quarta-feira, 15 de abril de 2009

Polisario Front asks UN Security Council to take on greater responsibility

In a letter addressed to the President of the United Nations Security Council, Ahmed Boukhari, the representative of the Polisario Front to the UN, refuted Moroccan claims of a Saharawi violation of the 1991 ceasefire and called for the international organization to expand the mandate of the UN Mission for a Referendum in the Western Sahara (MINURSO) and ensure that Morocco comes to the negotiating table with an open mind.

Boukhari s letter was written on behalf of the Polisario Front in response to a statement released by the minister of foreign affairs and the minister of the interior of the Kingdom of Morocco on Friday following a peaceful protest march in the desert.

The ministries of the Moroccan Kingdom released a statement falsely accusing the protestors of possessing weapons and firing shots into the air. The statement accused the Polisario Front of breaking the 1991 ceasefire – which was signed between the Moroccan monarchy and Polisario under the authority of the UN and the African Union (AU) – and requested that the UN take action against the Saharawis.

The protest, known as the International March against the Wall of Shame, was arranged by the National Union of Saharawi Women (UNMS), the Saharawi Youth Union (UJSARIO) and a group of Spanish students known as Consciencia Saharaui, or Saharawi Conscience. Over 2,000 international activists took part in the demonstration.

During the protest, a group of Saharawi youth approached the Moroccan-built wall that separates the Western Sahara in two. The young Saharawis tore up barbed wire fencing and hurled rocks towards the wall. Their approach ended in tragedy, however, when one of the demonstrators stepped on an anti-personnel landmine, losing his foot and injuring several others.

In Boukhari s letter (included below), the Polisario representative expresses his solidarity with the victims families, calls on the UN to protect human rights in the occupied territories of the Western Sahara and encourages the Security Council to pressure Morocco to de-mine and withdraw its troops from the Western Saharan territory.

New York
13 April 2009

Mr President,

Following official instructions, I have the honour to bring the following to your attention:

On 10 April, a peaceful demonstration took place before the military wall erected by Morocco in the very heart of our country, a symbol of what the General Assembly resolution 34/37 described as a “military occupation”, which gathered hundreds of human rights defenders, artists and intellectuals and representatives of both Sahrawi and international civil society groups. Several young Sahrawis were wounded as a result of the explosion of an antipersonnel mines planted by Morocco in the Territory and one of them has lost his foot.

The POLISARIO Front, which has expressed its sympathy and solidarity with the wounded and their families, considers that this tragic incident highlights the urgent need for Morocco to put at the disposal of the United Nations and European NGOs, such as Landmine Action, all the information available to detect, map and deactivate the mines in order to ensure that the lives of Sahrawi civil population and others as well as the huge flow of cattle that often roam the area are effectively protected from the risk created by the absence of sufficient demarcation of the fields that are believed to be infested with about 5 million antipersonnel landmines.

Contrary to the official and public allegations of Morocco, it was not a military activity or action. It was a huge peaceful demonstration carried out by Sahrawi civilians and foreigners who were neither armed nor equipped with any mine detectors and did not fire a single shot. International media were present there.

Morocco violates systematically human rights in Western Sahara and exploits illegally the natural resources of the Territory in which it does whatever she pleases under the protection of an illegal occupation that persists in blatant defiance of the resolutions of the General Assembly, the Security Council, the African Union and the Non-Aligned Movement.

Morocco is certainly in no good position to request the United Nations to shoulder any responsibility after it has sabotaged all efforts deployed by the Organisation throughout three decades, and particularly in relation to an incident that it has deliberately distorted to present it as a breach of the ceasefire.

The terms of the military agreements signed by the two parties with MINURSO are crystal clear, and it has been indicated in several reports of the Secretary-General that Morocco did not respect them, the same as it did not respect the terms of the main mandate that the Security Council gave, in its resolutions 650 (1990) and 680 (1991), to MINURSO to hold the self-determination referendum in Western Sahara, which is an inseparable element of the ceasefire currently in force.

Morocco should give better proofs to the international community that it is motivated by a sincere political will to cooperate with the United Nations in the just and lasting solution of the conflict created by its prolonged occupation of our country, instead of engaging in diversionary activities aimed at diverting the attention from what is essential.

Firstly, and given the urgency prompted by facts documented and evidenced by different international organisations, the decisive proof that cannot be postponed is to allow MINURSO to include in its mandate the issue of human rights in the Territory. If the two parties claim that they do not have anything to hide from the international community, this inclusion should not pose major difficulties and the Security Council would certainly give it its approval.

Secondly, to accept the political and military confidence-building measures that were proposed to the two parties during the negotiations held in Manhasset to help reduce the growing tension and to protect the innocent lives of civilian residents, illegal immigrants and visitors to the region from the mine-infested fields.

Lastly, to go to a possible resumption of the direct negotiations with an open spirit, in good faith and without pre-conditions that could affect the framework or the substance and objectives of the process of peaceful solution that was initiated within the ambit of resolution 1754 (2007).

I shall be grateful to you, Excellency, if you would bring the content of the present letter to the attention of the Members of the Security Council.

I avail myself of this opportunity to renew to you the assurances of my highest consideration.

Ahmed Boukhari
Representative of the POLISARIO Front

Le peuple sahraoui souhaite le soutien du Mexique pour la décolonisation du Sahara occidental

Mexico, Le ministre délégué auprès du MAE chargé de l’Amérique latine, El Haj Ahmed Barikalla a déclaré, mardi que le peuple sahraoui souhaite un soutien du Mexique, qui assure la présidence actuelle du Conseil de Sécurité de l’ONU, afin d’exiger au Maroc le respect du plan de paix qu’il a signé avec le Polisario sous les auspices de l’ONU depuis 18 ans pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple du Sahara Occidental.

"Nous espérons que le Mexique au cours de sa présidence du Conseil de sécurité de l'ONU, agisse en faveur de la défense du droit international, conformément à sa position traditionnelle de lutte pour la souveraineté, l'autodétermination et l'indépendance des peuples, afin d'intervenir en faveur des droits de l'homme des Sahraouis ", a précisé le diplomate sahraoui.

Il a en outre salué la position de principe de soutien du Mexique à la lutte que mène le peuple sahraoui depuis plus de 35 ans pour son autodétermination et son indépendance.

Le ministre délégué auprès du MAE chargé de l’Amérique latine, El Haj Ahmed Barikalla se trouve depuis quelques jours en visite officielle au Mexique, afin d’informer les autorités mexicaines des derniers développements de la question du Sahara Occidental, rappelle-t-on.

Un parti politique espagnol demande à l’ONU d’assumer la protection des droits de l'homme des Sahraouis

Madrid, Le parti politique espagnol, l’Union Progrès et Démocratie (UPD), a demandé à l’ONU "d’inclure en urgence" dans le mandat de la MINURSO la "protection active des droits de l’homme de la population civile sahraouie soumise à l’occupation illégale marocaine" du Sahara occidental.

Dans une lettre adressée au président en exercice du Conseil de sécurité, l’UPD demande que "dans l’attente de la tenue d’un référendum d’autodétermination juste et contraignant au Sahara occidental (…), le conseil doit adopter en urgence la décision d’élargir le mandat de la MINURSO à la protection active de la population civile sahraouie, vivant actuellement sous le contrôle de facto des forces d’occupation marocaines, pour faire face à toute violation de ses droits".

"La MINURSO doit avoir également l’obligation d’évaluer régulièrement la situation des droits de l’homme au Sahara occidental", ajoute l’UPD dans un communiqué rendu publique mardi .

Le parti de Rosa Diez, une ancienne dirigeante du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE, au pouvoir), a exprimé, par ailleurs, sa "profonde solidarité" avec les jeunes sahraouis blessés récemment par l’explosion d’une mine antipersonnel, lors d’une manifestation internationale dénonçant le "mur de la honte" séparant le Sahara occidental.

Dans ce contexte, l’UPD considère que si la "responsabilité de cette tragédie incombe exclusivement au Maroc qui, depuis le début de son occupation illégale du Sahara occidental en 1975, a semé le territoire avec cinq millions de mines antipersonnel, il n’en demeure pas moins que l’ONU doit fournir, elle aussi, des explications sur ce qui est arrivé, en raison de la passivité de la MINURSO (…)", conclut le communiqué.

Le Polisario et le Maroc d'accord pour une réunion préparatoire à un 5e round des négociations directes (Ban)

New York (Nations unies), Les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc, ont consenti à tenir une réunion préparatoire à un 5e round de négociations directes, indique mardi le secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, dans son rapport au Conseil de sécurité sur le Sahara occidental.

M. Ban Ki-moon précise que son envoyé personnel pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, "a proposé aux parties qu'au moins une petite réunion préparatoire informelle soit organisée, ce à quoi elles ont consenti".
"Comme il semblerait, au vu des consultations tenues jusqu'ici, que la situation ait peu évolué depuis le dernier cycle de négociations, il faudrait, pour qu'un cinquième cycle de pourparlers aboutisse, procéder à des préparatifs minutieux", écrit-il.

M. Ross, qui a effectué une première visite dans la région en février dernier, a estimé que "les positions des parties demeuraient très éloignées sur les moyens de parvenir à un règlement politique juste, durable et mutuellement acceptable prévoyant l'autodétermination du peuple du Sahara occidental", selon M. Ban Ki-moon.

C'est que le Maroc veut imposer sa proposition d'une "large autonomie" du Sahara occidental, sous sa souveraineté, et refuse de discuter de toute autre option, se plaçant à contrario des résolutions des Nations unies qui insistent sur "une solution politique" garantissant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, avait estimé le Front Polisario.

Le Front Polisario, qui rejette la proposition marocaine, parce qu'elle consacre "le fait accompli" au Sahara Occidental occupé depuis plus de 33 ans par le Maroc, demande l'organisation d'un référendum d'autodétermination, sous l'égide de l'ONU, qui laisserait aux électeurs sahraouis le choix entre trois options : rattachement au Maroc, indépendance ou autonomie sous souveraineté marocaine.

Dans ce rapport, M. Ban Ki-moon préconise au Conseil de sécurité de demander "à nouveau aux parties de négocier sans conditions préalables et de bonne foi et de faire preuve de volonté politique pour engager un débat de fond et assurer le succès des négociations", comme cela avait été souligné dans les résolutions invitant le Maroc et le Front Polisario à ouvrir des négociations en avril et octobre 2007.

Les deux parties ont tenu 5 séries de négociations à Manhasset près de New York, qui n'ont rien donné de concret, du fait de l'intransigeance du Maroc, qui enfreint délibérément les résolutions onusiennes en cherchant à ne négocier que sur la base de sa seule proposition, qui devient ainsi, un préalable, à prendre ou à laisser, selon le Polisario.

Au sujet de la violation des droits de l'homme, le SG des Nations unies a rappelé dans son rapport que l'ONU "reste toujours engagée à élever le niveau des droits de l'homme", en réitérant son appel aux (deux) parties pour qu'elles continuent à s'investir dans un dialogue suivi et constructif" avec le Haut commissariat des droits de l'homme.

Par ailleurs, il estime que "les incursions" de civils dans la zone tampon ou démilitarisée du Sahara occidental, qui sépare les deux adversaires, "ne sont pas interdites" par les accords de 1991 conclus sous les auspices de l'ONU.
Enfin, il demande au Conseil de Sécurité de renouveler le mandat de la MINURSO pour "une période d'une année", une période fixée antérieurement à six mois seulement.

Le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique. Il est considéré comme territoire non-autonome par l'Onu depuis 1966.

Le Maroc et le Front Polisario ont engagé en juin 2007 des négociations directes, sous l'égide de l'Onu, dont quatre rounds ont eu lieu depuis à Manhasset, près de New York, sans aboutir à une avancée réelle.

Le but de ces négociations, défini par le Conseil de sécurité, est de parvenir à une solution politique au conflit au Sahara occidental, qui respecte le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

Un cinquième round de pourparlers doit avoir lieu à une date qui reste à déterminer.

Un prisonnier politique sahraoui en grève de la faim illimité depuis 10 jours

Ait Meloul (Maroc), Le prisonnier politique sahraoui, Yahya Mohamed El Haafed poursuit une grève de la faim illimité dans la prison locale marocaine Ait Meloul depuis dix jours en protestation contre une agression brutale au côté deux autres de ses compatriotes de la part de l’administration pénitentiaire, a indiqué une source judicaire sahraouie.

"Le prisonnier sahraoui, Yahya Mohamed El Haafed se trouve dans un état de santé "critique" après avoir été transféré dans une cellule "cachot", a regretté sa famille, évoquant que le directeur de la prison a décidé de le priver de la visite.

Les deux prisonniers politiques sahraouis ont subit une agression brutale par des agents de la prison marocaine d’Inzegan au moment où la administration pénitentiaire de cette prison a décidé de les transférer à celle d’Ait Meloul, rappelle-t-on.

Par ailleurs le prisonnier politique sahraoui, Hassan Abdallah qui se trouve encore à la prison marocaine de Ben Slimane, mène également une autre grève de la faim depuis trois jours en raison des mauvais traitements et des dures conditions à l’intérieur de cette prison.

Le Polisario appelle le Conseil de sécurité de l’ONU au démantèlement du mur de la honte

Bir Lahlou (territoires libérés), Le représentant permanent du Front Polisario auprès de l’ONU, Boukhari Ahmed a appelé le Président du Conseil de sécurité, Claude Heller, à agir auprès de Rabat pour le démantèlement du mur de la honte : crime contre l’humanité, érigé par le Maroc au Sahara occidental depuis des décennies.

Le diplomate sahraoui a rejeté les allégations officielles et publiques du Maroc, selon les quelles, ""quelque mille quatre cents personnes, dont des étrangers, … munis d’armes individuelles et de détecteurs de mines ont procédé au tir de plusieurs coups de feu …" , précisant qu’il s'agissait "d'une grande manifestation pacifique, massive effectuée par des civils et des ressortissants étrangers qui n'étaient pas armés, ni équipés de détecteurs de mines anti-personnel, et n’ont pas tiré de coup de feu, du tout en présence des médias internationaux".

Le Maroc viole systématiquement les droits de l'homme au Sahara Occidental, exploite illégalement les richesses naturelles du territoire, et y pratique ce qu’il veut à l'abri d'une occupation illégale qui se poursuit au mépris des résolutions de l'Assemblée générale, du Conseil de sécurité, de l'Union africaine et du Mouvement des pays non alignés, a ajouté M. Boukhari dans sa lettre.

Voici à présent le texte intégral de la lettre dont une copie est parvenue à SPS.

SE M. Claude Heller
Président du Conseil de sécurité
Nations unies
New York, 13 avril 2009

Monsieur le Président

Selon des instructions officielles, j'ai l'honneur de vous informer de ce qui suit:
Le 10 avril dernier une manifestation pacifique a été organisée face au mur construit par le Maroc au cœur de notre pays, un symbole de ce que la résolution de l'Assemblée générale 34/37 catalogue comme une "occupation militaire", qui a réuni des centaines de défenseurs des droits de l'homme, des personnalités du monde de la culture, des médias et de la société civile sahraouie et étrangère. Plusieurs Sahraouis ont été blessés après l'explosion de mines posées par le Maroc sur le territoire, provoquant la perte du pied de l'un d'eux.

Le Front Polisario, qui a exprimé sa sympathie et sa solidarité avec les blessés et leurs familles, estime que ce tragique incident souligne le besoin urgent pour que le Maroc mette à la disposition de l'ONU et des ONG européennes, comme Land mine Action, toutes les informations disponibles pour détecter, identifier et neutraliser les mines, de sorte que les populations civiles et autres Sahraouis, ainsi que le flux de bétail répandu dans la région, ne constituent pas un péril pour leur vie en l'absence d'une délimitation suffisante des champs de mines lorsque Il y a près de 5 millions de mines anti-personnel plantées par les forces d'occupation marocaines.

Contrairement aux allégations officielles et publiques du Maroc, ce n'est pas une activité ni une action militaire. Il s'agissait d'une grande manifestation pacifique, massive effectuée par des civils et des ressortissants étrangers qui n'étaient pas armés, ni équipés de détecteurs de mines anti-personnel, et n’ont pas tiré de coup de feu, du tout. Les médias internationaux étaient présents.

Le Maroc viole systématiquement les droits de l'homme au Sahara Occidental, exploite illégalement les richesses naturelles du territoire, et y pratique ce qu’il veut à l'abri d'une occupation illégale qui se poursuit au mépris des résolutions de l'Assemblée générale, du Conseil de sécurité, de l'Union africaine et le Mouvement des pays non alignés.

Il n'est certainement pas bien placé pour demander à l'ONU d'assumer toute responsabilité pour avoir saboté tous les efforts entrepris par l'Organisation plus de trois décennies, et est donc mal placé pour tenter aujourd'hui de déformer délibérément un acte et le cataloguer comme étant une violation du cessez-le-feu.

Les termes de l'accord militaire signé par les deux parties avec la MINURSO sont clairs et plusieurs rapports du Secrétaire général des Nations unies indiquent que le Maroc ne les a jamais respectés et n’a pas respecté également les termes du mandat que le Conseil de sécurité a octroyé, dans ses résolutions 650 (1990) et 680 (1991), à la Minurso pour l’organisation d’un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental, élément indissociable du cessez-le-feu actuellement en place.

Le Maroc devrait fournir de meilleures preuves pour la communauté internationale qu'il est animé d’une volonté politique sincère pour coopérer avec l'ONU dans le règlement juste et durable du conflit créé par la longue occupation de notre pays, plutôt que de verser dans le divertissement pour détourner l'attention de ce qui est essentiel.

Tout d'abord, compte tenu de l'urgence créée par des faits documentés et prouvés par les différents organismes internationaux, la meilleure preuve de cette volonté sera de permettre à la MINURSO d'inclure dans son mandat, la question des droits de l'homme dans le territoire. Si les deux parties déclarent n’avoir rien à cacher à la communauté internationale, cette inclusion ne devrait pas présenter de difficultés majeures, et elle aura un bon écho au sein du Conseil de sécurité.

Deuxièmement, accepter les mesures de confiance politiques et militaires proposées à leur moment aux deux parties dans le cadre des négociations à Manhasset pour aider à réduire la tension et à préserver la vie des civils résidents, des visiteurs et des immigrants illégaux dans la région de la menace de mines.

Enfin, aller vers une éventuelle reprise des négociations directes avec un esprit ouvert, de bonne foi, sans pré-conditions qui affectent la substance, le cadre et les objectifs du processus de règlement pacifique engagée dans le cadre de la résolution 1754 (2007).

Je vous remercie beaucoup, Excellence, de porter le contenu de cette lettre à la connaissance des membres du Conseil de sécurité.
Je saisis cette occasion pour vous exprimer ma très haute considération.
Boukhari Ahmed

Représentant F. Polisario".