifrane, signé le 15 janvier 1969, prévoit de conférer à une commission mixte paritaire les compétences nécessaires pour "régler tout problème pouvant naître" de l'application de la convention d'établissement de 1963. Cette convention sera renforcée par un protocole annexe au traité d'Ifrane, la modifiant et la complétant. L'article 5 de cette convention consacre le principe du libre exercice des droits économiques et l'égalité fiscale.
Il assimile même les ressortissants des deux États aux nationaux de chacun des deux pays. Malheureusement, le Maroc a violé tous ces accords et refuse au jour d'aujourd'hui de rétablir les Algériens dans leurs droits, mais ne veut par contre pas appliquer la réciprocité. Au lieu de s'agiter de manière intempestive, Rabat devrait s'asseoir autour d'une table de négociations, comme le demande Alger, pour aplanir définitivement tous les différends, une bonne fois pour toutes.

L'Algérie considère que l'affaire n'est que « l'arbre qui cache la foret » Le Maroc parle d'un dialogue bilatéral autour de l'ouverture de la frontièr


Le Gouvernement marocain a fait état de contacts entre l'Algérie et le Maroc pour la réouverture des frontières terrestres entre les deux pays. L'Algérie, quant à elle, considère que le Maroc aborde la question du coin de l'arbre qui cache la foret, et exige nombre de conditions, principalement sécuritaires, pour répondre favorablement au souhait du Maroc de voir les frontières réouvertes.
Le ministre de la communication, porte parole du Gouvernement, M. Khalid Naciri, a rappelé, avant-hier, au nom du gouvernement marocain, que le problème des frontières « était une affaire sérieuse qui concernait les relations fraternelles futures entre les deux peuples algérien et marocain ». Les agences de presse marocaines ont rapporté ses réponses aux déclarations du ministre de l'industrie Hamid Temmar, sur l'existence d'un dialogue entre les deux pays concernant cette affaire. M. Khalid Naciri a déclaré, dans ce cadre, que le Maroc appréhendait ses relations avec l'Algérie sous tous les angles et avec sérieux, y compris l'affaire de la réouverture des frontières terrestres »
Les autorités algériennes posent des conditions préalables sur un accord de réouverture des frontières et le rétablissement des relations avec le Maroc, avec en tête l'organisation d'un referendum d'autodétermination pour les sahraouis qui serait supervisé par les nations unis, et l'obligation des marocains à contrôler leurs frontières contre les dangers de la drogue de la contrebande et du terrorisme. L'Algérie considère de ce point de vu,que l'insistance de Rabat sur la question des frontières est l'arbre qui cache la foret,c'est-à-dire que cette demande néglige des questions à l'instar des solutions à la crise qu'a déclenché l'affaire de l'attaques contre l'hôtel de Marrakech en 1994.

La visite officielle en France du président algérien Abdelaziz Bouteflika a été reportée sans explication


Le chef de l'Etat algérien ne se rendra pas en visite officielle en France en juin, comme il avait été initialement convenu entre Paris et Alger. Ce déplacement a été repoussé sine die. Aucune date précise n'a encore été arrêtée, mais l'agenda des présidents français et algérien ne devrait pas permettre que cette visite puisse se dérouler avant décembre prochain.

Nouveau coup de froid entre Paris et Alger ? Des deux côtés, on s'en défend avec vigueur, en invoquant de "simples problèmes de calendrier". Le 15 juin avait d'abord été retenu, puis le 2 juin, sans qu'aucune de ces dates ne soit confirmée officiellement.

"Cet ajournement n'est pas politique. Même si la relation franco-algérienne est, comme d'habitude, passionnelle et difficile, il n'y a aucun problème sérieux, à l'heure actuelle, entre les deux pays", indique-t-on de source française. Même écho à Alger où l'on souligne qu'il vaut mieux "réfléchir plutôt que de précipiter" une telle visite.

De tous les motifs de discorde - "mémoire et repentance", Sahara occidental, visas, affaire Sophie Scharbook, cette fillette enlevée à son père -, aucun ne semble être la cause de ce report. L'hypothèse la plus vraisemblable est que les autorités algériennes souhaitent laisser passer du temps entre la réélection de M. Bouteflika à la tête de l'Algérie, le 9 avril, et sa visite officielle en France. Le mois dernier, le chef de l'Etat algérien a été reconduit pour un troisième mandat avec plus de 90 % des voix et une participation de 74 %, selon les résultats officiels. Des taux dénoncés par l'opposition algérienne, qui a crié à la fraude et la manipulation.

"A Alger, on a été choqué et mécontent de la façon dont les médias français ont critiqué la réélection de M. Bouteflika", indique-t-on à l'Elysée, tandis qu'au Quai d'Orsay on admet que "les autorités algériennes puissent préférer attendre pour que soit oublié le 9 avril".

TOURNER "LA PAGE NOIRE"

Pour sa part, Jean-Marie Bockel, le secrétaire d'Etat à la défense et aux anciens combattants, maintient, comme prévu, sa visite de deux jours à Alger, les 13 et 14 mai, dans l'optique de celle qu'effectuera en France le président Bouteflika. Coopération militaire, dossiers d'armement (en particulier la vente de frégates françaises à l'Algérie), loi sur les victimes des essais nucléaires et statut des anciens combattants algériens de l'armée française seront à l'ordre du jour de ce déplacement.

Au total, 200 000 soldats algériens ont en effet été mobilisés pendant la première guerre mondiale, 150 000 pendant la seconde, et 9 000 en Indochine. Ce n'est qu'en 2007 que la France a décidé de revaloriser les pensions militaires de ses anciens combattants originaires des ex-colonies : 36 000 Algériens ont ainsi vu leur retraite s'aligner sur celle de leurs frères d'armes français (500 euros par an au lieu des 100 euros qu'ils touchaient jusque-là).

De "repentance", il ne devrait pas être question lors de cette visite de M. Bockel. Il y a quelques jours, à l'occasion des commémorations du 8 mai 1945 (date des massacres de Sétif qui ont fait des dizaines de milliers de morts algériens), le président Bouteflika a prôné "une voie originale" (sans préciser laquelle), pour tourner "la page noire" de l'histoire des deux pays et "surmonter les traumatismes causés au peuple algérien par l'Etat colonial français".

Bien que ferme, le ton de M. Bouteflika a paru beaucoup plus mesuré que ces dernières années.

SELON LE JOURNAL LE MONDE: La visite de Bouteflika à Paris serait reportée


Jusqu'à hier, aucune source diplomatique algérienne n'a confirmé l'annulation de la visite officielle du Président Bouteflika prévue le 4 juin prochain.

La visite officielle que devra effectuer le Président Bouteflika en France, en juin prochain, serait reportée, selon le quotidien français Le Monde. «Cet ajournement n'est pas politique. Même si la relation franco-algérienne est, comme d'habitude, passionnelle et difficile, il n' y a aucun problème sérieux, à l'heure actuelle, entre les deux pays», a écrit le journal français s'inspirant d'une source française.
Malgré donc la bonne préparation de cette visite officielle tant attendue des deux rives, la rencontre entre MM.Sarkozy et Bouteflika n'aura finalement pas lieu. Côté français, on indique que cette visite est repoussée «sine die», autrement dit, aucune date n'est prévue pour l'instant, arguant du fait que les agendas des deux présidents ne «devraient pas permettre que cette visite puisse se dérouler avant décembre prochain». Comme on tient à réfuter tout nouveau coup de froid entre Alger et Paris, se contentant d'invoquer de «simples problèmes de calendrier». Côté algérien, la tendance est plutôt à mieux «réfléchir plutôt que de précipiter» une visite dont on espère tant.
Mais déjà des dossiers chauds chahutent la rencontre entre MM.Bouteflika et Sarkozy, entre autres, la question de la «mémoire et repentance», celle du Sahara occidental, l'affaire Sophie Scharbook ou la problématique des visas.
A ce titre, «l'hypothèse la plus vraisemblable est que les autorités algériennes souhaitent laisser passer du temps entre la réélection de M.Bouteflika, le 9 avril, et sa visite officielle en France», estime Florence Beaugé du Monde.
Jusqu'à hier, aucune source diplomatique algérienne n'a confirmé l'annulation de la visite officielle du Président Bouteflika prévue le 4 juin prochain. On n'a donc reçu aucune explication sur cet éventuel report.
Pourtant, cette visite a bel et bien été confirmée par le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci. Le 23 avril dernier, il a affirmé à Alger, que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a accepté le principe de l'invitation que lui a adressée le président français, Nicolas Sarkozy, pour effectuer une visite d'Etat en France.
«Chacun de nous sait que le président Sarkozy a annoncé une invitation pour une visite d'Etat au président de la République, qui en a, bien entendu, accepté le principe», a déclaré M.Medelci à la presse en marge de l'audience qu'il a accordée au président de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale française, M.Axel Poniatowski.
«Nous sommes en train de travailler, de part et d'autre, sur les questions qui pourraient être évoquées à l'occasion de cette visite», a-t-il ajouté. Il a relevé, à cet égard, que les relations avec le partenaire français sont «importantes», indiquant que «toutes les questions ont un point spécifique qui leur est propre, compte tenu de l'envergure de la relation algéro-française». Le chef de la diplomatie algérienne a ajouté que ces questions sont notamment liées à la communauté algérienne établie en France ou à la circulation des personnes et relatives aux investissements français en Algérie, qu'il a souhaité voir «plus diversifiés». Dans un message lu en son nom à Sétif, à l'occasion de la célébration du 8 Mai 1945, anniversaire du massacre commis en cette date par l'armée coloniale, le Président Bouteflika a prôné la semaine dernière une «voie originale» pour tourner «la page noire» de l'histoire avec la France et «surmonter les traumatismes causés au peuple algérien par l'Etat colonial français».
Pour lui, cette «voie originale» permettra d'établir «entre l'Algérie et la France, entre le peuple algérien et le peuple français, des rapports authentiques d'amitié sincère et véritable dans une coopération où chacun trouvera son intérêt et des raisons d'espérer dans l'avenir».

Visite de Bouteflika en France: les raisons d'un report


Le président Abdelaziz Bouteflika n'ira pas en France en juin prochain. Jeudi, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangère a confirmé le report de ce déplacement annoncé au lendemain de l'élection présidentielle du 9 avril. « Aucune date n'a été fixée pour cette visite, même si le mois de juin a été évoqué. Nous travaillons avec les autorités algériennes à sa préparation », a-t-il indiqué au cours d'un point de presse.

Selon une source diplomatique française, le report de la visite a été décidé, début mai, à la demande de la partie algérienne. Selon des informations recueillies par tsa-algerie.com

de sources concordantes, le président Bouteflika n'a pas souhaité se rendre en France en juin prochain essentiellement pour trois raisons.

La première est liée au soutien apporté par la France au Maroc lors de la dernière réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur le dossier du Sahara occidental. Le 30 avril dernier, le représentant français à l'ONU avait bataillé fermement contre un texte de résolution élargissant le mandat du contingent des casques bleus au Sahara occidental (Minurso) à la surveillance des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés et dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf. Le Front Polisario, qui administre les camps de Tindouf, était favorable à cet élargissement. Mais Rabat, accusé de violer les droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés, était opposé à une telle surveillance.

La position française n'a pas été officiellement critiquée par Alger. Mais elle a été perçue comme une provocation d'autant que le Parlement européen et plusieurs ONG internationales de défense des droits de l'homme avaient appelé à un tel élargissement du mandat de la Minurso.

L'autre raison est liée aux nombreux dossiers qui empoisonnent les relations bilatérales : affaires des enfants issus de mariages mixtes -notamment celui de la fillette Sophie Scharbook-, la mémoire et la repentance de la France pour les crimes coloniaux, l'immigration et la circulation des personnes, le durcissement des conditions d'investissement étranger en Algérie qui touchent fortement les groupes étrangers...Les deux présidents souhaitent aboutir à des solutions sur au moins une partie de ces dossiers avant d'envisager une rencontre.

Enfin, le traitement par les médias français de la présidentielle du 9 avril avait fortement surpris et choqué au sommet de l'Etat algérien. La presse française a été unanime à présenter l'Algérie comme un pays qui s'éloigne à la fois du progrès et de la démocratie. Au lendemain de l'annonce des résultats, ces médias avaient évoqué une fraude massive et un taux de participation très loin de la réalité observée sur le terrain.

Dans ce contexte, un voyage à Paris en juin, après seulement deux mois de l'élection présidentielle était à haut risque pour le président Bouteflika d'autant que ce déplacement avait pour but de donner une légitimité internationale à sa réélection pour un troisième mandat.

Une organisation française interpelle l'ONU


Une organisation française interpelle l'ONU

18 ans après, la mission de la Minurso n'est toujours pas accomplie
Une organisation française interpelle l'ONU


L'Apso, organisation française d'amitié internationale, très attachée aux valeurs des droits de l'homme qui fondent notre République avait, comme de nombreuses organisations (Amnesty International, HRW…) demandé l'extension du mandat de la Minurso à l'observation du respect des droits humains des Sahraouis. Parce que non seulement le référendum n'a toujours pas eu lieu, mais encore les Sahraouis restés sur leur terre au Sahara Occidental, occupé par le Maroc, subissent les poncifs de tout colonisateur déterminé à éliminer l'autochtone gênant : torture physique et psychologique, viol, atteintes aux libertés d'expression, atteintes aux droits des enfants, incitations tacites à la consommation d'alcool et de drogue… Le Conseil de Sécurité n'a pas entendu cet appel international à étendre le mandat de la Minurso. Le Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations unies que l'on pourrait naïvement mais éthiquement penser désirer le maximum pour la plus grande magnificence de son but, la paix… n'a pas validé notre demande que soit dénoncés et arrêtés les actes inhumains commis au Sahara Occidental. Hélas, pour notre dignité de Français, c'est la voix de la France qui a interdit cette extension. Et c'est la France seule qui soutient le projet d'autonomie proposé par le Maroc. Le gouvernement français a-t-il oublié qu'ici on accueille, on partage, on se mélange, pour nous représenter d'une façon aussi paradoxale et tellement à l'encontre de la légalité internationale ? Dans la question du Sahara Occidental, la position du gouvernement n'est pas digne de notre pays. Il n'affiche qu'un schisme entre valeurs et paroles, entre ce que l'on est et porte aux yeux du monde, et ce dont on est complice. Ou alors, le gouvernement français ne représente pas les Français solidaires, respectueux des valeurs de la République, notre berceau des droits de l'homme ? L'histoire du Sahara Occidental, des Sahraouis, est celle d'une décolonisation à faire. Il n'y aura simplement pas deux poids deux mesures sur base d'amnésie et d'intérêts fondamentalement inavouables. L'ONU n'a-t-elle pas été créée, entre autre, pour que nous restions vigilants à garder les souvenirs amers des actions colonialistes et tout faire pour que cette abjection humaine disparaisse et nous rende notre dignité ?

SAHARA OCCIDENTAL-USA


Position ambivalente US sur le Sahara occidental

Le Pr Yahia Zoubir décortique la politique maghrébine des USA
La position ambivalente US sur le Sahara occidental



L'évolution du dossier sahraoui dépendra de la relation du tandem franco-américain. Alors qu'il est, selon le professeur Yahia Zoubir qui animait une conférence au centre des études stratégiques d'Ech-Chaab, en ce moment, dans une situation de blocage absolu.

Autre indice du statu quo, la prudence de Ross, l'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental. Mais pour comprendre la complexité de ce dossier qui continue de miner le Maghreb, le professeur des relations internationales de l'université Euromed de Marseille remonte loin dans l'histoire, à l'époque de la jeune République américaine, dont les contacts avec le Maghreb datent du XVIIIe siècle. Les USA avaient signé le premier traité avec le Maroc en 1787, lequel traité est utilisé par le Maroc comme un "atout", même si la région n'a jamais été, selon le professeur, aussi stratégique que le Golfe ou le Levant. Ses relations avec le Maghreb ont souvent obéi à des intérêts bien déterminés suivant des périodes. M. Yahia Zoubir situe les plus importantes pendant la Seconde Guerre mondiale, la période des décolonisations des années 1950 – 1960, les années 1970 avec l'apparition de la question sahraouie où les États-Unis avaient joué un rôle fondamental, les années 1990 avec la crise algérienne et le 11 septembre, pour des questions sécuritaires.
L'évolution des relations entre l'Algérie et les États-Unis est "victime" de la vision, de la perception qu'avaient ces derniers de l'Algérie qui avait, dans cette optique, contrairement à la Tunisie et au Maroc qui avaient fait le choix de l'Occident, opté pour le bloc soviétique, l'URSS particulièrement. Et pour l'anecdote, le professeur rappellera la double position de Kennedy vis-à-vis de l'Algérie, passant d'un soutien franc en tant que sénateur, avant de se rétracter une fois devenu président. Parce que considérant l'Algérie franchement alliée de l'ex-URSS. Cette perception est restée ancrée chez les Américains, a-t-il estimé. Si cette relation n'a pas connu de constance, obéissant souvent à des intérêts américains ne négligeant pas en même temps le soutien au Maroc, au plan économique les États-Unis étaient intéressés par bloc intégré, d'où l'offensive pour l'intégration économique de l'UMA et l'initiative Eisenstadt, initiative remise sur la table. Ce n'est pas étonnant qu'Eisenstadt figure parmi les relais de la demande marocaine de réouverture de la frontière. Le professeur relève le même paradoxe dans la politique "algérienne" des États-Unis durant les années 1990. Prônant ouvertement le soutien à la démocratisation, les USA n'ont pourtant pas soutenu la transition en Algérie et n'ont opéré de revirement que tardivement pendant la crise, non pas par positionnement anti-islamiste, mais par soutien au Maroc pour lui éviter la contagion. Il existe, a noté le professeur Yahia Zoubir, deux catégories d'intérêts US au Maghreb, les intérêts économiques avec les hydrocarbures et l'énergie comme aspect dominant et les intérêts militaires avec la nouvelle gestion sécuritaire de l'islamisme depuis les attentats du 11 septembre. Les USA favorisent alors la démocratisation non pas par conviction, a-t-il souligné, mais par intérêt. L'intégration des islamistes modérés, c'est-à-dire qui ne s'opposent pas aux intérêts américains et au processus israélo-palestinien, est devenue une donne dans la politique US. "Les États-Unis n'ont pas d'amis, ils ont des intérêts", a-t-il affirmé. Depuis la victoire du Hamas, les États-Unis ont revu cette politique de soutien à la démocratisation en soutenant des États semi-autoritaires. Parallèlement, ils s'attachent à créer et renforcer les cordons sécuritaires en Irak, au Sahel pour la mainmise sur les sources des hydrocarbures et freiner l'offensive chinoise. Concernant le Maroc, les États-Unis, s'appuyant sur le postulat du choix du royaume de l'option Occident, ont en fait un "exécutant", lui donnant un rôle de substitut. En contrepartie, le Maroc voit son aide américaine se multiplier par 20. Le Maroc a reçu un cinquième de l'aide américaine à l'Afrique. Son aide militaire est passée de 4,1 millions de $ en 1974 à 99,8 millions $ en 78. En 2002, le royaume bénéficie de 72% de l'aide totale américaine pour le Maghreb et de 80% en 2005. Le royaume jouait, avant, le rôle de rempart au communisme, et maintenant il joue le même rôle contre l'islamisme. Comme il bénéficie du soutien au Congrès et des lobbies qui le présentent comme un modèle de démocratie dans le monde arabe. Le dernier lobby a été récemment créé ; on y trouve, entre autres, Madeleine Al Bright, ancienne secrétaire d'État, et David Welsh qui avoua, selon le conférencier, avoir participé à la rédaction du plan de l'initiative marocaine de l'autonomie élargie, que M. Yahia Zoubir considère comme "une coquille vide". Autre révélation tirée de documents déclassifiés, le soutien US à l'invasion marocaine en 1975. Quant au refus marocain du référendum qui lui serait favorable, il estime que le royaume craint un vote des colons en faveur d'une république et contre la monarchie. Autant d'éléments qui expliquent la position américaine sur la question sahraouie. Reste maintenant à voir la réaction de la nouvelle administration pour régler le problème.

SAHARA OCCIDENTAL-DROITS HUMAINS-APPELS À LA FRANCE ET L'ESPAGNE


Appel du Premier ministre à la France et à l'Espagne

A l'occasion de la tenue de la 6e édition du Festival international du cinéma au Sahara occidental (Fisahara), le Premier ministre Abdelkader Taleb Oumar a lancé jeudi un «appel à la communauté internationale pour faire respecter les droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental, seul garant pour le succès de la relance des négociations». Cité par l'agence de presse sahraouie(Sps), le responsable sahraoui a affirmé que «la persistance de la politique coloniale du Maroc, soutenue par certaines puissances internationales, sapera sans doute les efforts visant à parvenir à la paix et la stabilité dans la région». Il a par la même occasion accusé la France d'«occulter les crimes du Maroc au Sahara occidental». «Il était possible de noter des progrès dans le domaine des droits de l'homme au Sahara occidental, si la France n'était pas opposée à cette proposition», a-t-il déploré. Toujours dans le même contexte, le Chef du gouvernement sahraoui a ajouté que «la France, qui prétend défendre les droits de l'homme dans d'autres parties du monde, alors qu'au Sahara occidental, elle défend ouvertement et devant le Conseil de sécurité, l'occupation du Maroc et ses crimes contre les citoyens sahraouis sans défense», a-t-il ajouté. Enfin, il a appelé la France à revoir sa position et défendre les droits légitimes du peuple sahraoui dans les instances internationales, afin de préserver le patrimoine historique de la France, «pays des libertés». Un autre appel a été lancé au gouvernement espagnol à qui incombe la responsabilité historique, juridique et politique du conflit et les souffrances du peuple sahraoui. Un appel invitant ce dernier «à prendre des positions plus claires et courageuses pour défendre la juste cause de ce peuple, comme l'ont toujours défendue et soutenue les peuples d'Espagne».

SAHARA OCCIDENTAL-TERRITOIRES OCCUPÉS-RÉPRESSION-LA PASIVITÉ DE L'ONU DÉNONCÉE


Répression au Sahara Occidental: l'ONU n'entend rien, ne voit rien...


Depuis mai 2005, la population sahraouie des territoires occupés par le Maroc depuis 1975 mène de façon pacifique un soulèvement populaire contre l'occupation et la colonisation. Malgré la violente répression, qui se traduit par des arrestations, des enlèvements, des tortures et des disparitions, des manifestations ont lieu régulièrement pour demander le droit à l'autodétermination. Cette mobilisation s'est étendue dans les universités marocaines où les étudiants sahraouis multiplient les rassemblements. Ils subissent également la répression : arrestations, condamnations à de lourdes peines de prison à l'issue de procès truqués. Trois d'entre eux, détenus à la prison Boulemharez à Marrakech, Ibrahim Benaz, Ablagh Ali Salem, Abou Hassan Khallilena, condamnés et emprisonnés pour leur participation à une manifestation, ont suivi pendant 56 jours une grève de la faim pour dénoncer leurs conditions déplorables de détention et réclamer les droits de détenus politiques.

Le mur du silence médiatique.

Ces violations des droits de l'homme ont été dénoncées à la 10ème session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies du 2 au 27 mars à Genève par de nombreuses organisations internationales : "Fondation France Libertés", "Société internationale des droits de l'homme", "Mouvement international de jeunes et d'étudiants pour les Nations unies", Fédération syndicale mondiale (FSM). Mais les grands médias occidentaux et les "intellectuels" qui se prétendent soucieux de défendre les droits de l'homme (nombreux sont ceux qui passent leurs vacances ou leur week-ends au Maroc ou y possèdent une villa !) n'en disent pas un mot ! Ce mur du silence a été à peine ébréché par deux rapports récents de l'association étasunienne "Human Rights Watch" en décembre 2008 et de la délégation ad hoc du Parlement européen en mars 2009. Ces deux rapports, élaborés après des visites sur place et des rencontres avec les associations sahraouies, confirment les témoignages des missions civiles d'observation comme des avocats et magistrats présents aux procès des militants sahraouis : les forces d'occupation marocaines mènent une politique de répression contre la population sahraouie qui ne dispose pas de la liberté d'expression, d'association et de manifestation ; les violations des droits de l'homme sont liées au refus des autorités marocaines de reconnaître le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui. Même la revendication de ce droit par des déclarations ou des manifestations est interdite, réprimée et punie de la prison !

La France porte-parole du Maroc

Face à cette situation, de plus en plus préoccupante, de nombreuses associations des droits de l'homme sahraouies et internationales ont demandé un élargissement du mandat de la mission des Nations unies pour le Sahara occidental (MINURSO) à la surveillance du respect des droits de l'homme. En effet, les Casques bleus de l'ONU présents sur place n'ont pas le droit d'intervenir même quand les Sahraouis sont tabassés sous leurs yeux ! Comme l'a souligné le représentant de l'Ouganda au Conseil de sécurité de l'ONU : "La MINURSO demeure à ce stade la seule opération des Nations unies qui ne comporte pas de composante "droits de l'homme" en dépit de besoins criants sur le terrain".

Les Nations unies, qui sont normalement chargées d'appliquer le droit international, n'obéissent en réalité qu'aux grandes puissances qui défendent leurs intérêts économiques, commerciaux et stratégiques. C'est notamment le cas pour le Sahara occidental. Malgré les nombreuses interventions auprès du secrétaire général Ban Ki-moon et des membres du Conseil de sécurité, la résolution adoptée le 30 avril par le Conseil de sécurité se contente de prolonger le mandat de la MINURSO d'une année supplémentaire et d'inviter le Maroc et le Front Polisario à poursuivre leurs négociations. Une véritable fin de non recevoir aux demandes d'extension du mandat de la MINURSO ! Comme l'a précisé M. Ban Ki-moon : " La MINURSO n'a pas un mandat spécifique concernant les droits de l'homme et le Haut Commissariat aux Droits de l'Homme n'est pas présent sur le territoire".

Les Sahraouis peuvent continuer à subir l'occupation, à voir leurs associations interdites, à se faire torturer, à être emprisonnés, l'ONU ferme les yeux et laisse faire le Maroc.

Une fois de plus, c'est le gouvernement français qui a été le meilleur porte-parole du Maroc dans les enceintes onusiennes. Comme l'a souligné le journal "Le Monde" du 4 mai, c'est la France qui a "bloqué le dossier des droits de l'homme" et qui a refusé que "le Conseil de sécurité de l'ONU élargisse le mandat des casques bleus". C'est encore la France, par la voix de son représentant à l'ONU, M. Ripert, qui a soutenu sans réserve le plan d'autonomie du Maroc qui bafoue le droit international fondé sur le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes donc sur le droit à l'autodétermination.

La mobilisation doit se poursuivre auprès des Nations unies, des gouvernements de l'Union européenne (prioritairement auprès du gouvernement français) pour la mise en place d'un mécanisme international pour la protection de la population sahraouie. Cette mobilisation devra bien sûr exiger la reconnaissance du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui avec la tenue d'un référendum lui permettant de décider de son avenir entre le rattachement au Maroc, l'autonomie sous souveraineté marocaine ou l'indépendance. Si ce référendum, qui devait être organisé par l'ONU en 1992 parallèlement au cessez-le-feu accepté par le Front Polisario, est renvoyé une nouvelle fois aux calendes, ne faut-il pas craindre un retour à la guerre pour faire reconnaître les droits du peuple sahraoui ? C'est ce qu'a rappelé le secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, au journal algérien "Jeune Indépendant" : "Le choix du retour à la guerre est présent au sein du Front Polisario au cas où les négociations achopperaient".

Polisario Front participates in the meeting of the Fourth UN Committee for Decolonization


Sources from the Polisario representation in New York informed that the representative of the Polisario Front to the UN, Mr. Bujari Ahmed, participated in the annual meeting of the Fourth UN Committee for Decolonization.

The same sources added that the Polisario Front was invited because the Saharawi issue is listed on the agenda of the official meeting of the UN Committee for Decolonization.

During the assembly, Mr. Bujari Ahmed informed the parties present about the history of the conflict in Western Sahara, which was annexed by Morocco in 1975, and the current situation of the Saharawi people.

The representative of the Polisario Front spoke about the Moroccan violation of Saharawi human rights and the plundering of natural resources in the Western Sahara.

Mr. Bujari Ahmed added that many delegations expressed concern over the negotiation of the Saharawi issue during the UN committee s official meeting.

Amnesty International implores Morocco to investigate torture allegations


Last week, Amnesty International released a letter calling for Morocco to investigate the use of torture in obtaining the confession of Yahya Mohamed El Hafed, who has been detained under allegations of having participated in a peaceful protest in Tan Tan, Morocco, during which a Moroccan police officer was injured, and subsequently died.

The human rights organization insisted that any evidence or confessions obtained through torture be thrown out, and that the Moroccan judicial system investigate both the use of torture and the inhuman conditions in which Yahya Mohamed is being detained.

In its letter, Amnesty International expressed its concern over the health of Yahya Mohamed, who began a hunger strike on April 4.

The full text of the letter is found below:

Amnesty International
Date: 12 May 2009

Morocco/Western Sahara: Investigate allegations of torture of Sahrawi human rights defender On the eve of the trial of Sahrawi human rights defender Yahya Mohamed
El Hafed before the Court of Appeal of Agadir, Amnesty International is calling for a prompt and full investigation into torture allegations that marred his trial in first instance. In particular, Amnesty International urges that statements tainted by unexamined allegations of torture are disregarded.

Amnesty International fears that Yahya Mohamed El Hafed’s conviction may have been linked to his human rights activities in Western Sahara and his public support for the right to self-determination for the people of Western Sahara and that he might be a prisoner of conscience imprisoned solely for expressing these views. He is a member of the Collective of Sahrawi Human Rights Defenders (CODESA) and the Tan Tan
branch of the Moroccan Association of Human Rights. CODESA was prevented from holding its founding congress on 7 October 2007 because the local authorities in Laayoune refused to acknowledge its members’ request for authorization of a public meeting.

Yahya Mohamed El Hafed, currently on hunger strike, was sentenced to 15 years imprisonment on 9 October 2008, in relation to demonstrations held in Tan Tan against Moroccan administration of Western Sahara. Eight other defendants tried in relation to the same demonstrations were sentenced to up to four years imprisonment. Yahya Mohamed El Hafed was arrested on 29 February 2008 at his shop in the city of Tan Tan. When brought to the judicial police headquarters in Tan Tan, he reported being tortured to extract “confessions” on the basis of which he was later convicted.

His arrest followed protests in Tan Tan two days earlier by Sahrawi members of the population calling for the right to self-determination for the people of Western Sahara, during which a police officer was hurt and subsequently died. Amnesty International does not condone any act of violence. However, independent and impartial investigations need to be conducted to identify the alleged perpetrators, who should
be brought to justice in fair trial. This includes the prohibition of the use of evidence or statements extracted under torture and other ill-treatment in any proceedings.

Yahya Mohamed El Hafed stated that he did not participate in the protests, claims which were corroborated by testimonies produced by his defense. Furthermore, no evidence of his participation in the demonstrations was presented to the Court, including by the witnesses for the prosecution.

All the defendants alleged that they were tortured, which included being beaten, hung from the legs and subjected to sleep deprivation, during questioning to force them to sign “confessions”. These allegations were ignored by the judge and had previously been dismissed by the investigative judge.

Amnesty International recalls that Article 15 of the United Nations Convention against Torture, to which Morocco is a State party, provides that “any statement which is established to have been made as a result of torture shall not be invoked as evidence in any proceedings”. In line with their international obligations, the
Moroccan authorities, which have submitted their report on the implementation of the Convention against Torture to the United Nations committee overseeing its application in April 2009, should ensure that any allegation of torture is promptly and impartially examined.

At tomorrow’s hearing, the Court of Appeal of Agadir should also look into more recent allegations that Yahya Mohamed El Hafed was subjected to torture and other ill-treatment in Inzegane Prison in Agadir on 3 April 2009 and into allegations that he has been detained in prolonged solitary confinement in a cold cell without bed or blanket and proper air ventilation since his transfer to Aït Melloul Prison on 4 April
2009.

The organization’s concerns are heightened by reports from other detainees that Yahya Mohamed El Hafed’s health is poor, as he suffers from asthma and rheumatism. He is said to be further weakened as a result of his ongoing hunger strike, which he began on 4 April 2009 to protest against the torture and ill-treatment he had suffered. The demand of the prison administration to bring an authorization from the Directorate of Prisons in Rabat, more than 600 km from Aït Melloul has effectively prevented his family from visiting him. As a result, Yahya Mohamed El Hafed has not seen his family since 4 April 2009.

Amnesty International calls on the Moroccan authorities to ensure that Yahya Mohamed El Hafed is granted a fair trial and that unless convincing evidence is produced in court to substantiate the charges, he should be released.

Background
The status of Western Sahara is a taboo subject in Morocco, and the authorities repress views which favour its independence. Sahrawi supporters of the right to self-determination and independence of the region, as well as human rights defenders and journalists who have monitored and reported on human rights violations committed by the Moroccan security forces in this context have face intimidation, harassment, prosecution and even imprisonment. Sahrawi activists continue to be hampered by politically-motivated administrative obstacles preventing them from legally registering their associations.

Since 2005, dozens of Sahrawis have been charged with violent conduct and detained after being arrested during or after demonstrations against Moroccan rule in Western Sahara. Many of those arrested allege that they were tortured or otherwise ill-treated to force them to sign “confessions”, to intimidate them from protesting further or to punish them for demanding the right to self-determination. The Moroccan authorities continue to claim that those imprisoned were involved in criminal acts and are not being held for their views. Amnesty International has serious concerns about the fairness of their trials, including that some of the evidence was tainted on account of unexamined claims of torture or other ill-treatment and that were not permitted to call defence witnesses.

Minister of Information: RASD-TV will start broadcasting its programs via satellite on Wednesday


The Minister of Information in the Saharawi Arab Democratic Republic, Mohamed Almami Tamek, declared that the Television of the Sahrawi Republic (RASD-TV), will officially commence its broadcasting on Wednesday on terrestrial and satellite channels, on the occasion of the 36th anniversary of the armed struggle for the Liberation in Western Sahara.

"This new vehicle of information will contribute to the amelioration of raising awareness about the Sahrawi cause and will help unveiling the serious human rights violations committed by Morocco against the Saharawi citizens in the occupied territories, Southern Morocco, and in the universities’ campuses”, Mr. Tamek noted.

He further estimated that the launch of the Saharawi TV "will reinforce the Saharawi people’s message and struggle through the image."

How a Saharan refugee camp launched an international film festival


The riddle of the sands



Now in its sixth year, the Sahara International Film Festival was the brainchild of the Peruvian documentary film-maker Javier Corcuera, who came to the region in 2002 and was moved to action by the plight of the estimated 165,000 Saharawi refugees who have been in the camps for over three decades.

Dakhla, an isolated refugee camp in the Sahara, is not the most likely setting for an international film festival. And yet, last week, this desolate camp in south-western Algeria was transformed into a gala of screenings, workshops and concerts attended by an array of internationally acclaimed actors and film-makers.

The festival is gaining renown, helped by the support of Penelope Cruz and Pedro Almodovar among others. This year the biggest names in attendance were Spanish actors Elena Anaya (Sex and Lucia) and Eduardo Noriega (Vantage Point), as well as the Oscar-nominated film director Javier Fesser. Last year, Javier Bardem appeared, helping the festival garner international publicity and securing a spread in OK magazine. The publicity has helped campaigners in Spain to gather a quarter of a million signatories to petition the Spanish government to act to support the Saharawis’ demand for self-determination. The festival has two aims: to provide entertainment and educational opportunities for the refugees, and to raise awareness of the situation of the Saharawi people, who have been in exile from Western Sahara for more than 30 years.

Western Sahara was taken over by Morocco and Mauritania when the Spanish withdrew in 1975. The Moroccans annexed much of the territory in defiance of a ruling from the International Court of Justice. A 16-year war ensued between the Moroccans and the Saharawi independence movement, the Polisario Front. Under the terms of a 1991 UN ceasefire agreement, a referendum for self-determination was promised, but has been continually blocked by Morocco, leaving the refugees to live in four large camps in the inhospitable Algerian desert.

Home to nearly 30,000 refugees, Dakhla, named after a coastal city in Western Sahara, is the most remote of the camps, located 175 km away from the nearest city, Tindouf. It is a sprawling single-storey town. It is clean and well-organised, with wide sandy streets lined with rectangular houses and tents forming neat family compounds. Temperatures in the heat of the afternoon top 100F. At these times, the festival-goers retire to the shade alongside the Saharawi families in whose homes they reside for the duration of the festival. Summer temperatures on the hamada desert plain regularly top 120F. With sandstorms, little vegetation and no sources of food or water, it’s little wonder that the area is known locally as "the devil’s garden".

The festival site is in a spacious area in the centre of the camp, with its focal point a multiplex-sized outdoor screen attached to the side of an articulated lorry. The screen is in an open courtyard with space for 300 people seated on mats in the sand, surrounded by tents for workshops, exhibitions and indoor screenings as well as stalls and cafés. Screenings are after sundown: an eclectic programme of more than 40 international films reflecting diverse experiences of hope and struggle as well as mainstream entertainment.

It’s quite incongruous watching John Hurt and Elijah Wood gad about the English countryside in The Oxford Murders while a camel plods slowly past the screen. Die Welle (The Wave), a film about the workings of totalitarian government, caused quite a stir, as does Belgha, La Memoria Viva, a Spanish-made film about Saharawi refugees. If there were an audience prize it would have gone to El Lince Perdido, a Spanish animation about a jinxed lynx, which held a crowd of children enraptured.

The majority of the 500 participants were Spaniards, but there were representatives from around the world, including Britain. A company of actors from London performed a play based on the real story of a Saharawi refugee to raucous audience reaction, and a team from Roehampton University, led by the professor Isabel Santaolalla, a trustee of the London-based Saharawi charity, Sandblast, ran a "digital postcard" workshop. The postcards filmed by refugees have been put online, allowing their messages to be seen around the world and by their extended families living in occupied Western Sahara.

The idea behind the workshops is to provide Saharawi refugees with an opportunity to learn about film-making, tell their own story and promote their culture. This vision is being turned into a more permanent reality with a film school in a neighbouring refugee camp due to start construction in the coming weeks, and scheduled to open during next year’s festival. A number of film schools around the world have pledged to fund year-long exchange placements for students of the school. Jadiya Hamdi, the Minister of Culture of the Saharawi government in exile, told me how getting young people involved in film-making not only ensures a vibrant culture but also gives people in the camps a sense of purpose. "Empty time is a dangerous thing," she said. "It can kill a human soul."

Channelling their energies creatively is also a way of curbing a growing militancy among some young Saharawis who, after waiting while countless UN resolutions have been passed and ignored, are losing faith in the diplomatic process. This militancy is embodied by 19-year-old Ibrahim Hussein Leibeit, whose leg was blown off below the knee by a land-mine three weeks ago. He had been taking part in a march to the 1,550-mile-long fortified barrier known as "the wall", built by the Moroccans to stop the Saharawis from returning to their land. Ibrahim, in a symbolic gesture, was attempting to get close enough to the wall to throw a pebble to the other side when he trod on the device. He has no regrets. "I would gladly lose my other leg if it would mean my country could be free," he said.

"I feel as if I have witnessed something miraculous," Eduardo Noriega told me on the last night. "These people are so abandoned and yet, by some miracle, they subsist and, by some other miracle, they host a film festival."

As our convoy headed back across the empty desert, our thoughts were with people such as Issa Brahim, a 32-year-old mother of four who was born and raised in the camp. She described the difficulties of life in Dakhla. "We have nothing here," she said. "We are without work, we are without water, we are without land for our goats to graze. But we are not without hope." Greatest among Issa’s hopes is to set foot in her homeland for the first time.

To help the Saharawi refugees or get involved with next year’s festival, visit freesahara.ning.com or email freesaharacampaign@googlemail.com.

To find out more about Sandblast visit: www.sandblast-arts.org

AWSA celebrates the 36 anniversary of the foundation of Polisario and the beginning of the struggle for freedom in Western Sahara


The Australia Western Sahara Association (AWSA) organised an event at Leichhardt Town Hall in Sydney to commemorate the foundation of Polisario and the beginning of the struggle for independence in Western Sahara, on Friday evening 15th of May 2009,.

Under the title: “Africa’s Last Colony: Western Sahara in Film”, the event included the screening of a series of documentary films, an exhibition of photographs and paintings as well as books, music CDs, T-shirts and various handicraft items produced in the Saharawi refugee camps.

The main film screened was “Cubarawi Women” about the Saharawis who spent their formative years in Cuba studying in a very different environment from the refugee camps where they were brought up. Several women share their experiences of culture shock and adaptation when they return to work in the camps.

This documentary was supported by three short films including a charming short film called, “Lalia”, and “Children of the Clouds”, a documentary by the U.S. director and cinematographer Carlos González, that reveals the oppressive conditions inside the Moroccan occupied Western Sahara.

The event was attended by a large crowd of Australians from all backgrounds.

The Mayor of Leichhardt Mr. Jamie Parker spoke at the event and welcomed the gathering. He said that Leichhardt was proud and honoured to host the event. He said that the Leichhardt Council was delighted to raise the Saharawi republic flag this year to commemorate and as an expression of solidarity and support to the Saharawi people.

Mr. Jamie Parker introduced a news programme that was produced by 7.30 report programme of the ABC TV which dealt with the exploitation of phosphate by Australian companies. He said that although Western Sahara is far away it is still relevant to Australians because of the involvement of Australian companies in the illegal exploitation of Western Sahara resources. http://www.abc.net.au/7.30/content/2007/s2269397.htm

























The representative of Polisario in Australia, Kamal Fadel, introduced the “Children of the clouds” documentary film and highlighted the human rights aspect of the conflict in Western Sahara.

Kamal said that the Saharawis continue to suffer under Moroccan occupation, and underlined that the Saharawis are subject to abhorrent practices and inhuman treatment at the hands of the Moroccan army and police.

Kamal Fadel, also representative in New Zeland and Ambassador in East Timor, said that the documentary film confirms that the Moroccan regime has failed in winning the hearts and minds of the Saharawis and particularly the generation of children that was born under Moroccan occupation.

Mr Fadel thanked the Mayor of Leichhardt and the Councillors for offering the Town Hall venue for the event. He also thanked AWSA for organising an excellent event on a historical occasion for the Saharawi people.

On her side, the former President of the Legislative Council at the NSW Parliament, Ms. Meredith Burgmann, introduced the Cubarawi women documentary film and said that she was very impressed by the level of education and literacy amongst the Saharawi people and was also impressed by the important role that women play in the Saharawi society.

She was also delighted about the links between the Saharawi and Cuban people and the support that Cuba provides in terms of education for the Saharawis in many fields particularly as doctors.

Annette O’Neil a member of AWSA introduced Lalia and said:

“Lalia, an imaginative little girl, has never seen her country - Western Sahara. She can only dream, listening to her grandmother’s wistful stories. Her family has been living for over 30 years in refugee camps of up to 160,000 people in the harsh Algerian desert.

No wonder she is curious about her country - a land rich in minerals and abundant fisheries - on the Atlantic coast south of Morocco and west of Algeria.

Lalia is of the third generation of Saharawis to endure this banishment while striving to exercise their right to self-determination and to escape Morocco’s oppressive denial of their sovereignty.






















As you can see in the film, typical of her people, Lalia values the education provided by dedicated teachers, even when it lacks comfort and elaborate equipment. She is thoughtful and imaginative, dreaming poignantly of the Atlantic Ocean as she sits in barely furnished classrooms in the desert, dependent on inadequate UN food aid and water trucked from distant wells.

Australians generally have had little idea of this country or its need for our support until Kamal Fadel’s arrival in Sydney in 1999, Since then AWSA has been working to encourage our government to support the rights of the Saharawi, just as it did the East Timorese during their equivalent struggle.

Some members of AWSA have had the privilege of staying in the refugee camps, visiting the very same classrooms. We were driven through the desert into the part of Western Sahara that is not occupied by Morocco. We saw the “Wall” or Berm – 2.5 thousand kms of sand barriers guarded by Moroccan soldiers, - and the evidence of harsh warfare and land mines to keep the refugees in exile.

Despite their conditions the Saharawis have shown themselves able to strive to turn dreams into reality: for example an admirable literacy rate of over 90% and the genuine participation of women in civic life. The prospect of having such a secular, modern democratic state in North Africa should be a dream for the world so that Lalia’s dream of returning to her land might come true.

We want to support this dream. Perhaps YOU would too?”, Annette concluded.

Le Polisario appelle l’ONU à la protection des civils sahraouis dans les territoires occupés du Sahara Occidental


Bir Lahlou (territoires libérés), Le Bureau du Secrétariat national (SN) du Front Polisario a appelé l'Organisation des Nations Unies doivent à assumer sa pleine responsabilité dans la protection des droits de l'homme au Sahara occidental, à travers la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara Occidental (MINURSO), ou par l'intermédiaire d'un autre mécanisme approprié, "dans les plus brefs délais".

Le Bureau du SN réuni samedi sous la présidence du président de la République, Mohamed Abdelaziz, a exigé de la communauté internationale d'imposer toutes les pressions sur le Gouvernement marocain pour mettre fin à sa répression, ainsi qu’à libérer les prisonniers politiques sahraouis, notamment Yahya Mohamed El Hafedh Iaaza et ses compatriotes qui mènent une grève de la faim illimitée depuis le 4 avril dernier et dont leur situation a atteint un seuil "très critique".

A cet égard, le bureau du SN a condamné la répression brutale infligée par le Gouvernement marocain contre les prisonniers politiques, notamment les défenseurs sahraouis des droits humains dans les territoires occupés du Sahara Occidental, au sud du Maroc et dans les sites universitaires marocains, soumis "aux transferts abusifs à destination inconnues et aux ajournements continus de leur procès".

Il a également appelé à faire toute la lumière sur le sort de plus de 500 disparus civils et 151 prisonniers de guerre sahraouis, depuis l’occupation marocaine du Sahara Occidental, le 31 octobre 1975.

D’autre part, le bureau du SN a condamné l'attitude du Gouvernement français, qui a, malheureusement entravé les efforts du Conseil de sécurité pour la mise en place d’un mécanisme chargé de la protection des droits humains au Sahara occidental. "Une position très éloignée de l'histoire et la réputation de la France dans le domaine des droits de l’Homme", a-t-il estimé.

Il a également salué les rapports et les témoignages des organisations et organismes internationaux sur les violations flagrantes des droits de l'homme perpétrées au Sahara occidental par l'État marocain, notamment le Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW), Amnesty International, Front Line, l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT), le Parlement européen et autres.

Exprimant sa satisfaction de la réussite du Festival international du cinéma au Sahara Occidental (FISAHARA), le bureau du SN a salué les efforts déployés par les acteurs nationaux et leur contribution au côté des mouvements de solidarité pour le succès de cet événement à la wilaya de Dakhla.

Le Bureau du SN a rendu un hommage particulier aux combattants de l'Armée de libération populaire sahraouie (ALPS), à la veille de la célébration mercredi prochain, du 36ème anniversaire du déclenchement de la lutte armée, qui sera marquée par le lancement de la chaine de télévision sahraouie (TVRASD).

La TVRASD diffusera ses émissions par satellite à partir du 20 mai (ministre)


Chahid El Hafed, La télévision de la République sahraouie (TVRASD) émettra officiellement à partir du mercredi prochain ses émissions par voies terrestres et satellitaires, à l’occasion du 36ème anniversaire du déclenchement de la lutte armée, selon une déclaration du ministre de l'Information, M. Mohamed Almamy Tamek.

"Ce nouvel édifice de l'information contribuera à l'évolution de la sensibilisation autour de la cause sahraouie et à dévoiler les graves violations perpétrées par le Maroc contre les citoyens sahraouis dans les territoires occupés, sud du Maroc, et les sites universitaires", a relevé M. Tamek.

Le ministre de l'information a indiqué que le lancement de la TVRASD, "permettra de conforter le message du peuple sahraoui en lutte à travers l’image, pour dénoncer les violations des droits humains qui se déroulent sous un silence totale au Sahara Occidental sous occupation marocaine".

Le Président de la République reçoit l'ambassadeur de la Zambie auprès de la RASD


Chahid El Hafed, Le Président de la République, Secrétaire général
du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, a reçu samedi l'ambassadeur de la Zambie, Mulondwe Muzungu, qui lui a présenté ses lettres de créance en tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République zambienne auprès de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

"Je viens de présenter mes lettres de créance au Président sahraoui en ma qualité d'Ambassadeur de la Zambie à la République arabe sahraouie démocratique, a déclaré à sa sortie de l’audience, M. Muzungu, à SPS.
"Je suis reconnaissant pour l'excellent accueil qui m’a été réservé depuis que je suis arrivé par son Excellence le président de la République", a-t-il ajouté.

L'ambassadeur avait auparavant présenté une copie de ses lettres de créance au ministre de la coopération, Salek Baba Hasana, représentant le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek.

L’audience a été assistée par le ministre de la coopération, Salek Baba Hasana, le secrétaire général à la Présidence, Daf Mohamed Fadel et le directeur du Cabinet du président de la République, Hamadi Bachir.

M. Muzungu sera l’hôte d’un déjeuner offert en son honneur par le Premier ministre, Abdelkader Taleb Omar à l’Ecole du 27 Février.

AWSA fête 36 ans de la fondation du Front Polisario pour la libération du Sahara occidental


Sydney (Australie), L'Association australienne pour le Sahara Occidental (AWSA) a organisé vendredi, un événement à la mairie de Leichhardt pour commémorer le 36ème anniversaire de la fondation du Front Polisario, mouvement pour la libération du Sahara Occidental, sous le thème "la dernière colonie d'Afrique: Sahara occidental dans un film".

L'événement comprenait la projection d'une série de films documentaires, une exposition de photographies et de peintures ainsi que des livres, des CD de musique, T-shirts et divers objets artisanaux produits dans les camps de réfugiés sahraouis.

Le maire de Leichhardt M. Jamie Parker a exprimé sa satisfaction d’accueillir cet évènement, précisant la célébration cette année du 36ème anniversaire du Front Polisario, est l’expression de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui.
Il s’est également engagé à œuvrer avec d'autres maires, en Australie, afin de sensibiliser l’opinion publique pour la célébration du prochain anniversaire dans de nombreuses autres villes et communes de l'Australie.

Le représentant du Front Polisario en Australie, Kamal Fadel, a présenté un documentaire intitulé "Enfants des nuages", réalisé par le cinéaste américain Carlos González, qui révèle les conditions d'oppression à l'intérieur du Sahara occidental occupé par le Maroc.

L'ancien président du Conseil législatif du Parlement de New South Wales, Mme Meredith Burgmann, a présenté le "Cubarawi femmes", un documentaire sur les Sahraouis qui se sont formés à Cuba durant leur enfance dans un environnement très différent des camps de réfugiés, où ils ont grandi.

Mme Burgmann a dit qu'elle était très impressionnée par le niveau d'éducation et d'alphabétisation parmi le peuple sahraoui et le rôle important de la femme dans la société sahraouie.

Annette O'Neil, membre d’AWSA a présenté Lalia ", un film d’une petite fille sahraouie, n'ayant jamais vu son pays, le Sahara Occidental. Lalia est de la troisième génération des Sahraouis à endurer depuis plus de 30 ans dans les camps de réfugiés, luttent pour exercer leur droit à l'autodétermination et à fuir la répression du Maroc qui leur dénie leur souveraineté.

Transfert de deux prisonniers politiques sahraouis vers une destination inconnue


Ait Meloul (Maroc), L’administration pénitentiaire des prisons marocaines d’Ait Meloul et Boulemharez ont procédé récemment au transfert abusif des prisonniers politiques sahraouis, Yahya Mohamed El Hafed Iaaza et Khalihenna Aboulhasan, vers une destination inconnue, a rapporté une source proche du ministère sahraoui des territoires occupés et de la diaspora.

"Des agents de l’administration pénitentiaire d’Ait Meloul ont procédé vendredi matin à sortir, M. Iaaza, qui souffre d’un état de santé critique, de sa cellule individuelle et le conduire à une destination inconnue", a précisé la même source.

Le prisonnier politique sahraoui, Yahya Mohamed El Hafed Iaaza, mène une grève de la faim depuis 42 jours à la prison marocaine d’Ait Meloul, en protestation contre les mauvaises conditions d’emprisonnement face à la négligence totale de l’administration pénitentiaire, rappelle-t-on.

Par ailleurs les étudiants sahraouis à l’université de Marrakech ont organisé jeudi un sit-in pour dénoncer le transfert abusif de ces prisonniers politiques sahraouis, vers une destination qui demeure indéfinie, ont-ils regretté.

''Le rejet de la proposition marocaine d'autonomie au Sahara occidental est un principe inaliénable pour le Polisario'' (diplomate sahraoui)


Laghouat (Algérie), Le premier secrétaire de l'Ambassade de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à Alger, Mohamed el Aghdaf Aoua a affirmé jeudi à Laghouat le rejet du, Front Polisario de la proposition marocaine portant l'adoption de l'autonomie comme solution à la question sahraouie.

"La tentative marocaine d'imposer un interlocuteur imaginaire à la place du Front Polisario pour représenter le peuple sahraoui est une tentative désespérée qui ne peut en aucun cas aboutir", a souligné le diplomate sahraoui devant une conférence organisée à l'Université de Laghouat dans le cadre d'une manifestation de solidarité algéro sahraouie.

Il a, d'autre part, insisté sur "les changements de la position du Maroc" estimant que ce dernier a "fait montrer de relâchement quant au principe d'autonomie, une fois convaincu que son application est impossible et a commencé ses manœuvres pour empêcher le travail de la Mission des Nations Unies pour un référendum au Sahara occidental (MINURSO), notamment en ce qui a trait à la protection des droits de l'Homme et l'arrêt des violations dans les territoires sahraouis occupés".

Le premier secrétaire de l'Ambassade Sahraouie à Alger a également appelé à la "dynamisation" du mandat de la MINURSO, notamment concernant "l'identification", à "mettre un terme aux pratiques coloniales du régime marocain", à "aborder le sujet sérieusement au lieu de se limiter à en faire des allusions", ajoutant qu'il s'agit là "d'une revendication de la communauté internationale exprimée par 14 pays membres du Conseil de sécurité".

Aussi, a-t-il appelé "les élites françaises à agir afin que les autorités de ce pays cessent de s'aligner sur la proposition marocaine et à respecter les principes de la révolution française (liberté, égalité, fraternité), à travers le respect des droits des peuples à l'autodétermination et le soutien des révolutions pour la libération de par le monde, dont la question sahraouie".

Pour sa part, le membre de la Commission nationale algérienne de solidarité avec le peuple sahraoui (CNSPS), M. Sadek Bouguettaya a souligné que l'Algérie "est une partie intéressée par la question, car il s'agit d'une question d'autodétermination" et d'indépendance d'un Etat occupé et de décolonisation", avant d'ajouter qu'"elle n'est pas l'une des parties du conflit comme certaine voudraient le faire croire".

A cet effet, il a rappelé la position de l'Algérie qui appelle à l'application des résolutions issues de l'Assemblée générale de l'Onu, du Conseil de sécurité et de la quatrième commission, qui appellent dans leur ensemble, a-t-il dit, à des négociations sans conditions préalables et à une solution politique juste et par conséquent à permettre au peuple sahraoui d'émettre son avis et de décider de son destin".

M. Bouguettaya a ajouté que l'Algérie représentée par son Gouvernement et son peuple dénonce les tentatives coloniales et rejette formellement la politique de "soumission des Sahraouis, en les obligeant à se conformer au fait accompli", précisant que selon l'Algérie la solution réside dans le recours à la légalité internationale et dans les résolutions des instances onusiennes.

Concernant le soutien apporté actuellement à la question sahraouie, l'intervenant a indiqué que "plus de 70 pays de différents continents reconnaissent la République arabe sahraouie démocratique (RASD) qui, a-t-il dit, "est membre permanent de plusieurs instances, organisations régionales et internationales alors que les thèses de l'autre partie au conflit ne jouissent d'aucun soutien international".

Organisée à l'Université Amar Thlidji de Laghouat par le bureau de wilaya de l'Union nationale des étudiants algériens (UNEA), la manifestation de solidarité avec le peuple sahraoui durera deux jours et sera marquée par l'organisation d'expositions, activités culturelles et conférences intellectuelles.

Le Polisario participe aux travaux annuels du Comité spécial de l’ONU chargé de la décolonisation


New York, Le Front Polisario représenté par son représentant auprès de l’ONU, Boukhari Ahmed, a participé, vendredi aux travaux du séminaire annuel du Comité spécial de l’ONU chargé de la décolonisation qui se tient à New York, avant la tenue de la réunion formelle du Comité, prévu en début juin prochain, a indiqué une source proche de la Représentation du Polisario à New York.

"La question de décolonisation du Sahara Occidental est inscrite dans l’agenda de la réunion formelle du Comité spécial de l’ONU chargé de décolonisation, à laquelle le Front Polisario est régulièrement invité à prendre la parole", précise la même source.

M. Boukhari a informé les participants de l’histoire du conflit créée au Sahara occidental par l’invasion militaire du Maroc depuis 1975 jusqu’à la situation actuelle, ainsi qu’aux perspectives devant le processus de paix engagé sous l’égide de l’ONU.

Le diplomate sahraoui a également abordé la situation des droits humains, "qui sont l’objet d’une violation constante par les autorités marocaines dans les territoires occupés sahraouis" et le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental par l’occupant marocain.

"Contrairement aux allégations de la presse marocaine, le Maroc a participé en tant qu’Etat membre des Nations Unies et aucune entité fabriquée par la puissance occupante du Sahara Occidental a pris la parole", a révélé la même source.

Il est à rappeler que plusieurs délégations internationales ont montré un grand intérêt d’approfondir le débat sur la question du Sahara occidental qui sera abordé au moment de la session formelle du Comité.