sábado, 27 de junho de 2009

Un grupo de familias recibirán a los niños saharauis con problemas para ser acogidos en Andalucía


Un grupo de familias recibirán a los niños saharauis que se
encontraron con dificultades en el último momento para encontrar un
hogar de acogida para los meses de verano dentro del programa
'Vacaciones en paz' que se desarrolla en toda Andalucía.

Según indicó a Europa Press el coordinador de este programa,
Francisco Guerrero, un grupo de familias andaluzas ha respondido al
llamamiento que la asociación realizó recientemente advirtiendo de que
algunos niños de los 2.237 que vienen a Andalucía este verano tendría
que ingresar en una residencia al disminuir el número de familias que
normalmente acogen a estos menores de entre ocho y 12 años.

De este modo, Guerrero aseguró que se ha creado una bolsa de
familias acogedoras que no sólo satisfará las necesidades de este año,
sino que están dispuestas a realizar labores de acogida de estos niños
procedentes de los campamentos de refugiados en Tindouf en los
venideros.

"Ante la crisis, la gente ha respondido con más solidaridad que
nunca con el pueblo saharaui", afirmó el coordinador, quien explicó
que la llegada del contingente de niños concluirá el próximo domingo
21. Hasta el momento "se está cumpliendo el operativo previsto para la
llegada de los niños sin ningún tipo de incidencia", señaló.

En líneas generales, la acogida de niños saharauis durante este
verano por parte de las familias andaluzas ha disminuido entre un
cinco y un ocho por ciento con respecto a la misma época de 2008
debido principalmente a la crisis económica, que ha hecho desistir a
un mayor número de familias a la hora de decidir acoger a un menor
africano.

En total serán 2.237 que estarán los meses de julio en agosto en
casas de andaluces. Concretamente, a Sevilla irán 653 niños; a Cádiz
450, 278 a Jaén, 214 a Granada, 199 a Huelva, 153 a Málaga, 152 a la
provincia de Almería y a Córdoba 138, según los datos recogidos por
Europa Press de la Federación Andaluza de Asociaciones Solidarias con
el Sáhara (Fandas).

En total, hasta el próximo domingo 21 de junio, llegarán al
aeródromo malagueño 14 aviones procedentes de Tindouf, en Argelia, con
el objetivo de evitar que estos niños soporten el asfixiante calor del
desierto durante el verano --que llega a alcanzar los 55 grados--, y
mejorar su calidad de vida, tanto sanitaria como alimenticia, según
indicaron desde Fandas.

Las familias de acogida reciben a los niños de los campamentos saharauis



Durante dos meses podrán escapar de las altas temperaturas del
desierto y de las necesidades que padecen en los asentamientos de
Tinduf, en Argelia.


Después de un largo camino por el desierto de Argelia que les llevó,
por tierra y aire, desde los campamentos de refugiados de Tinduf hasta
el aeropuerto de Málaga, los más de treinta niños saharauis que a lo
largo de este verano convivirán con las familias de acogida llegaron
ayer por la mañana a Chiclana.

Aunque con un enorme cansancio acumulado por el largo viaje realizado,
niños y familias, en su mayoría, se reencontraron después de doce
meses en los que han mantenido contacto por teléfono o a través de las
cartas enviadas con las personas que se desplazaron a finales de 2008
y principios de 2009 hasta los campamentos.

Fue un reencuentro de emociones y posible, un año más, a la
solidaridad que un gran número de familias de la localidad y de otros
puntos de la provincia (Vejer, Barbate, Conil, etcétera) han decidido
mantener pese a la situación de crisis y desempleo que existe y que ha
dificultado, más si cabe, la acogida a nivel nacional de la totalidad
de niños saharauis destinados a España, en torno a 8.500, para
participar en el programa Vacaciones en Paz.

A lo largo de este tiempo de vacaciones que se inició ayer y que
concluirá a final de agosto, los niños, además de escapar del intenso
calor que en esta época del año se sufre en la zona del desierto
argelino en la que se asientan los campamentos (más de cincuenta
grados centígrados a la sombra), van a tener la oportunidad de mejorar
su salud gracias a una alimentación más completa y equilibrada y a las
revisiones y tratamientos médicos que recibirán.

Asimismo y, según se destaca en la relación del proyecto Vacaciones en
Paz, los niños tendrán la oportunidad de enriquecer sus conocimientos
del español y favorecer los lazos, históricos, entre el pueblo
saharaui y el español.

Asimismo, a lo largo del verano y como ya es tradicional, los niños y
sus familias de acogida disfrutarán de diversas actividades entre las
que se encuentran las visitas al parque acuático o la convivencia en
la playa de La Barrosa.

Gran Canaria denuncia la "violación de los Derechos Humanos" en el Aaiún por Marruecos


El consejero de Cooperación Institucional y Solidaridad Internacional
del Cabildo de Gran Canaria, Carmelo Ramírez, denunció este jueves la
violación de los Derechos Humanos en el Aaiún por parte del Gobierno
de Marruecos, al tiempo que criticó la postura del Gobierno Canario y
en especial de su vicepresidente, José Manuel Soria, que "defiende la
soberanía marroquí en los territorios ocupados del Sáhara Occidental".

Una delegación canaria presidida por Ramírez, junto con las concejalas
del Ayuntamiento de Las Palmas de Gran Canaria y de Telde, Teresa
Morales y Josefa Milán, respectivamente y el periodista José Naranjo,
visitaron recientemente los territorios ocupados del Sáhara Occidental
y presentaron hoy un informe que refleja la "situación dramática" que
viven los saharauis en la zona.

Este informe se elaboró después de que la delegación se encontrase con
militantes saharauis defensores de los Derechos Humanos, tras escuchar
testimonios de víctimas de las "torturas" y familiares de presos
políticos saharauis y al "verificar" las denuncias sobre la violación
de los Derechos Humanos, por el Gobierno de Marruecos, contra la
población civil saharaui, señala el Cabildo en un comunicado.

Tras pasar tres días en los territorios ocupados del Aaiún, sometidos
a una "estricta vigilancia y control" por parte del Gobierno marroquí,
los miembros de esta delegación canaria se muestran "consternados y
muy críticos con la vida que llevan los refugiados saharuis, debido a
las actuaciones del Gobierno de Marruecos en la zona".

Una nueva guerra


Así pues, Ramírez afirmó que "si en un plazo corto no llega la
solución en los territorios ocupados del Aaiún, no se descarta una
nueva guerra en la zona". En este sentido, puntualizó que "es evidente
la represión brutal de los Derechos Humanos que el Gobierno de
Marruecos ejerce sobre la población civil saharaui, con lo que es
urgente que exista una masiva presencia de observadores
internacionales y medios de comunicación en la zona".

En esta última visita, los miembros de la Delegación visitaron a
quienes cuentan con familiares y amigos desaparecidos o han sufrido
torturas, violaciones y todo tipo de presión por parte de las
autoridades marroquíes.

El consejero señaló que "es fundamental presionar a la Unión Europea y
a la ONU, así como a gobiernos que respaldan a Marruecos para que le
exijan al gobierno marroquí el cumplimiento de las resoluciones de la
ONU, la inmediata celebración del Referéndum de Autodeterminación, la
libertad de todos los presos políticos y el cese de la represión de
los derechos humanos y expolio de los recursos naturales".

Igualmente, Ramírez se mostró muy crítico con la actitud mantenida por
el Gobierno Canario "que nunca ha denunciado la violación de los
Derechos Humanos en la zona y tampoco ha hablado con el Gobierno de
Marruecos de ello".

A este respecto, fue "especialmente contundente" al valorar la
posición del vicepresidente del Gobierno Canario, José Manuel Soria, y
afirmó que "son repugnantes las declaraciones de Soria defendiendo la
soberanía marroquí en los territorios ocupados, con lo que actúa como
representante de Marruecos en Canarias, al defender la anexión por
parte de Marruecos".

La Delegación Canaria pudo constatar que las protestas de los
saharauis se extendían a pesar de la represión marroquí. La principal
exigencia que plantea la población saharaui de los territorios
ocupados, según puntualizó Ramírez, es "que se celebre el Referéndum
de autodeterminación lo antes posible".

"Canarias no puede permanecer impasible"


El consejero de Cooperación Institucional y Solidaridad Internacional
aseguró que "Canarias no puede permanecer impasible mirando a otro
lado y mucho menos cuando estamos a 100 kilómetros de la zona".
Ramírez indicó además que "presentaremos el Informe que hemos
elaborado, tras la visita a los territorios ocupados y las
conclusiones expuestas, en el Consejo de Derechos Humanos de Naciones
Unidas en Ginebra y en octubre en la Asamblea de Naciones Unidas en
Nueva York".

Ramírez indicó, además, que "la Unión Europea debe condicionar la
firma del Estatuto Avanzado con el Gobierno de Marruecos al
cumplimento de las resoluciones de la ONU y el cese de la represión de
los Derechos Humanos".

El consejero puntualizó también que "es urgente establecer mecanismos
de protección de los defensores de los Derechos Humanos de los
saharauis, que arriesgan su vida cada día, exigiendo la ampliación del
mandato de la Minurso, la intervención de la ONU y de los organismos
internacionales de defensa de los Derechos Humanos, sin olvidar el
enjuiciamiento de los culpables de estas violaciones por Tribunales
Internacionales y la libertad inmediata de los presos políticos
saharauis".

Europa Press. Las Palmas de Gran Canaria

Asociaciones piden en Argel la ampliación del mandato del Minurso


Los miembros del movimiento internacional de solidaridad con la República Saharaui (RASD)
denunciaron hoy en Argel "las violaciones sistemáticas" de los
derechos humanos por parte de Marruecos en el Sahara Occidental.

Lanzaron también un llamamiento para ampliar el mandato de la Minurso
(Misión de las Naciones Unidas para el referendum en el Sahara
Occidental) para que pueda supervisar y controlar este aspecto
relacionado con los derechos fundamentales.

En este encuentro han tomado parte representantes de los paises
miembros del movimiento internacional de solidaridad con la RASD,
juristas y defensores de los derechos del hombre en los territorios
saharauis, así como observadores internacionales de los procesos de
militantes saharauis en territorio marroquí.

El objetivo de esta reunión ha sido valorar la situación de los
derechos fundamentales en los territorios ocupados del Sahara y
elaborar una nueva estrategia de lucha para "denunciar la violación
masiva de los derechos humanos por las autoridades marroquíes".

Los participantes en este encuentro han estimado urgente la puesta en
práctica de los mecanismo de protección de los defensores saharauis de
los derechos fundamentales, "que arriesgan cotidianamente su vida".

Christopher Ross inicia una nueva gira en Argel y afirma que la solución va "por el buen camino"


El enviado especial de la ONU para el Sahara Occidental, Christopher
Ross, inició hoy su segunda gira por la región, de manera inusual en
Argel, y afirmó que la búsqueda de una solución al conflicto de la
antigua colonia española entre Marruecos y el Frente Polisario va "por
el buen camino".

El enviado especial de la ONU para el Sahara Occidental, Christopher
Ross. EFE/Archivo
Ross, cuyo nombramiento el pasado enero despertó ciertas esperanzas
entre los saharauis, llegó a Argel sin que fuera anunciado previamente
por ninguna de las partes ni por la ONU y se entrevistó con el
presidente del país, Abdelaziz Buteflika, y con el ministro argelino
de Asuntos Africanos y Magrebíes, Abdelkader Messahel.

"Creo que estamos en el buen camino para pasar a la próxima etapa en
la búsqueda de una solución a esta gran cuestión", dijo el diplomático
estadounidense tras reunirse con Buteflika y calificó de "muy buenas"
sus conversaciones.

Según explicó el mismo, abordó con el presidente argelino "múltiples
aspectos relacionados con la situación en la región, incluida
evidentemente la cuestión del Sahara Occidental".

En declaraciones a EFE tras difundirse las declaraciones del mediador,
el embajador de la RASD en Argel, Brahim Ghali, confío en que el "buen
camino" citado por el mediador "incluya el respeto de la legalidad
internacional y el derecho del pueblo saharaui a decidir su futuro en
un referéndum de autodeterminación".

"No pensamos que Ross pueda pensar en otra idea fuera de la legalidad
internacional, ya que como enviado de la ONU no puede salirse del
marco de las resoluciones del Consejo y la carta de esta
organización", afirmó.

Ghali auguró que en esta nueva gira se fijará una fecha para retomar
las negociaciones directas auspiciadas por la ONU entre Marruecos y el
Polisario y recalcó la "permanente disposición" de los saharauis para
las conversaciones.

El nuevo enviado especial sustituyó a principios de este año al
holandés Peter Van Walsum, descalificado como mediador por el
Polisario tras considerar que la independencia del Sahara Occidental
no era "una opción realista".

En su primera gira por la región en febrero, poco después de la
llegada de Barack Obama a la presidencia de Estados Unidos, Ross
declaró que su objetivo era buscar una solución que "tuviese en cuenta
el derecho de autodeterminación" de los saharauis.

Sus palabras fueron acogidas positivamente en los campamentos de
refugiados y el presidente de la República Árabe Saharaui Democrática
(RASD), Mohamed Abdelaziz, afirmó tras reunirse con el mediador que
éste estaba "determinado a solucionar el conflicto".

La segunda visita de Ross a la región se produce cuando se encuentra
todavía sin fecha la quinta ronda de negociaciones auspiciadas por la
ONU entre Marruecos y el Frente Polisario en Manhaset, cerca de Nueva
York.

Tras la cuarta ronda celebrada en marzo de 2008, en la que apenas se
produjeron avances, ambas partes acordaron mantener una nueva sesión
negociadora, que permanece bloqueada.

El Polisario ha acusado desde entonces a Marruecos de "bloquear y
entorpecer" la reanudación de las negociaciones y dejar en "punto
muerto" cualquier progresión para la solución del conflicto.

Fuentes diplomáticas informaron a EFE de que el enviado especial
proseguirá su gira mañana en los campos de refugiados cercanos a la
localidad argelina de Tinduf, donde se entrevistará con Abdelaziz y
otros dirigentes saharauis.

Posteriormente viajará a Mauritania, país que junto a Argelia tiene el
estatus de observador en el proceso de negociación impulsado por
Naciones Unidas.

Ross cerrará su gira en Rabat el próximo fin de semana, según
confirmaron hoy fuentes del Ministerio de Exteriores marroquí, que
atribuyeron "simplemente a una cuestión de calendario" el que iniciase
su visita a la región en Argel.

RÉPRESSION SUR LE CRITIQUE DE LA FRANÇAFRIQUE


Arrestation de Hanevy : Les messages de solidarité pleuvent et silence complice de RSF

L'interpellation du journaliste Hanevy Ould Dehah responsable (et non pas directeur de publication) du site internet «Taqadoumy» a soulevé un tollé en Mauritanie et ailleurs. Après le sit-in et le communiqué du syndicat des journalistes mauritaniens, l'ex-président Ely Ould Mohamed -qui n'a pourtant jamais été ménagé par Taqadoumy- a dénoncé l'arrestation de Hanevy Ould Dehah et demandé la préservation de la liberté de la presse.
Des activistes arabes des droits de l'homme Haithem El Mena et Moncef Marzoughi ont appelé également à la préservation de la liberté de la presse en Beddy Ould Ebnou figure importante de la diaspora mauritanienne à l'extérieur a dénoncé l'arrestation du journaliste mauritanien.

Le FNDD et le président renversé par coup d'état Sidi Ould Cheikh Abdellahi ont également dénoncé l'interpellation de Hanevy Ould Dehah.
Reporters Sans Frontières n'a pas encore réagi à l'interpellation du journaliste peut être parce que cette organisation a du recevoir un rapport tendancieux contre le journaliste arrêté émanant de l'un des ses collaborateurs connus en Mauritanie, et très engagé depuis le 6 août 2008, dans les services de communication (et de relations publiques) de la junte au pouvoir.
Hanevy Ould Dehah a été arrêté le 18 juin dernier. Aucune accusation n'a été jusqu'ici avancée pour justifier son arrestation. Des rumeurs rapportent qu'il a été arrêté suite à une plainte du candidat Sarr Ibrahima Moctar suite à un article paru en premier lieu sur l'édition française de Taqadoumy, une rédaction autonome et indépendante de Hanevy Ould Dehah.
"La plainte de M. Sarr est plutot une couverture juridique à une volonté de nuire au journaliste entretenue par des cercles aigris et antidémocrates, actifs dans l'entourage du Général Ould Abdel Aziz", indique un homme politique mauritanien qui a pu rendre visite au journaliste toujours gardé à vue au commissariat de police de Tevragh Zeina II

*Titrage POINTS CHAUDS

Source (Tahalil hebdo)

FRANÇAFRIQUE-CORRUPTION DE LA POLITIQUE EXTERIEURE DE LA FRANCE


Imaginez un seul instant que le président Bush (le père ou le fils, c'est au choix) déclare un jour, après la mort d'un dictateur sud-américain, que ce dernier a financé les campagnes électorales de Bill Clinton, d'Al Gore ou de Barack Obama. Imaginez la tempête médiatique qui s'en suivrait. Flashs en rafales, tables rondes, experts convoqués dès les aurores pour les émissions d'informations matinales et débats interminables. Excités par l'odeur du sang, les networks américains ne lâcheraient pas prise, obligeant les mis en cause à réagir et à prouver leur innocence. Dans le même temps, il y a fort à parier que trois ou quatre sénateurs, qu'ils soient républicains ou démocrates, décideraient alors la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire le tout dans une ambiance survoltée où l'indignation, qu'elle soit sincère ou feinte, le disputerait à la colère.

Revenons maintenant à ce qui vient de se passer après la mort d'Omar Bongo. L'ancien président, Giscard d'Estaing, a officiellement affirmé que le président gabonais avait financé une campagne électorale de Jacques Chirac. Ce dernier a démenti, nous avons eu droit à quelques articles résumant les faits, deux ou trois éditoriaux à l'eau tiède dénonçant ces pratiques censées être d'un autre âge ; nous avons eu droit aussi à de bonnes caricatures, notamment celles de Plantu dans Le Monde, à quelques gags savoureux des Guignols et puis c'est tout. Terminé, le rideau a vite été baissé et tout le monde s'est précipité à Libreville pour assister aux obsèques du « dernier baobab ».

Voilà un contraste qui résume bien ce qu'est la françafrique. Soyons clairs : il ne s'agit pas de magnifier les médias américains. On sait très bien quelle fut leur responsabilité dans l'invasion de l'Irak en 2003. Personne n'ignore que la presse étasunienne a elle aussi ses indignations sélectives comme le montre cette seule statistique : il y a eu dix fois plus d'articles consacrés à l'affaire Monica Lewinsky que pour les manipulations orchestrées par l'administration Bush pour convaincre du bien-fondé de l'invasion en Irak. Néanmoins, l'idée même que de l'argent étranger puisse clandestinement irriguer la vie politique serait insupportable à des millions d'Américains. Et ils ne seraient pas les seuls dans ce cas. Dans n'importe quel pays, le financement étranger des élections est vécu comme une ingérence inacceptable, ses bénéficiaires étant facilement qualifiés de traîtres à la nation.

Dans le cas de la françafrique, c'est le règne du sourire amusé et du cynisme. « Un secret de polichinelle », réplique-t-on à celui qui s'étonne du fait que les déclarations de Giscard aient finalement l'effet d'un pétard mouillé. « Règlement de comptes de la part d'un homme politique qui n'a jamais digéré sa défaite de 1981 », ajoute-t-on comme pour mieux déconsidérer l'auteur de l'aveu et donc l'aveu lui-même. Cela devrait être une affaire d'Etat, ce n'est qu'une péripétie destinée à alimenter les colonnes de la presse satirique. Voilà ce qu'est aussi la françafrique ! C'est une réalité intégrée qui n'indigne guère les bonnes consciences républicaines.

Un président étranger finance la vie politique française, exige, et obtient, la tête d'un ministre de la Coopération qui voulait justement s'attaquer à la françafrique, et tout cela se fait sans turbulences ni polémiques. Comment expliquer cela ? Bien entendu, il y a plusieurs raisons. Mais il y en a deux qui sont rarement avancées et sur lesquelles il est utile de s'attarder un peu. La première concerne le fonctionnement des médias. Dans les rédactions, et quoi qu'on en dise en Afrique, nombre de journalistes qui couvrent ce continent ont toujours essayé de faire éclater la vérité et de pointer du doigt les dessous inadmissibles de la françafrique, dessous où le transfert de valises bourrées d'argent pour arroser les partis politiques français n'est qu'un travers parmi tant d'autres.

Mais ces journalistes doivent composer avec une autre corporation, celle des journalistes politiques bien décidés à garder leur monopole et à ne surtout pas s'aliéner un microcosme qui les nourrit d'anecdotes et de petites phrases. Si la françafrique n'a jamais été élevée au rang de scandale national, c'est parce que les journalistes politiques français dans leur grande majorité s'y sont toujours opposés. Et aujourd'hui encore, ce sont eux qui relativisent les révélations de Giscard D'estaing quand ils ne les tournent pas en dérision. Cette caste est prisonnière du monde qu'elle est censée surveiller. Du coup, les spécialistes qui couvrent l'Afrique n'ont plus qu'un seul moyen pour informer : ils écrivent des livres, dont certains sont implacables vis-à-vis de la françafrique mais dont, malheureusement, l'impact vis-à-vis de l'opinion publique reste encore limité.

L'autre raison peut paraître plus subjective. Si cet argent qui vient d'Afrique pour financer les élections mais aussi pour alimenter le marché immobilier hexagonal, les boutiques de luxe et les grands hôtels, ne pose visiblement aucun problème, c'est peut-être parce qu'il existe un inconscient français qui estime que ces millions pour ne pas dire ces milliards d'euros appartiennent à la France. C'est cette conviction de bon droit plus ou moins affichée qui met en rage les Africains et les fait dénoncer, parfois de manière confuse, cet héritage pesant et direct de la colonisation.

Et le plus dur dans l'affaire est d'arriver à dissocier les deux. Quand les Africains s'en prennent à la françafrique, nombreuses sont les personnalités françaises, des politiques mais aussi des intellectuels, qui soupirent d'un air entendu en disant : « ils nous parlent encore de la colonisation ». En réalité, il ne s'agit plus de colonisation mais d'une nouvelle forme de domination et de captation de richesse d'autrui qui passent par le soutien à des dirigeants peu scrupuleux vis-à-vis du bonheur de leur peuple.

par Akram Belkaïd

Quarante ans après, Alger recouvre son statut de capitale de la culture africaine


Quarante ans après, Alger abritera la deuxième édition du Festival culturel panafricain, du 5 au 20 juillet prochain, dans un nouveau contexte historique et politique marqué par les efforts entrepris pour le développement et la volonté de prendre en charge les crises internes dans le continent. Ainsi, Alger recouvre ainsi son statut de capitale de la culture africaine. En 1969, elle avait accueilli la première édition du Panaf dans des conditions à l'époque caractérisées par la lutte des mouvements de libération nationale aspirant à l'indépendance et l'affranchissement du joug du colonialisme. Quatre décennies après, l'Algérie organise un deuxième festival dans un cadre où priment de nouvelles priorités et de nouveaux défis pour l'Afrique qui doit mettre en valeur ses nouvelles réalités culturelles, portées vers la renaissance et le développement. L'Algérie a été chargée par l'Union africaine (UA) d'organiser ce festival, lors du sommet d'Addis-Abeba en Ethiopie, en février 2008, une entreprise qu'elle compte réussir avec la même ferveur ayant marqué la première édition.
Le premier festival s'était tenu dans "le contexte du mouvement d'émancipation" et avait mis l'accent sur "les réalités de la culture africaine et son rôle dans la libération nationale, la consolidation de l'unité africaine et le développement économique et social de l'Afrique", a fait remarqué le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, le 27 mai dernier, à l'occasion de la journée de l'Afrique. Le festival de 1969 avait eu lieu avec la participation de plusieurs pays qui subissaient encore l'ignominie du colonialisme, à l'instar des mouvements de libération d'Angola, de Namibie, de Guinée Bissau et du mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud, qui avaient trouvé à Alger une tribune pour revendiquer leurs droits à l'autodétermination. L'Algérie fraîchement émancipée de 132 ans de domination coloniale, à la faveur d'une guerre de Libération nationale héroïque, était un exemple pour tout le continent.
Le manifeste culturel panafricain, adopté à Alger en 1969, soulignait clairement que "pour les pays africains qui se sont libérés ou pour ceux qui sont en conflit armé avec les puissances coloniales, la culture a été et demeure une arme de combat", ajoutant que "dans tous les cas, les luttes armées de libération ont été et sont, par excellence, des actes culturels". Déjà, à cette époque, le manifeste considérait la culture comme un "moyen dynamique d'édification de la nation, au-dessus des visions tribales ou ethniques" et "de l'unité africaine, au-dessus de tout chauvinisme". Le contexte ayant changé, l'Afrique libérée — en dehors du Sahara occidental qui demeure le dernier territoire à décoloniser dans le continent — les priorités résident aujourd'hui dans le développement et le dépassement des conflits internes. Pour M. Messahel, le deuxième festival se veut "une contribution à la renaissance et au renouveau", mais aussi l'expression de la "volonté de l'Afrique de concilier son action avec les exigences de l'histoire", qui se traduit "à travers les efforts consentis pour promouvoir la culture et donner une forte impulsion à la renaissance culturelle".
49 pays membres de l'UA vont prendre part à la deuxième édition du festival, durant lequel 5.000 artistes et hommes de culture vont animer les espaces culturels d'Alger et d'autres villes du pays, afin de montrer le nouveau visage d'un continent "en devenir".
"Cette culture, longtemps condamnée par le colonialisme à l'exotisme et vouée à la solitude des musées, se veut aujourd'hui l'expression vivante du monde. Ce monde dans lequel nous voulons prendre place. L'avenir que nous avons mission d'édifier est dominé par les problèmes du développement et du progrès", une sentence et une feuille de route du manifeste culturel panafricain de 1969, qui demeure d'actualité pour le "renouveau" africain à Alger, du 5 au 20 juillet.

MAROC-MACHINE À PROPAGANDE (MAP) ET SERVICES SÉCRETS DU MAKHZEN


L'agence de presse officielle marocaine condamnée en Espagne

Bête noire du gouvernement marocain et du makhzen, le journaliste Ali Lmrabet vient de gagner le procès intenté au chef du bureau de Madrid de l'agence officielle, Maghreb Arabe Presse (MAP), Saïd Ida Hassan.

Un tribunal d'Almeria a condamné Saïd Ida Hassan et la MAP à 12 000 euros d'amendes pour diffamation et atteinte à l'honneur du journaliste Ali Lmrabet. N'écoutant que son «patriotisme», IDA Hassan s'était rendu de Madrid à Almeria en avril 2005 pour bizuter une conférence sur l'immigration que donnait Lmrabet à l'université d'Almeria. Le correspondant de la MAP n'y est pas allé par quatre chemins. Il avait pris la parole en se présentant comme correspondant de la MAP et membre du Syndicat national de la presse marocaine pour faire le procès du journaliste. Il l'a accusé d'avoir écrit dans un journal espagnol que «tous les Marocains résidant en Espagne étaient des terroristes». Ce que le journaliste avait oublié est qu'il était en Espagne et qu'il serait dans l'obligation d'apporter les preuves de ses assertions devant un tribunal. Ali Lmrabet a estimé que le chef de bureau de la MAP était en mission commandée, qui n'avait rien à voir avec son métier de journaliste, l'avait attaqué en justice en exigeant qu'il fournisse à la justice l'article où il aurait accusé les Marocains vivant en Espagne d'être des terroristes. L'article n'existait pas bien entendu et Ali Lmrabet trop bon journaliste et trop respectueux des Marocains pour écrire une telle ânerie. L'assertion faite en public était clairement du dénigrement à l'encontre d'un journaliste en rupture de ban et interdit d'exercer dans son pays. Le fait que ces accusations viennent du chef du bureau de l'agence de presse officielle montrait clairement une confusion entre journalisme et police politique. Le chef du bureau de la MAP a d'ailleurs récidivé en prenant la parole pour insulter le militant sahraoui, Ali Salem Tamek, lors du Forum social de Barcelone. Le service d'ordre du Forum l'a expulsé de la salle. La victoire de Lmrabet est totale. Le Tribunal a condamné Saïd Ida Hassan et l'agence MAP qui n'ont pu produire l'article en question à payer solidairement 12.000 euros à Ali Lmrabet, à publier la sentence dans deux journaux espagnols et à assumer les frais de justice.

La victoire d'Ali Lmrabet est d'autant plus totale qu'en février 2008, la cour d'appel de Madrid avait débouté le même chef du bureau de la MAP ainsi qu'un de ses collègues, Mansour Madani, actuellement correspondant à Paris, à propos d'un article de Lmrabet dans El Mundo, intitulé «une armée de mouchards». Lmrabet y accusait les journalistes de servir d'informateurs aux services marocains. Condamné dans un premier jugement, Ali Lmrabet a gagné en appel le procès qui lui était intenté par les journalistes de la MAP.

La MAP et les services marocains

Au sujet des liens entre l'agence MAP et les services marocains (DGED), la cour d'appel a donné raison à Lmrabet. «La relation entre l'agence d'information marocaine, MAP, et la direction générale d'études et de documentation, DGED, est suffisamment prouvée sur la base des reportages déjà publiés dans d'autres médias de communication de ce pays (Maroc), et qui sont présents dans ces actes», avait estimé la cour d'appel espagnole. La cour d'appel madrilène avait condamné aux dépens les deux correspondants de la MAP. Pour rappel, Ali Lmrabet a été condamné en 2003 à quatre ans de prison ferme pour «outrage à la personne du roi», «atteinte à l'intégrité territoriale» et «atteinte au régime monarchique». Il a été gracié en janvier 2004 avec six autres journalistes. En Avril 2005, Lmrabet, qui exerce au journal espagnol El Mundo, avait été condamné par un tribunal de Rabat à une amende de 50.000 dirhams et à dix ans d'interdiction d'exercer le journalisme. On lui reprochait un reportage sur les Sahraouis à Tindouf. Et, surtout, une déclaration à un hebdomadaire marocain où il estimait que les Sahraouis n'étaient pas séquestrés à Tindouf et pouvaient se déplacer librement. Un sacrilège portant atteinte à un élément central du discours-propagande marocain sur le Sahara occidental.

par M. Saâdoune

La recherche d'une solution au problème du Sahara occidental est sur le bon chemin (Ross)


La recherche d'une solution, par les Nations unies, au conflit du Sahara occidental est sur le "bon chemin", a souligné mercredi à Alger l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental, Christopher Ross.

"Je crois que nous sommes sur le bon chemin pour procéder à la prochaine étape dans la recherche d'une solution à cette grande question", a déclaré à la presse M. Ross à l'issue d'un entretien avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika, en présence de Abdelkader Messahel, ministre délégué algérien chargé des Affaires maghrébines et africaines.

M. Ross a qualifié de "très bonnes" ses discussions avec le président Bouteflika, ajoutant que "beaucoup d'aspects liés à la situation dans la région, y compris, bien évidemment, la question du Sahara occidental", ont été abordés lors de ces discussions.

Xinhua

Sahara occidental : la quête d'une solution


L'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental Christopher Ross a estimé que la recherche d'une solution au conflit du Sahara occidental était sur le "bon chemin", à l'issue d'une entrevue mercredi à Alger avec le président Abdelaziz Bouteflika. "Je crois que nous sommes sur le bon chemin pour procéder à la prochaine étape dans la recherche d'une solution à cette grande question", a déclaré à la presse M. Ross cité par l'agence algérienne APS.

M. Ross a qualifié de "très bonnes" ses discussions avec M. Bouteflika au cours desquelles ont été abordés "beaucoup d'aspects liés à la situation dans la région, y compris bien évidemment la question du Sahara occidental", a-t-il dit.

Les négociations entre le Maroc et le Front Polisario, entamées en juin 2007 sous l'égide de l'ONU, n'ont donné aucun résultat. Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été annexé en 1975 par le Maroc, qui propose un plan de large autonomie sous sa souveraineté, refusant toute indépendance.

Le Polisario réclame un référendum d'autodétermination dans lequel l'indépendance serait l'une des options.

Par AFP

Le Polisario attend avec intérêt la visite de Ross dans la région


Le Front Polisario attend avec intérêt la visite dans la région du représentant personnel du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental, M. Christopher Ross, a indiqué, samedi à Alger, M. Mohamed Sidati, membre du secrétariat national du Front Polisario.

«On parle de nouveau d'une visite dans la région du représentant personnel du secrétaire général de l'ONU. Nous l'attendons avec intérêt et impatience», a déclaré M. Sidati, qui participait à une rencontre de Task Force coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui. «Nous allons voir tout ce qui est de nature à débloquer la situation concernant le processus de décolonisation des territoires occupés du Sahara occidental», a-t-il indiqué.
Il a souligné que cette visite sera l'occasion d'»entamer des rencontres informelles pour des négociations directes en vue de la mise en application de l'autodétermination du peuple sahraoui».
«Le Front Polisario et le peuple sahraoui seront toujours présents et coopéreront étroitement avec les Nations unies à ce sujet», a-t-il ajouté. Néanmoins, a-t-il précisé, «le peuple sahraoui est déterminé à défendre ses droits par tous les moyens légitimes». M. Sidati a indiqué que le processus de décolonisation est dans une impasse en raison de la volonté du Maroc de continuer à le bloquer. «Le secrétaire général des Nations unies et son représentant personnel au Sahara occidental tentent de faire avancer les choses, mais le Maroc parvient toujours à y faire obstacle en créant des entraves», a-t-il ajouté.
«Cette politique de blocage est doublée d'une politique systématique de violation des droits de l'homme dans les territoires illégalement occupés du Sahara occidental découlant du piétinement du droit essentiel et fondamental, à savoir le droit à l'autodétermination».

R. N.

Christopher Ross de nouveau dans la région Après Alger, il est aujourd'hui chez le Front Polisario


L'envoye personnel du secrétaire général des Nations unies, Christopher Ross, en tournée depuis hier au Maghreb, est attendu aujourd'hui dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf.

«M. Ross sera reçu par le président Mohamed Abdelaziz et les membres du secrétariat national du Front Polisario» a affirmé l'ambassadeur sahraoui à Alger, Brahim Ghali. Contacté hier par téléphone, ce dernier a déclaré que «le Front Polisario escompte que cette deuxième tournée de Christopher Ross soit porteuse d'espoir pour le re-lancement du processus des négociations sous l'égide de l'ONU».

Par la même occasion, M. Ghali a réitéré «l'intention de la partie sahraouie d'adhérer de bon cœur à tout ce qui peut débloquer la situation concernant le processus de décolonisation du Sahara occidental». «Nous adhérons à tout ce qui peut aboutir à la résolution du conflit, pour peu qu'il obéisse aux résolutions des Nations unies qui sacrent le droit légitime du peuple sahraoui à l'autodétermination», a-t-il ajouté.
Cette visite de l'émissaire de l'ONU est la seconde depuis sa nomination officielle en janvier dernier en qualité d'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans la région, chargé du dossier du Sahara occidental.
Son objectif, selon Brahim Ghali, est le «lancement des rencontres informelles destinées à amener les deux parties au conflit à se réunir de nouveau autour de la table des négociations et pour un cinquième round». La tenue de ces rencontres avaient été décidée à l'issue de l'étude, au mois d'avril denier, par le Conseil de sécurité de la question sahraouie.

Après sa rencontre avec le Front Polisario, Cristopher Ross se rendra en Mauritanie puis au Maroc. Hier, il avait été reçu à Alger par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Rappelons que la première tournée de M. Ross dans la région a eu lieu au mois de février dernier, elle avait concerné les camps de réfugiés sahraouis, le Maroc, l'Algérie, l'Espagne et la France. Cette seconde visite inclut la Mauritanie.

Habiba Ghrib

Conflit du Sahara occidental Christopher Ross reçu par Bouteflika


L'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental, Christopher Ross, a déclaré que la recherche d'une solution par les Nations unies au conflit du Sahara occidental est sur le bon chemin.

A l'issue de l'audience que lui a accordée le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en présence d'Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Ross a qualifié de très bonnes ses discussions avec le président de la République, ajoutant que «beaucoup d'aspects liés à la situation dans la région, y compris, bien évidemment, la question du Sahara occidental», ont été abordés lors de ces discussions.»Je crois que nous sommes sur le bon chemin pour procéder à la prochaine étape dans la recherche d'une solution à cette grande question», a-t-il conclu à la presse. C'est la deuxième visite dans la région qu'effectue le nouveau médiateur de l'ONU dans le dossier du Sahara occidental.
Le mois de février dernier, Christopher Ross avait fait une tournée préliminaire pour faire son constat et proposer aux deux parties en conflit, le Front Polisario et le royaume du Maroc, une feuille de route à suivre pour relancer les négociations sous de bons auspices.
Les deux parties ont réaffirmé leur position. Le Maroc s'en tient toujours à son plan d'autonomie comme base de discussions, alors que les représentants de la RASD rejettent dans la forme et dans le détail cette conception, la jugeant d'ailleurs contradictoire avec les résolutions du Conseil de sécurité, du droit international et des engagements antérieurs du Maroc et dont l'ensemble des règles déterminées prêtent le droit au peuple sahraoui à l'autodétermination à travers un référendum. Cette deuxième tournée intervient quelques jours après la réunion à Alger de la Task Foce EUCOCO englobant les comités et les associations d'europe solidaires avec le peuple sahraoui. Christopher Ross devrait arriver aujourd'hui aux camps des réfugiés de Tindouf pour des discussions avec les responsables sahraouis dont le président de la RSAD, Mohamed Abdelaziz.

Y. M.

Sahara Occidental: Ross à Alger pour relancer le processus de Manhasset


L'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara Occidental, le diplomate américain Christopher Ross, s'est déclaré mercredi à Alger confiant dans la recherche d'une solution au dossier de décolonisation dans ce territoire occupé depuis 1975 par le Royaume chérifien. Après avoir discuté avec le président Bouteflika des voies et moyens de dégager ce dossier du bourbier dans lequel il a été enfoncé par le Maroc depuis la fin du cessez-le-feu en 1991, le diplomate américain a souligné dans une déclaration à la presse que «la recherche d'une solution par les Nations unies (à ce conflit) est sur le bon chemin». Le déplacement à Alger de M. Ross est d'abord dicté par la nécessité de consultations avec l'Algérie sur l'organisation et la reprise du processus de discussions, dit de Manhasset.

Ce processus avait été interrompu brutalement après des déclarations tendancieuses de l'ex-représentant du SG de l'ONU, le diplomate néerlandais Peter van Valsum qui avait douté de l'issue positive de ce conflit. M. Ross est donc venu à Alger écouter et discuter des modalités de reprise des discussions de Manhasset entre le Front Polisario et le Maroc. «Je crois que nous sommes sur le bon chemin pour procéder à la prochaine étape dans la recherche d'une solution à cette grande question», a affirmé le représentant de M. Ban Ki-moon.

Selon des sources proches du dossier, le passage à Alger de M. Ross, déjà attendu par les Sahraouis et les Marocains, devrait donner des signaux forts pour l'amorce d'un 5è round de négociations entre les parties au conflit.

De son côté, le Front Polisario avait déclaré samedi dernier «attendre avec intérêt» la visite dans la région du diplomate US. M. Mohamed Sidati, membre du secrétariat national du Front Polisario a indiqué que «on parle à nouveau d'une visite dans la région du représentant personnel du SG de l'Onu. Nous l'attendons avec intérêt et impatience», avant de préciser que «nous allons voir tout ce qui est de nature à débloquer la situation concernant le processus de décolonisation des territoires occupés du Sahara occidental». Selon M. Sidati, «cette visite sera l'occasion d'entamer des rencontres informelles pour des négociations directes en vue de la mise en application de l'autodétermination du peuple sahraoui». Il ajouté que «le Front Polisario et le peuple sahraoui seront toujours présents et coopéreront étroitement avec les Nations unies à ce sujet», mais, il a averti que «le peuple sahraoui est déterminé à défendre ses droits par tous les moyens légitimes».

Par ailleurs, au sein de la direction politique du Front Polisario, on estime que la question des droits de l'Homme dans les territoires occupés doit être dorénavant prise en charge par la communauté internationale. L'intégration de la question de la surveillance des droits de l'Homme dans le mandat de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) est ainsi devenue une nécessité par rapport à la situation dans les territoires occupés par le Maroc.
Cette demande a été formulée par le président de la Coordination européenne des comités de solidarité avec le Sahara occidental (EUCOCO), M. Pierre Galand, ainsi que par M. Mohamed Sidati, lors d'une rencontre de la «Task Force EUCOCO», élargie au groupe de travail de défense des droits de l'Homme dans les territoires sahraouis occupés. Pour M. Galand, il est temps d'intégrer dans le mandat de la Minurso la surveillance des droits de l'Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental. «C'est une demande qui a été déjà engagée, il y a deux ans, suite à l'Intifada entamée en 2005 par les Sahraouis, pour protester contre la violation des droits de l'Homme par le Maroc et réaffirmer leur droit à l'autodétermination», a estimé M. Galland, qui a ajouté que c'était la première fois, au sein même du Conseil de sécurité de l'ONU, que la question de l'élargissement du mandat de la Minurso s'était posée, déplorant le fait qu'elle n'a pas abouti «à cause du droit de veto français sur cette question». L'EUCOCO a pour mission d'élargir la mobilisation des opinions publiques autour de l'insertion de cette question au sein du mandat de la Minurso, étant donné les rapports de violation avérée des droits de l'Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental émis par des organisations internationales des droits de l'Homme, notamment Human Right Watch ou Amnesty International. Mais, dans l'intervalle, les efforts des Nations unies et ceux de l'envoyé personnel de M. Ban Ki-moon pour le Sahara occidental sont de favoriser la reprise du processus de Manhasset, pour approfondir les discussions autour de l'avenir politique de ce territoire selon le principe de l'autodétermination.

par Mahrez Ilias

Christopher Ross reçu par le Président de la République: « Le règlement du conflit du Sahara est en bonne voie »


L'envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies au Sahara Occidental, M. Christopher Ross, a déclaré, hier, à Alger, que le règlement du conflit entre le Maroc et le Sahara Occidental, est en bonne voie.
Dans une déclaration à la presse, à l'issue de l'entrevue avec le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, en présence de M. Abdelkader Messahel, Ministre Délégué Chargé des Affaires Maghrébines et Africaines. « Je crois que nous sommes dans la bonne voie, pour le règlement de ce grand conflit », a annoncé M. Ross, qui a qualifié la discussion, en tête à tête, avec le Président de la République, « d'excellente », pendant laquelle plusieurs points ont été abordés, notamment la situation du Sahara Occidental.
La visite, de l'envoyé spécial, du SG de l'ONU, dans la région, s'inscrit dans le cadre des efforts de l'ONU, pour trouver une issue satisfaisante aux deux parties.


Par B.S/Traduit par R.K

Le Maroc et le Polisario commentent différemment cette tournée.


Le Matin du Sahara écrit : "La tournée de Christopher Ross lui donnera l'occasion, en effet, de mesurer combien le Maroc reste attaché à l'esprit de l'ONU dans cette affaire. Et à quel point notre pays déploie sa bonne foi et sa sincère mobilisation afin de favoriser un règlement définitif et durable. L'émissaire des Nations unies, qui connaît la région, n'ignore pas non plus que sa mission constitue également une ultime chance et qu'une entente maroco-algérienne peut seule présider à un règlement concerté où il n'y aura ni vainqueur ni vaincu, où les apparences seraient saines et sauves, enfin le Maghreb gagnera en responsabilité et en cohésion. C'est finalement la région du Maghreb qui reste la victime désignée de ce blocage qui dure maintenant plus de trente-cinq ans, c'est le voisinage et l'amitié entre les peuples du Maroc et d'Algérie qui sont sacrifiés sur l'autel de cette irascible incompréhension qui tient de l'absurde."

" La communauté sahraouie «attend de la part des Nations unies qu'elles poursuivent leurs efforts et assument leur responsabilité pour la mise en application de la légitimité internationale de l'autodétermination». répond, mardi dernier, l'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en Algérie. M. Brahim Ghali expliquera, pour la énième fois, que le peuple sahraoui n'est nullement disposé «à prendre part à des négociations vides qui n'aboutiront à aucune solution»Le droit du peuple sahraoui à disposer de lui-même est inaliénable. C'est la conviction de tout un peuple.

S.D.

Christopher Ross: "La recherche d'une solution à la question du Sahara occidental est sur le bon chemin"


La recherche d'une solution, par les Nations unies, au conflit du Sahara occidental, est sur le "bon chemin", a affirmé hier à Alger l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental, M. Christopher Ross.
"Je crois que nous sommes sur le bon chemin pour procéder à la prochaine étape dans la recherche d'une solution à cette grande question", a déclaré à la presse M. Ross à l'issue de l'audience que lui a accordée le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, en présence de M. Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines.
L'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU qui a qualifié de "très bonnes" ses discussions avec le Président de la République, a ajouté que "beaucoup d'aspects liés à la situation dans la région, y compris, bien évidemment, la question du Sahara occidental", ont été abordés lors de ces discussions.

Le représentant du SG de l'ONU pour le Sahara occidental reçu par Abdelaziz Bouteflika. L'optimisme de Christopher Ross


Christopher Ross effectue une tournée dans la région pour rencontrer les principaux acteurs impliqués dans la question du Sahara occidental en vue de sortir de cette situation «de blocage et d'impasse» comme l'a qualifiée le front Polisario.

L'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental vient d'entamer une nouvelle tournée dans la région. Christopher Ross a, ainsi, fait escale hier à Alger ou il a été reçu en audience par le président de la république, Abdelaziz Bouteflika. «Je crois que nous sommes sur le bon chemin pour procéder à la prochaine étape dans la recherche d'une solution à cette grande question» a-t-il indiqué à la presse à l'issue de cette entrevue. Très optimiste, ce diplomate américain, qui a souligné que plusieurs autres questions ont été abordées, a qualifié de «très bonnes, les discussions qu'il a eu avec le chef de l'Etat. C'est la deuxième fois depuis sa nomination à ce poste que Christopher Ross effectue une tournée dans la région pour rencontrer les principaux acteurs impliqués dans la question du Sahara occidental en vue de sortir de cette situation «de blocage et d'impasse» comme l'a qualifié le front Polisario. Cette première tournée qui lui a permis d'abord de «prendre connaissance des positions et des points de vue des uns et des autres», lui a permis également «de constater une volonté sincère de poursuivre le processus (du règlement du conflit) et de m'aider dans ma mission de la part des deux parties en conflit (Maroc et Front Polisario) ainsi que de la part d'un pays du voisinage»; A la veille de cette nouvelle tournée du représentant personnel de Ban –Ki-Moon, le Front Polisario a déclaré attendre avec « intérêt et impatience» cette visite de Christopher Ross qui, comme la première fois se rendra aussi dans les camps de réfugiés de Tindouf pour rencontrer les responsables de la RASD (République arabe sahraoui démocratique). «Nous allons voir tout ce qui est de nature à débloquer la situation concernant le processus de décolonisation des territoires occupés du Sahara occidental »,a indiqué Mohamed Sidati, membre du secrétariat national du front Polisario qui n'a pas aussi manqué de souligner la volonté du peuple sahraoui de coopérer étroitement avec l'ONU. Les dirigeants sahraouis ne cessent, en effet, d'accuser le Maroc d'entraver le processus de négociations devant conduire à l'autodétermination du peuple sahraoui et ce, conformément aux résolutions du conseil de sécurité de l'ONU.
Le conseil des ministres de la RASD a dénoncé avant-hier «les violations des droits de l'Homme commises par les autorités de l'occupation marocaine à l'encontre de citoyens sans défense et des défenseurs des droits de l'Homme qui sont victimes d'arrestations, d'enlèvements, de torture et de harcèlement ». Le conseil des ministres a , en outre , dénoncé «le pillage des richesses naturelles du Sahara Occidental» tout en rappelant l'entière responsabilité de l'ONU dans la protection des droits de l'homme dans les territoires occupées.
Il est vrai que l'organisation onusienne a fait preuve de «laxisme» à l'égard de l'attitude des autorités marocaines et a toujours refusé de répondre favorablement aux appels des dirigeants sahraouis.
Tout récemment d'incessants appels pour empêcher la tenue d'élections locales dans les territoires occupés sont restés sans suite.


Par : Amine Salama

Christopher Ross, émissaire de l'ONU au Sahara Occidental « Nous sommes sur la bonne voie »


Y a-t-il un signe de règlement mutuellement acceptable du conflit entre le Maroc et le Front Polisario ? L'émissaire des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, affiche un bel optimisme.

Et c'est nouveau ! Hier, au sortir de son tête-à-tête avec le président de la République, il a estimé, en effet, que la recherche d'une solution au conflit du Sahara occidental était sur le « bon chemin ». « Je crois que nous sommes sur le bon chemin pour procéder à la prochaine étape dans la recherche d'une solution à cette grande question », a-t-il déclaré à la presse.

Qu'est-ce qui a pu rendre possible une telle affirmation pleine d'espoir à l'égard d'un conflit qui se joue férocement sur le terrain médiatique via des accusations et contre-accusations ? Difficile de décrypter les motivations de cet optimisme de l'émissaire de Ban Ki-moon, qui est à sa deuxième tournée dans la région.

Un signe, peut-être : M. Ross a qualifié de « très bonnes » ses discussions avec M. Bouteflika au cours desquelles ont été abordés « beaucoup d'aspects liés à la situation dans la région, y compris bien évidemment la question du Sahara occidental ».

Connaissant la position immuable de l'Algérie sur la cause sahraouie érigée en constante nationale, à savoir le respect de la légalité internationale via un référendum d'autodétermination, il paraît peu probable que Abdelaziz Bouteflika ait fait des concessions à son hôte qui auraient justifié ces « très bonnes discussions ».

Il faut concéder tout de même que c'est de bon augure que l'envoyé spécial de l'ONU fasse ce genre de commentaire qui laisse poindre une chance pour la paix dans la région. On est, en effet, très loin de l'alignement sans réserve de son prédécesseur, Peter Van Walsum, sur la thèse marocaine de l'. Le diplomate néerlandais avait fini par confondre sa mission d'arbitre dans ce conflit, où il était censé rechercher une solution consensuelle conformément aux résolutions de l'ONU, en s'érigeant en juge et partie. Christopher Ross, lui, semble plus diplomate en privilégiant ces rencontres informelles, loin des salons inhibant de Manhasset. Il faut croire que les choses « avancent », même si le règlement de ce conflit n'est pas pour demain. Mais le fait qu'il étale aussi publiquement son optimisme sur une éventuelle solution est en soi rassurant et pour le peuple sahraoui et pour le Maroc.

M'hammed Khedad, négociateur sahraoui à Manhasset et coordinateur du Front Polisario auprès de la Minurso, a pris acte de cet optimisme de C. Ross. Dans une déclaration à El Watan à partir des camps de réfugiés, il a estimé que les propos de C. Ross sont « de nature à instaurer une atmosphère propice pour les négociations à venir ». Et d'ajouter : « Nous espérons qu'il en soit ainsi et que toutes les résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale qui réaffirment le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui soient appliquées le plus tôt possible. »

Pour rappel, les délégations du Maroc, du Polisario, de l'Algérie et de la Mauritanie ont pris part, à Manhasset, près de New York, à quatre rounds de négociations sous l'égide des Nations unies depuis juin 2007. Mais depuis une année, le Front Polisario a décidé de mettre fin aux négociations en signe de protestation contre les déclarations de Peter Van Walsum favorables au plan d'autonomie du Maroc. L'impasse avait abouti à la non-reconduction du mandat de Walsum, le 21 août 2008.

Par Hassan Moali

La MAP en ébullition


Que se passe-t-il au sein de la MAP (Magreb Arabe Presse, agence officielle du Maroc) ? Son directeur Ali Bouzerda, que l'on dit proche de Fouad Ali El Himma, se livre depuis quelques jours à un bras de fer contre le chef du bureau de Madrid, Saïd Ida Hassan. Tout a commencé le 5 juin lorsque celui-ci a reçu une décision le relevant de sa fonction de chef du bureau l'invitant à rejoindre celui de Tanger. Depuis, Ida Hassan mène une bataille judiciaire et médiatique contre Bouzerda : «J'ai pris contact avec un avocat de Rabat et j'ai l'intention de poursuivre Bouzerda en justice administrative. Je n'ai rien contre la décision du directeur de me faire venir à Tanger ou Rabat, mais c'est le motif qui est surprenant...» En fait, Bouzerda reproche à Ida Hassan de ne pas avoir informé la direction de la date du procès opposant l'agence à Ali Lmrabet, ce qui «est faux, rétorque le chef de bureau de Madrid. Je l'ai informé par mail et par téléphone...» Contacté par Le Journal hebdomadaire, Ali Bouzerda est resté injoignable. Affaire à suivre.

MAROC-MACHINE À PROPAGANDE (MAP)


Le journaliste Ali Lmrabet fait condamner l'agence de presse officielle Maghreb Arabe Presse (MAP) en Espagne



Le journaliste Ali Lmrabet fait condamner l'agence de presse officielle Maghreb Arabe Presse (MAP) en Espagne

Le chef du bureau de la MAP, Saïd Ida Hassan, ainsi que l'entité publique marocaine l'agence de presse officielle MAP (Maghreb Arabe Presse), ont été condamnés mercredi dernier par un tribunal d'Almeria (Andalousie, sud de l'Espagne), à 12 000 euros pour « diffamation » et « atteinte à l'honneur » du journaliste Ali Lmrabet.

Cette condamnation fait suite à une « action » de M. Ida Hassan qui, en avril 2005, avait fait un voyage de 650 kilomètres, de Madrid à Almeria, pour assister à une conférence sur l'immigration donnée par Lmrabet à l'Université d'Almeria.

Durant la conférence, Saïd Ida Hassan s'était levé en se présentant comme le « correspondant de la MAP en Espagne » et « un membre du Syndicat national de la presse nationale (SNPM)» et avait injurié Lmrabet en l'accusant d'avoir écrit dans un journal espagnol que « tous les Marocains résidant en Espagne étaient des terroristes ».

Considérant que cette intervention n'était pas fortuite et que le comportement du correspondant de la MAP ne cadrait pas avec les objectifs d'une agence de presse dont le but premier est d'informer le citoyen marocain, Ali Lmrabet a attaqué en justice et M. Ida Hassan et la MAP, dirigée alors par Mohamed Khabachi ; exigeant des deux qu'ils prouvent leurs accusations en fournissant au tribunal l'article dans lequel il aurait traité les immigrés marocains de « terroristes ».

Il vient d'obtenir entière satisfaction. Le tribunal d'Almeria a condamné Saïd Ida Hassan et l'agence de presse officielle MAP, qui n'ont à aucun moment pu démontrer leurs assertions, à :

1 / payer solidairement à Ali Lmrabet la somme de 12 000 euros,
2 / publier la sentence dans deux journaux espagnols,
3 / régler les frais liés aux instances, actes et procédures de cette plainte.

Cette sentence, il faut le signaler, est une première dans les annales de la MAP. C'est, en effet, la première fois que cette agence de presse est condamnée par un tribunal. Surtout qu'il s'agit d'une juridiction indépendante.

Il faut rappeler qu'en février 2008, la Audiencia Provincial de Madrid (Cour d'appel) avait débouté le chef du bureau de la MAP, le même Saïd Ida Hassan et son collègue d'alors Mansour Madani (aujourd'hui en poste à Paris), d'une action en justice contre le même Ali Lmrabet. La cour d'appel madrilène avait condamné aux dépens les deux correspondants de la MAP.

Rencontre entre Moubarek, Bouteflika et Kadhafi. Les dessous d'un mini- sommet au Caire


Le caractère improvisé de la rencontre du Caire entre Moubarek, Bouteflika et Kadhafi laisse planer des doutes sur les objectifs d'une telle opération qui, pour une fois et en un laps de temps, s'est terminée par un consensus. Est-ce peut-être la circonstance secondaire mais aussi prétexte, le décès du petit fils du Reis, qui a forcé les "morceaux éparpillés à se ressouder" aussi vite.

Le calendrier politique de la région en serait pour quelque chose. Le sommet de l'Union africaine qui se tiendra à Syrte (Libye) le 1er juillet et le sommet des Non alignés, à la mi-juillet à Charm Echeikh (Egypte) constituent des étapes importantes dans la vie politique de la région, Afrique et monde arabe, surtout pour l'UE dont les chantiers sensibles ne connaissent toujours pas de solution hormis la crise politique mauritanienne désamorcée. Le contient noir est encore vulnérable et les velléités « guerrières » se sont encore une fois réveillées. Les leaders africains, réussiront-ils, ont-ils les moyens d'en extirper les menaces ? Somalie, Darfour, le Sahara occidental …

Le terrorisme, la pauvreté, la sécurité et surtout comment tirer profit de l'offensive asiatique et occidentale visant les ressources du continent. Le défi du développement inscrit au centre du NEPAD reste encore d'actualité avec un risque de long report en raison de la crise financière mondiale. Raison pour laquelle les leaders africains influents sont appelés à trouver d'autres alternatives. Idem pour les questions sécuritaires utilisées par les puissances comme prétexte pour ingérence et imposer leur puissance militaire. Le règlement des conflits demeure cependant la priorité de l'UA.
De l'autre coté, le sommet des Non alignés, organisation réduite, pendant longtemps, à une symbolique, le contexte actuel pourrait actualiser les principes de sa fondation pour constituer un contre poids aux autres organisations et regroupements régionaux et internationaux. Ce qui va marquer le retour de l'Egypte sur la scène africaine, et par prolongement, dans une éventuelle redynamisation de l'UMA dans laquelle elle est observateur, après avoir joué solo ces dernières années, particulièrement dans le dossier du proche orient au point de devenir le seul interlocuteur direct d'Israël et des Etats-Unis.
L'évocation de la question palestinienne, de la paix au proche orient, démarche impliquant totalement l'Egypte, pourrait participer de la volonté de Moubarek d'associer deux leaders arabo-africains pour faire face au tandem Arabie Saoudite-Jordanie, légèrement en perte de vitesse dans la région, devant d'une part l'Egypte qui a accaparé le premier rôle, et de l'autre, la Turquie qui s'est imposée comme médiateur. Mais, en dehors du soutien de la position de l'Egypte, quelle sera le rôle de l'Algérie et de la Libye dans l'équation proche- orient, sachant qu'ils sont les deux rares pays arabes à refuser la normalisation sans condition avec Israël ? Cela dit, une alliance Egypte-Algérie, Libye sera un facteur déstabilisateur de l'hégémonie saoudienne avec l'avantage d'avoir des relations privilégiées avec la Syrie et l'Iran, deux acteurs incontournables, mais marginalisés dans les plans de paix.
La candidature de Mohamed Bedjaoui à la présidence de l'UNESCO qui a quelque peu miné les relations entre Alger et le Caire a été évoquée, selon des sources. En effet, alors que la majorité des pays arabe dont l'Algérie, même Israël, soutient la candidature du ministre égyptien de la culture, Farouk Housni, l'ancien ministre algérien des AE est sorti comme un trouble fête en annonçant sa candidature sous « la bannière » cambodgienne. Malgré les pressions, Bedjaoui maintient sa position, quitte à disperser les voix arabes lors du vote en octobre prochain à Paris. Situation qui va, encore une fois, illustrer les divisions interarabes.
Ce qui a irrité l'Egypte qui a lancé de son coté une offensive de charme dans d'autres capitales occidentales en faveur de son candidat. Farouk Housni aurait souhaité une candidature arabe consensuelle afin d'imposer pour une fois un président arabe et musulman à l'UNESCO. Avis que ne semble pas partager Bedjaoui qui persiste et signe contre l'avis de l'Algérie et du monde arabe.

Par :Djilali Benyoub

SAHARA OCCIDENTAL-EGYPTE-ALGÉRIE


Dans un message du Président Bouteflika à son homologue égyptien:
"Convergence de vues autour de l'ensemble des questions africaines, arabes et internationales"

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé, jeudi dernier, un message de remerciements au Président égyptien, M. Hosni Moubarak, dans lequel il lui a souligné "la convergence de vues" entre les deux pays autour de l'ensemble des questions africaines, arabes et internationales.
"Il me plaît, au moment où je quitte la terre d'Egypte, de vous adresser mes remerciements pour l'hospitalité dont j'ai été entouré et le bon accueil que vous m'avez réservé", écrit le Président Bouteflika dans son message.

"Je ne manquerai pas de vous exprimer ma satisfaction quant à la convergence de vues que j'ai perçue lors de notre rencontre autour de l'ensemble des questions africaines, arabes et internationales", poursuit le Chef de l'Etat.

"Je reste optimiste quant aux résultats de notre rencontre bénéfique", a poursuivi le Président de la République, soulignant qu'il "ne fait aucun doute que l'échange d'idées auquel nous avons procédé sera d'autant plus conforté par le soutien que nous escomptons tous à la coordination et à la concertation, que nous n'avons eu de cesse d'élargir en vue d'en consolider l'efficience dans notre traitement des questions arabes, africaines et internationales".

"Dans l'attente d'une prochaine rencontre, je prie le Tout-Puissant de guider vos pas, mon frère, dans l'accomplissement de vos missions vers davantage de succès, de prospérité et de bien-être au mieux des intérêts du peuple égyptien frère", conclut le Président Bouteflika.

Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne La Suède, pour la grande joie des Sahraouis




La seule bonne nouvelle de ce somment est que la Suède prend la main et assurera la présidence tournante de l'UE. La Suède refusa de valider les accords de pêche avec le Maroc parce qu'ils englobaient la façade atlantique du Sahara occidental, territoire non autonome, selon l'ONU.

Le grand enjeu de ce sommet est la reconduction, pourtant annoncée du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Si le groupe P.P.E, rassemblement composite des droites européennes, sorti vainqueur du scrutin de juin paraît en mesure d'imposer Barroso, les manœuvres sont effroyables. France, Allemagne et Grande-Bretagne, les puissances de l'Union européenne veulent faire élire le Portugais, chacune selon sa charte nationale et ses intérêts propres. Paris voudrait que Barroso souffle des mots d'encouragement à l'agriculture, Londres au libéralisme et Berlin au non-protectionnisme.
Cependant, les luttes d'influence et d'intérêts ne s'arrêteront pas lors de ce sommet. L'Europe en crise institutionnelle et financière majeure ne veut pas entourer la réélection de Barroso de trop de publicité.L'homme en effet n'est pas en odeur de sainteté auprès des opinions publiques des 27. Opportuniste, caméléon, le Portugais est surtout connu pour ses positions outrageusement proaméricaines. C'est lui, alors chef de gouvernement de son pays, qui organisa la fronde guerrière contre l'Irak. Ce qui lui permit, grâce au pressions et au chantage américains exercés sur l'UE d'obtenir, manu militari la présidence de la très convoitée Commission européenne. Il a fallu sacrifier, comme chacun sait, Guy Verhofsdat, Premier ministre Belge qui faisait consensus au sein des 27. Pour autant, la question Barroso n'est pas la seule lors de ce sommet. La crise financière, les relations avec la nouvelle Amérique de B. Obama, la bataille pour les postes – sensibles – de commissionnaire, le prochain vote Irlandais (ce mois d'octobre) qui doit valider ou non le traité de Lisbonne (mouture de synthèse adoptée à la majorité pour remplacer la Constitution européenne mise à sac pour ce non français et le Nee Néerlandais) sont, aussi, des enjeux majeurs dans ce conciliabule. Le fonctionnement, chaotique des institutions européennes, honni par le citoyen lambda, n'est pas en mesure, ni aujourd'hui ni demain, de dégager un bon et vrai consensus.
Il ne sortira de ce sommet qu'un fragile et précaire accord que chaque Etat membre mettra à la poubelle à chaque fois qu'il se met en contradiction avec l'intérêt national.
Seule bonne nouvelle. La Suède pendra la main de la présidence tournante de l'Union européenne lors de cette rencontre. La Suède, l'un des rares pays européens à avoir refusé de signer des accords de pêche avec le Maroc pour la juste raison que ceux-ci englobaient les eaux territoriale sahraouies identifiées comme non autonome par l'ONU. Nul doute que sous la présidence suédoise, le dossier sera rouvert.

De notre bureau de Bruxelles, Salah Raïs

FRONTIÈRES MARITIMES-EXPANSIONISME DU MAKHZEN


Délimitation des frontières maritimes entre le maroc et l'espagne
Iles Canaries, les frontières de la discorde


L'ONU se penche, le 22 juin, sur l'épineuse question de délimitation des frontières entre les côtes marocaines sahraouies et les Iles Canaries.

I. Harakat

Le torchon brûle à nouveau avec le voisin espagnol. Cette fois-ci, c'est de la délimitation des frontières maritimes entre les côtes sahraouies et l'archipel des Iles Canaries qu'il s'agit.
Rabat et Madrid n'étant pas parvenus à se mettre d'accord sur le tracé desdites frontières, ce sont les Nations Unies, plus précisément la Commission des limites du plateau continental qui se pencheront finalement sur ce dossier à la date du 22 juin 2009.
Suite à la sollicitation de l'Espagne, l'ONU vient en effet d'accepter de jouer le rôle d'arbitre dans cette épineuse question qui envenime depuis plusieurs années déjà les relations entre les deux royaumes.
Ce recours à l'instance internationale sonne presque comme un ultimatum à l'adresse de Rabat.

En réponse au premier rapport déposé par Madrid à l'ONU à ce sujet le 11 mai 2009, le porte-parole du gouvernement marocain, Khalid Naciri, avait, le mercredi 13 mai 2009 à la sortie du Conseil du gouvernement, déclaré que la délimitation des frontières maritimes à partir des Iles Canaries était «une opération importante, technique et complexe qui requiert, naturellement, un accord entre les gouvernements du Maroc et de l'Espagne» et que celle-ci devait se dérouler «dans un esprit d'entente et de dialogue sérieux prenant en considération les revendications naturelles des deux Etats».
Trois jours plus tard, le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, fait officiellement savoir l'opposition catégorique du Maroc «à toute modification des frontières maritimes», tout en soulignant son ouverture à toute proposition de négociation avec Madrid.

Souveraineté

Il faut dire que les réclamations des deux voisins sont pour le moins difficilement conciliables. Madrid estime que c'est la ligne médiane des deux côtes qui doit être prise en compte, autrement dit que les frontières entre l'archipel et le Maroc doivent être fixées selon la règle d'équidistance. D'où sa demande à ce que sa souveraineté soit étendue à 648,2 kilomètres, soit bien au-delà des 370 kilomètres maritimes. Rabat veut pour sa part faire également entrer dans cette délimitation la plaque continentale, ce qui ferait que les limites maritimes marocaines iraient jusqu'à une vingtaine de kilomètres des côtes de Lanzarote, l'une des sept îles principales des Canaries. Et c'est là que le bât blesse.
Non pas tant par susceptibilité patriotique que par intérêt économique et géostratégique: au cas où c'est le point de vue marocain qui est pris en compte, la ligne de démarcation passerait plus près des Iles Canaries que des côtes marocaines, ce qui fait que la plupart des sites de prospection pétrolière espagnols se retrouveraient alors dans les eaux territoriales marocaines.

German shipping company Doehle does it again



This week-end, German shipping company Doehle's vessel 'Sagitta' arrived Colombia with phosphates from occupied Western Sahara. This is the second time this vessel carries out such an unethical transport.


On 20 June 2009, the vessel 'Sagitta' (not the one at the photo above) arrived Colombia with 13.000 tonnes of phosphate rock from El Aaiún, in occupied Western Sahara.

The trade is in violation of international law, according to a 2002 UN legal opinion.

Sagitta (IMO number 9370109) is sailing under Antigua & Bermuda flag and is owned and managed by German shipping company Doehle. It took the vessel 11 days to travel from El Aaiun to Port of Baranquilla, where she discharged the phosphates.

It is not the first time that Sagitta has transported phosphates from Western Sahara. The transcript below from Turkish Strait shows a shipment in March 2008 from El Aaiun to Varna, Bulgaria.

WSRW asks Sweden to take the lead


1 July 2009, Sweden will take on the presidency of the European Council. Western Sahara Resource Watch urges in a letter today the Swedish government to raise the issue of the legality of the EU-Moroccco fisheries agreement.


To the attention of Swedish Prime Minister Fredrik Reinfeldt,

Prime Minister’s Office
Rosenbad 4
SE - 103 33 Stockholm
Sweden

Brussels, 26 June 2009

Dear Sir,

On 1 July 2009, the Swedish government will take over the presidency of the European Council. Western Sahara Resource Watch (WSRW) believes this provides an excellent opportunity to hold substantive discussions on the European position on the issue of Western Sahara.

Given the importance that the further development of the Barcelona Process will have under your presidency, the EU-Moroccan relationship will surely appear on the agenda. Within this process of gradually deepening the political, economical and cultural ties between the European Union and 16 partner countries, including the Kingdom of Morocco, the issue of Western Sahara cannot be overlooked.

WSRW would like to stress that it does not oppose the EU having special ties with Morocco. However, avoiding explicitly raising the issue of Western Sahara in negotiations on advanced cooperation with Morocco, as in the documentation underpinning the process, might possibly endanger the EU’s legal position. Failing to explicitly exclude Western Sahara from the geographical coverage of cooperation agreements with Morocco, be it in the form of an Action Plan or Association Agreement, undermines the EU’s concern to preserve its neutral position vis-à-vis the Western Sahara conflict. Not addressing Morocco's continuing occupation of Western Sahara in defiance of UN resolutions becomes a political act in itself and can lend legitimacy to Morocco’s untenable claims over the country.

The current EU-Moroccan Fisheries Partnership Agreement serves as an example. As the Agreement does not define the geographical area of application, it allows European vessels to plunder the rich fisheries in Western Saharan waters. This was entirely foreseeable as Morocco occupies and claims Western Sahara as part of Morocco sovereign territory and exploits Western Saharan resources in defiance of the international legal principles applicable to natural resources in Non-Self-Governing Territories. The Agreement has led Ambassador Hans Corell to state:

“As a European I feel embarrassed. Surely, one would expect Europe and the European Commission - of all - to set an example by applying the highest possible international legal standards in matters of this nature. Under all circumstances I would have thought that it was obvious that an agreement of this kind that does not make a distinction between the waters adjacent to Western Sahara and the waters adjacent to the territory of Morocco would violate international law.”

WSRW is convinced that the EU presidency provides Sweden with an excellent opportunity to raise the issue of Western Sahara at the European level. Although the matter is controversial, the debate on the legality of the EU-Moroccan Fisheries Partnership Agreement needs to be re-opened as it is now clear that the agreement is being used to allow European vessels to fish in Western Saharan waters.

We are aware that holding the EU presidency implies a great degree of consensus-building, and it is only right that there are constraints hindering individual Member States from furthering their own national position on contentious issues. Still, Sweden, which does not derive any direct benefit from the Agreement, is in a position to call for discussions on the Fisheries Agreement and wider substantive discussions on the position of Western Sahara in the EU-Morocco relationship.

If the Moroccan status in relation to the European Union is to be discussed further, one cannot leave out reference to the Non-Self-Governing Territory it illegally occupies for over three decades. This would be an injustice to the Sahrawi people, surviving under the harsh conditions of decreasing humanitarian assistance and an inhospitable climate in refugee camps in the Algerian desert. And it would be an injustice to their relatives, living in a climate of fear and intimidation under Moroccan military occupation. This would be an offense to the European peoples, in whose name such an injustice is committed.

Sweden has set an enlightened example as the only country to vote against the Fisheries Agreement. This is why one would look to Sweden to provide the political leadership to realign the European position with international law.

Yours sincerely,


Sara Eyckmans
On behalf of Western Sahara Resource Watch
www.wsrw.org


WSRW is an international network of organisations and activists researching and campaigning the foreign business interests that work with the Moroccan government in the occupied part of Western Sahara. WSRW works in solidarity with the people of Western Sahara and is represented in 21 of the EU countries.

Vessels detained in Western Sahara


2 vessels, one Spanish and one Cape Verdean, have been detained by the Moroccan coastguard after illegal fishing in Western Sahara.


According to several reports in Spanish and French media, the two vessels were taken in by Moroccan coastguard on 20 June 2009.

They were of Cape Verdean and Spanish origin.

According to reports in Spanish media, the vessel 'Nuevo Fransisco Javier', based on Arguineguin, Gran Canary Island, has 7 crew members from the Canary Islands and 2 Moroccans.

The Spanish vessel is fishing under a licence given through the Moroccan-European fisheries partnership cooperation, and they have to pay a fine before leaving. Newspaper 20 minutos mention the fine is at 20.000 euros. Their cargo is confiscated.

The Cape Verdean vessel, 'Martins Fonseca', had a crew of 17 members, all of Cape Verdean nationality, according to AFP.

They were stopped because they fished in a forbidden no-fish zone, according to a source in port of Dakhla that AFP spoke to.

After being stopped by the coastguard, they were taken to Dakhla port, where the two vessels and their crew currently are held.

The stories in Spanish/French media do not mention the fact that the EU-Moroccan fisheries agreement is inself illegal according to international law. Morocco has no right to issue fisheries licences in Western Sahara, which is under Moroccan occupation. Western Sahara is enlisted as an unresolved colonial question by the UN.

The former UN Under Secretary General for Legal Affairs, Mr. Hans Corell, has slammed the EU-Moroccan agreement as illegal.

Unethical Kiwi firms keep straight ahead




From Northport harbour registry:

Despite protests, the New Zealand fertilizer companies Ravensdown and Ballance Agri-Nutrients keep up their unethical imports of phosphates from occupied Western Sahara. Ballance received a shipment last month, while Ravensdown is expecting its next cargo mid-July.

The Greek vessel Oxygen is scheduled to arrive at the Port of Lyttleton in Christchurch on 11 July 2009 at Cashin Quay 2. The vessel is loaded with phosphates from occupied Western Sahara.

The trade is taking place in violation of international law, and despite of repeated protests from Western Sahara Resource Watch.

Oxygen is scheduled to continue 12 July 2009 towards Napier, and then arrive at Ravensdown's berth on 16 July 2009 in Port Otago (Dunedin), where she will stay until 18 July 2009.

The vessel collected its cargo in El Aaiun, Western Sahara, on 1 June 2009. The phosphates in occupied Western Sahara is mined by a Moroccan state company, and in the disregard of the wishes of the local people, despite the fact that Morocco has no right to exploit the natural resources in the neighbouring territory which it illegally occupied in 1975.

This is the second shipment to New Zealand in a short time. On 24 May 2009 another vessel, Courageous, arrived Port of Tauranga from El Aaiun, where she discharged phosphates for Ballance Agri-Nutrients. She continued towards new Plymouth on 28 May.

Courageous stayed in New Plymouth for 21 hours during the 30 May 2009, before ending its New Zealand journey in Port of Bluff. She reached New Zealand after passing through the Panama Canal end April/early May.


Both Oxygen (IMO number 5447359) and Courageous (IMO number 9324617) have the capacity to carry approximately 50.000 tonnes of phosphate rock each. Oxygen sails under Greek flag, and is owned by Greek firm Vita Beta Navigation ENE. Courageous is owned by Maltese firm Starlight Navigation, and seems to be managed by Orion Bulkers, Germany. Agent of Oxygen's arrival to Port of Lyttleton is Southern Maritime Services.

Escalation to full exploration in Smara


Irish oil firms will explore for oil in the Smara area in complete violation of international law.

The first licence in the area around Smara, occupied Western Sahara, was awarded to a group of 3 Irish oil firms in December 2006. The block was named “Zag”.

Now, the work obligations under the reconnaissance licence is said to have been completed.

“As a result of the positive results received from this work the Company has successfully negotiated with ONHYM the conversion of the Reconnaissance Licence into a full Exploration Licence beginning in June, 2009”, states San Leon, one of the firms on its homepages.

The other two firms involved in the controversial deal are Island Oil and Gas, and Longreach. Western Sahara Resource Watch and Frente Polisario have on numerous occasions protested the involvement, but to no avail. WSRW first protested to Island Oil and Gas on 13 December 2008, the day after they signed their first agreement.

According to a story from Moroccan state news agency MAP, the renegotiated Zag agreement covers 21672,5 square kilometres. This is approximately the same size as the Zag block which was known from earlier (21807 sq.km). In the MAP release, it is also informed that the Zag block is subdivided into 11 smaller permits, “Zag 1 to 11”.


Illegal

The concessions of a full exploration licence inside the Non-Self Governing territory of Western Sahara is in complete violation of international law, as established by the UN legal office in 2002.

"If further exploration and exploitation activities were to proceed in disregard of the interests and wishes of the people of Western Sahara, they would be in violation of the principles of international law applicable to mineral resource activities in Non-Self-Governing Territories", the opinion concluded.

Irish Minister for Foreign Affairs, Mr. Micheál Martin TD, hopes the Irish oil company Island Oil and Gas would respect international law.

"I would hope that any Irish company operating abroad would have due regard to the principles of international law and the rights of indigenous peoples", Irish Minister for Foreign Affairs, Micheál Martin TD, said in a question in the Irish parliament last year when asked how the government views the activites of Island.

The licence to San Leon/Island Oil/Longreach was negotiated simultaneously as Island Oil got 2 other blocks in Morocco proper. A press release from Island Oil and Gas 19 June 2009, mentions that a consortium of Island Oil and Gas, Serica Energy and ONHYM were awarded two 8 year petroleum agreements in the areas of Sidi Moussa Offshore and Foum Draa Offshore, both located offshore, some 100 km south west of the city of Agadir.

Something doesn’t add up


Up to 524 square kilometres of Island Oil and Gas acreage are missing in Western Sahara/Morocco.


In a press release on 19 June 2009, Island Oil CEO Paul Griffith’s stated that they had massive exploration areas in Morocco.

“Island now holds exploration permits covering a gross area of 48,331 sq. kms. demonstrating that Morocco forms a key component in our future business development strategy”, Griffith stated

But if you add up Island Oil and Gas’ known exploration permits in Morocco and occupied Western Sahara, you don’t get 48,331 square kilometres, as Island stated, but somewhere between 47,941 or 47,806.

These are the known blocks of Island Oil and Gas:

Zag bassin 21807 sq.km. (or 21.672,5)
Tarfaya 1 2000 sq.km.
Tarfaya 2 1966 sq.km.
Tarfaya 3 1989 sq.km.
Tarfaya 4 1994 sq.km.
Tarfaya 5 2000 sq.km.
Tarfaya 6 1995 sq.km.
Tarfaya 7 1490 sq.km.
Foum Draa/
Sidi Moussa 12700 sq.km.
TOTAL: 47,941 sq.km. (or 47,806.)

Thus, somewhere between 390 and 524 square kilometres are missing in the equation.

There are, logically, 3 possible solutions to the missing (or "extra", depending on how you see it) acreage.

1) Island Oil and Gas has a block in Morocco or Western Sahara which is not accounted for so far 2) the source material (published by ONHYM and the companies themselves) is wrong; 3) the CEO of Island Oil and Gas fails in mathematics.

As WSRW has stated before, Island Oil and Gas has already failed in geography.