sábado, 28 de março de 2009

Saharawi Journalists’ and Writers’ Union to organize General Assembly 18 and 19 April

The Saharawi Journalists’ and Writers’ Union (UPES) declared in a press release issued Thursday that it will organize its second General Assembly this April the 18 and 19th in the Saharawi refugee camps.

This conference is expected to gather Saharawi journalists and writers members of the Union to elect a new Secretary General and Executive Bureau and to discuss and take decision on different subjects of concern to the members.

The Assembly will also review the result of the work of the four past years and adopt a new plan of action for the coming four years.

The press release also indicated that the Executive Bureau of the Union has adopted a list of the member of a preparing committee for the General Assembly.

Here is the translation of the press release from Arabic to English:

Saharawi Journalists’ and Writers’ Union
Executive Bureau
26 March 2009-03-28

Press Release: UPES’s General Assembly in April 18 and 19, 2009

The Executive Bureau of the Saharawi Journalists’ and Writers’ Union (UPES- in its Spanish abbreviation) met on Thursday 26th March 2009 under the presidency of its Secretary General, Malainin Lakhal, in the seat of the Union.

The meeting evaluated the programs of the Union for the second half of last year and the past three months of 2009. It also discussed the Union’s active participation in the preparations for the Congress of the UGTSARIO (The General Union of the Workers of Saguiat El Hamra y Rio de Oro- Saharawi Umbrella Trade Union), which took place between the 19th and 21st October 2008.

According to the Constitution of UGTSARIO, to which UPES is affiliated, all Saharawi trade unions should organize their conferences by the end of six months after the holding of UGTSARIO’s congress. Therefore, the Executive Bureau of UPES decided to organize its General Assembly this April 18 and 19, and decided to constitute a preparing committee composed of active members of the Union so as they can prepare and prepare for the conference.

The members of the preparing committee are:
- Bachir Mohamed Khalil
- Mohamed Sleima
- Nana Labat Rachid
- Hamdi Hafed
- Hamadi Bachir
- Khadijatu Taher
- Lehssan Bulsan
- Najem Bani
- Sasid Zerwal
- Abeida Salma Taher
- Aichatu Hadia
- Abdallahi Muhamadna
- Sanad Mohamed Smail
- Cheibani Batti
- Abdati Labat Rachid
- Mohamed Khalil Mohamed Salem

In addition to the current Secretary General of UPES, Malainin Lakhal, and the members of the Executive Bureau:
- Salek Muftah
- Saleh Nafa
- Mbarka Mehdi
- Salek Bulam

The Executive Bureau also consider the following members of UPES as annexed members of the preparing committee working from the occupied zones and the Diaspora. These members are:
- Mustapha Abd Dayem (from his prison in Tiznit/Morocco)
- Mustapha Katab (in Syria)
- Dr. Ghali Zbeir (in Egypy)
- Dr. Ali Salem Lefkir (in Russia)
- Sid Hamdi Yehdih (in Spain)
- Brahim Dahi (in Spain)
- Dad Muhamadna (in Spain)

Finally, the Executive Bureau called on the members of the preparing committee to organize their first meeting in the seat of UPES in the Saharawi Ministry of Information this Tuesday 31 March at 10 o’clock a.m.

COSATU refuses to participate to the WSF International Council if it is organised in Morocco

The South African COSATU declared in a press release that it will not participate to the International Council of the World Social Forum (WSF), because it was planned to take place in Morocco, a colonial regime and the only African country which is not member in the African Union.

COSATU sent a message to the Saharawi civil society, in exile and in the occupied territoriers of Western Sahara, to inform them of “its decision not to attend both the WSF IC as well as the African Social Forum Council scheduled for Morocco”.

The South African Embrella Trade Union also indicated that it will raise the importance of developing guidelines for the hosting of international council meetings, either at the Liaison Group meeting or International Council, to avoid this being dictated by those with financial muscles”.

It further called “upon all progressive people of the world to respond positively to the call by the Saharawi people for solidarity and to isolate Morocco until it withdraws from all occupied territories for a lasting and just settlement” of the conflict in Western Sahara.

Here is the complete text of the letter sent last March 17 by COSATU to the members of the Liaison Group of the International Council of the WSF:

Members of Liaison Group 17th March, 2009
International Council
World Social Forum

Dear Comrades,

Next International Council meeting in Morocco and why COSATU will not participate

COSATU notes your decision to delegate Wilhemina to find out if we shall be participating in the coming IC meeting in Morocco .

It shall be recalled that the IC had previously debated the issue of which country should host the WSF 2007, wherein Morocco was proposed by some and COSATU vehemently opposed it. We thought that the IC appreciated the principled basis of our objection. We are disappointed to realise that this is not the case, as later the same issue was discussed and decided much against that principle.

At the previous IC meeting in Belem, Brazil, COSATU could only attend the meeting on the first 1 and half days, thus missing the session during which the issue of the venue for the next IC was decided. Once again, COSATU wish to register that, it would still have vehemently objected to Morocco being chosen as the venue for such an important platform of the global progressive movement, given its policies and occupation of Western Sahara .

We wish to hereby reiterate our stand on this matter. We are opposed to occupation, apartheid and injustice against anyone, anywhere in the world, hence our principled objection in this case. We, the workers and people of South Africa, have ourselves, emerged from years of apartheid and occupation by a viciously racist regime. In this case, we understand very well the pains and suffering of all who are victims of such practices. This is exactly what informs our principled and consistently vocal stand against Israeli occupation of Palestine and our unwavering solidarity with the suffering people of Palestine. We assume this is the very reason why almost all members of the IC are in full solidarity with the people of Palestine too, including social movements from Israel too.

Consistent with this position and principle, COSATU is failing to understand why it cannot apply to the occupied people of Western Sahara, who also deserve justice and solidarity like all of us and from all of us.

Why should we allow an event of such magnitude and standing in the global family of compatriots to be hosted by a country that brutally occupies another, subjecting the peoples of Western Sahara to the most extreme forms of subjugation and dehumanisation, in the same way that apartheid South Africa was doing. To illustrate this further, Morocco, is not even a member of the African union, because the AU recognises the sovereignty of Western Sahara as a country, while Morocco does not.

It would be a shame for anyone claiming to be progressive to associate in any way with such a regime, worst still, to organise an event of such magnitude and posture in such a country, undermining the solidarity appeals of the suffering people in the occupied territory.

COSATU National Office Bearers discussed the coming IC meeting in full recognition of its importance, guided by the federation’s principle of solidarity and consistency in adhering to its resolutions and policies, where they decided that it would be morally wrong, politically opportunistic and an act of daylight betrayal to the cause of justice and solidarity with our comrades, the suffering people of Western Sahara, to participate in an event that might be used to legitimise Morocco.

We call upon all progressive people of the world to respond positively to the call by the Saharawi people for solidarity and to isolate Morocco until Morocco withdraws from all occupied territories for a lasting and just settlement.

COSATU has written to social movements of Western Sahara including those in exile and underground informing them of its decision not to attend both the WSF IC as well as the African Social Forum Council scheduled for Morocco. COSATU will at first opportunity either at the Liaison Group meeting or International Council raise the importance of developing guidelines for the hosting of international council meetings to avoid this being dictated by those with financial muscles.

In solidarity with the people of Palestine and Western Sahara .

Yours Comradely

Bheki Ntshalintshali
COSATU Deputy General Secretary

Bongani Masuku (International Relations Secretary)
Congress of South African Trade Unions
1-5 Leyds Cnr Biccard Streets
Braamfontein, 2017

P.O.Box 1019
Johannesburg, 2000
South Africa

Tel: +27 11 339-4911/24
Fax: +27 11 339-5080/6940
Mobile: +27 79 499 6419
E-Mail: bongani@cosatu.org.za

Le premier ministre en visite de travail à la localité de Tifariti libérée

Chahid El Hafed, le premier ministre, Abdelkader Taleb Oumar est arrivé jeudi à Tifariti, dans les territoires libérés de la RASD, dans le cadre d’une visite de travail de quelques, a-t-on appris de source proche de la délégation.

M. Abdelkader est accompagné d’une délégation comprenant le commandant de la 2ème région militaire, Brahim Ahmed Mahmoud, du SG du ministère de la construction et du repeuplement des territoires libérés de la RASD, Ahmed Becher.

Cette visite s’inscrit dans le cadre du contrôle de l’Exécutif des projets de développements dans cette localité, notamment la construction des logements et l’alimentation en eau potable en faveur de la population de Tifariti et des nomades sahraouis qui l’environnent, selon la même source.

Dans ce cadre la délégation a visité la station hydraulique financée par une organisation italienne, qui débutera à partir d’avril prochain à couvrir les besoins de la population en eau potable, conformément au programme tracé le Gouvernement de la RASD et aux recommandations du 12ème congrès du Front Polisario, tenu en décembre 2007 à Tifariti.

La délégation est accompagnée du représentant de l’organisation italienne et une délégation allemande conduite par l’ancienne eurodéputée, Margot Kessler.

Le Représentant adjoint du Front POLISARIO Danemark reçu au Conseil danois pour les réfugiés

Copenhague (Danemark), Le Représentant adjoint du Front POLISARIO au Danemark, Abba Malainin, a été reçu mercredi par le Secrétaire Général du Conseil danois pour les réfugiés (RDC), Andreas Kamm, a-t-on appris de source proche de la représentation du Front POLISARIO au Danemark.

Les discussions ont porté sur la situation humanitaire des réfugiés sahraouis, à la lumière notamment de la dernière étude menée en 2008 par Médecins du Monde (MDM) et le PAM, en coordination avec le HCR sur les difficiles conditions de santé et de la nutrition dans les camps de réfugiés sahraouis.

Le diplomate sahraoui a également informé le Secrétaire général de (RDC) sur les récents rapports de la délégation ad-hoc du Parlement européen, Amnesty International et Human Rights Watch qui ont dévoilé les graves violations des droits humains perpétrées par le Gouvernement marocain dans les territoires occupés de Sahara occidental.

M. Malainin attiré l'attention de son interlocuteur de "la situation critique" des trois prisonniers politiques sahraouis, en grève de la faim depuis le 12 février 2009 à la prison marocaine de Boulemharez à Marrakech.

Le Conseil danois des réfugiés (DRC) est une organisation humanitaire privée couvrant tous les aspects des questions des réfugiés. Il s’occupe de la protection des réfugiés et des personnes déplacées intérieurement (IDP) contre la persécution et à promouvoir des solutions durables.

Danish Refugee Council est une organisation principale regroupant 30 autres organisations membres.

L’OMCT préoccupée par la détérioration de situation des droits de l’Homme au Sahara Occidental

Chahid El Hafed, Le président de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Eric Sottas s’est dit "profondément préoccupé" par la détérioration de la situation des droits humains dans les territoires occupés du Sahara Occidental, précisant que la "torture ne peut pas en aucun ca être légitime".

M. Sottas qui s’exprimait sur les ondes de la radio nationale,a, dans une déclaration exclusive au programme des "libres derrière les barreaux" condamné la torture et la poursuite perpétrée par les autorités marocaines contre les défenseurs sahraouis des droits de l'homme dans les territoires sahraouis sous occupation marocaine.

Il a également indiqué qu’il suit avec une grande attention la situation des droits de l’Homme au Sahara Occidental, ajoutant que son organisation attend la réponse à la demande formulée aux autorités marocaines pour une visite dans la région.

"Nous sommes en attente d'une réponse et nous espérons pouvoir bientôt visiter la région, si la délégation européenne a attendu plus de 3 ans pour recevoir l'approbation, nous l'espérons, dans les plus brefs délais".

S’agissant du cas de la jeune sahraouie, Hayat Rgueibi, violée récemment par des policiers marocains, le président de l’OMCT a condamné cet acte criminel et inhumain qui s’est produit tout dernièrement à la ville d’El Aaiun occupée.

Plus de 30 personnes arrêtées au cours d’une manifestation pacifique à El Aaiun

El Aaiun (territoires occupés), Plus de 30 personnes ont été arrêtées et des dizaines grièvement blessées ou au cours d’une intervention brutale des forces marocaines contre une manifestation pacifique déclenchée la nuit du mardi à mercredi à la ville occupée d’El Aaiun, réclamant le droit inaliénable de leur peuple à l’autodétermination.

Les forces de répression marocaines ont réprimé sauvagement les manifestants, arrêtant plus de 30 personnes et blessant des dizaines, ainsi que des domiciles ont été littéralement assiégés, selon une source du ministère des territoires occupés et de la diaspora.

Selon un bilan non exhaustif, les forces de répression marocaines ont arrêté les citoyens sahraouis, Nguiya EL Hawassi, Hayat Rgueibi (récemment victime de viol), Jamal El Housseini, Snatu Sbaii, Dagna El Mousawi et Dahba El Jamii, Zahra El Moussawi, Zahra Rais, Lamat Zughmane et Afaf Mohamed Fadel.

Une autre manifestation a eu lieu dans la ville de Smara occupée , réclamant le retrait immédiat de l’occupation marocaine du Sahara Occidental et la libération sans plus tarder des prisonniers politiques sahraouis qui croupissent encore dans les prisons marocaine, dont certains d’entre eux se trouvent dans un état critique de santé en raison de la grève de la faim, notamment à la prison de Boulemharez (Marrakech).

Des défenseurs sahraouis des droits humains empêchés de visiter un prisonnier politique

Ben Sleiman (Maroc), L’administration pénitentiaire de la prison de Ben Sulaiman (Maroc) a empêché, mardi les défenseurs sahraouis des droit humains, Mohamed El Moutawakil et Ali Salem Tamek de rendre visite au prisonnier politique sahraoui, Hassan Abdallah, qui purge depuis 2006 une peine de six ans de prison, pour avoir participer dans une manifestation pacifique, réclamant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, a rapporté une source du ministère sahraoui des territoires occupées et de la diaspora.

Les deux défenseurs, membres du Collectif des défenseurs sahraouis des droits humains (CODAPSO) ont indiqué avoir remis à la direction pénitentiaire, une demande devant leur permettre la visite du prisonnier politique sahraoui, alors que cette demande a été rejetée pour "des raisons judiciaires", selon la même source.

Les deux activistes sahraouis ont estimé que cette décision peut avoir des raisons politiques, sachant qu’ils étaient des ex prisonniers politiques à cause de leurs opinions en faveur l’autodétermination du peuple sahraoui.

LaFEDISSAH estime "d’important" le rapport du PE sur les droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés

Madrid, La Fédération étatique des institutions solidarises avec le peuple sahraoui (FEDISSAH) a qualifié lundi "d’important" le rapport du Parlement Européen (PE) sur la situation des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés, notamment en matière de "clarification" du conflit du Sahara occidental.

L’ONG a également précisé que le rapport souligne une chose "évidente, mais tout aussi importante dans le conflit du Sahara occidental", qui demeure depuis 1963, sur la liste de l’ONU des territoires non autonomes en attente de décolonisation.

"Jusqu'à présent, rien n'a été fait pour prévenir d'autres événements, mais nous devons continuer à insister sur l'évidence de rappeler à notre Gouvernement de continuer à regarder de l'autre côté quand il s'agit de droits humains du peuple sahraoui", a –t-elle souligné.

L’ONG espagnole souligne que le rapport des eurodéputés "ne fait que soutenir" celui élaboré déjà par Human Rights Watch accablant le Maroc, et "confirme une fois de plus la permanente violation des droits de l’homme de la population sahraouie de la part des autorités marocaines qui occupent illégalement le Sahara occidental".

Tout en soutenant la demande du PE sollicitant l’intervention de l’UE devant l’ONU pour que la MINURSO (La mission internationale des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental) puisse superviser le respect des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés, l’Organisation en appelle à l’Etat espagnol et son gouvernement, ainsi qu’aux forces politiques et sociales, à "s’impliquer davantage pour être les garants et défenseurs de la justice au Sahara occidental, en réformant le mandat de la MINURSO dans ce sens".

"C’est la première fois (…) qu’une institution parlementaire européenne reconnaît l’abus constant auquel est soumise la population sahraouie, marqué par les violences et les tortures physiques, les détentions et les procès arbitraires qui cherchent à intimider et faire taire politiquement ceux dont le seul tort est de défendre seulement de manière pacifique leurs droits et aspirations les plus légitimes", avait exprimé la Coordination espagnole des associations de soutien au peuple sahraoui (CEAS) .

Les explications de Moratinos sur le règlement du conflit sahraoui un "défi" à la légalité internationale (Mohamed Abdelaziz)

Madrid, Le président de la République, Mohamed Abdelaziz, a qualifié de "défi à la communauté internationale" les dernières explications du ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, sur le règlement du conflit du Sahara occidental, estimant que la "solution correcte" doit passer par le libre exercice du peuple sahraoui à l’autodétermination et l’indépendance.

"Défendre, d’un côté le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et affirmer de l’autre que l’initiative marocaine est quelque chose de positif est une contradiction de la part de Moratinos. Elle n’est ni réaliste, ni acceptable, voire une position dangereuse en faveur du Maroc, en plus qu’elle constitue aussi un défi à la légalité internationale", a souligné le président Abdelaziz dans une interview mise en ligne mercredi par plusieurs sites espagnols.

"Une fois de plus, Moratinos semble avoir comme seul objectif d’entraver l’autodétermination du peuple sahraoui, une position qui est en contradiction avec la réalité actuelle à savoir, la présence sur le terrain de la Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso), et tant qu’elle soit présente sur le territoire et porte cette appellation, cela signifie que les propos de Moratinos sont un mensonge", a-t-il ajouté.

Dans ce sens, M. Abdelaziz a souligné que "non seulement le Front Polisario défend l’idée du référendum, mais aussi la Minurso au nom des Nations unies". Pour le président de la République, les explications fournies dernièrement par Moratinos aux députés espagnols sur la position de son pays à l’égard du conflit sahraoui constituent une "autre tentative de rééditer la manœuvre de l’Accord tripartite de Madrid de 1975".

Rappelant que "ni le partage du territoire entre la Mauritanie et le Maroc, ni l’accord tripartite ni encore son occupation n’ont réussi à régler le problème", le président Abdelaziz a appelé ainsi l’Espagne et la communauté internationale à "réfléchir et à laisser, au moins pour une fois, le peuple sahraoui choisir librement entre les différentes options, dont celle de l’indépendance", estimant que c’est la "solution correcte" pour mettre fin au conflit.

M, Abdelaziz qui a dénoncé par ailleurs le Maroc qui a renié ses engagements internationaux en faveur de l’organisation du référendum d’autodétermination, s’est déclaré confiant que "tôt ou tard" le Sahara occidental sera indépendant.
"Le fait que le Maroc rejette aujourd’hui le référendum et l’indépendance du Sahara occidental ne signifie pas qu’il ne va pas l’accepter à l’avenir", a-t-il encore dit.

Le président Abdelaziz a rappelé également qu’en 1975, le Maroc avait partagé le Sahara occidental avec la Mauritanie en disant qu’une partie lui appartenait pour ensuite nier cet accord lorsque Nouakchott avait reconnu que c’est un territoire sahraoui.

"Ces tergiversations dans la politique marocaine démontrent son manque de crédibilité et aucun pays dans le monde ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental", a-t-il affirmé.

Après 33 ans de lutte, le peuple sahraoui "est aujourd’hui uni plus que jamais et sa détermination est plus grande dans la défense de ses droits, au moment où la cause sahraouie bénéficie de nombreux soutiens", a encore affirmé le président de la République pour qui "l’indépendance de la RASD est une voie irréversible".

"Il est possible qu’il y ait beaucoup d’obstacles sur cette voie, il est possible que le sang coule, et malgré cela, nous poursuivrons la lutte jusqu’au jour où nous verrons une ambassade marocaine à El Aaiun et une autre sahraouie à Rabat, et que s’instaure une véritable coopération entre les deux peuples basée sur le respect et la fraternité", a-t-il souligné.

Le président de la Républiquea relevé, d’autre part, que cette "paix relative ne veut pas dire qu’elle soit définitive ni la fin de la lutte", expliquant que "nous voulons donner une chance à la solution politique, nous sommes en train de mener une résistance pacifique, une Intifada avec des méthodes pacifiques, menée par des jeunes, des femmes, des vieillards et des enfants aussi bien dans les territoires occupés qu’à l’intérieur du Maroc".

Il a rappelé également que si le peuple sahraoui avait accepté le cessez-le-feu en 1991 c’était justement pour "éviter l’effusion du sang sahraoui et marocain, et cela ne veut dire nullement que nous avions échoué ou fait des concessions, bien au contraire tout le monde peut témoigner que nous avons agi de bonne foi pour régler le conflit du Sahara occidental".

"Si demain nous retournons à la guerre, toute la responsabilité incombera au Maroc, car il a fait échouer le Plan de paix de 1991, le Plan Baker ainsi que les rounds de négociations à New York", a-t-il averti en conclusion.

L’AFASPA saisit le Roi du Maroc au sujet des trois étudiants sahraouis grévistes de la faim dans la prison de Marrakech

Paris, Le Président de l’Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (AFASPA), Jean Paul Escoffier, vient de saisir le Roi du Maroc au sujet de la situation de trois étudiants sahraouis en grève de la faim, détenus à la prison de Marrakech.

"Depuis 37 jours, trois étudiants sahraouis conduisent une grève de la faim illimitée à la prison de Marrakech, pour protester à l’encontre de leurs conditions de détention qui ne respectent pas les conventions internationales que le royaume du Maroc a signées", a rappelé Jean Paul Escoffier, dans une lettre adressée au souverain marocain Mohamed VI.

"Ces jeunes gens ont été arrêtés suite à leur participation à des manifestations pacifiques où ils revendiquaient la tenue du référendum d’autodétermination des populations du Sahara Occidental prévu par le Plan de Paix de 1991", a indiqué le Président de l’AFASPA.

Il a précisé que "Brahim Baryaz et Ali Salem Ablagh ont été arrêtés dans la rue de Guelmim le 13 février 2009 où ils ont été tabassés devant la population présente, puis emmenés au commissariat où ils ont été soumis à la torture durant leurs interrogatoires. C’est dans un état lamentable qu’ils ont été conduits à la prison de Marrakech".

Le troisième, "Khalihnna Abul Hassan a été condamné à 2 ans de prison en raison de ses activités syndicales au sein de l’Université".

Le Président de l’AFASPA a estimé que "ces faits illustrent le peu de cas du respect des droits humains dans les commissariats et les établissements carcéraux du royaume marocain" et fait état du désarroi des parents des détenus.

"A ce stade d’un si long jeûne, les familles des prisonniers ont lancé un cri d’alarme compte tenu de la détérioration grave de l’état de santé de leurs enfants", précise-t-il.

L’AFASPA a lancé un appel au Roi du Maroc pour "qu’un drame ne se produise pas", rappelant, dans cette lettre également adressée au Premier ministre et au ministre de la justice marocains, que "ces jeunes, dont deux sont étudiants en Droit et l’autre en Lettres, sont prêts à faire respecter leur dignité et leur droit à exprimer leur opinion, quitte à y perdre la vie".

Le président de la République appelle l’UE au rétablissement de la légalité internationale au Sahara occidental

Bir Lehlou (territoires libérés), Le président de la République, Mohamed Abdelaziz a appelé mardi dans une lettre adressée au premier ministre de la République Tchèque, Mirek Topolanek, lequel son pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, "au rétablissement de la justice et de la légalité internationale au Sahara occidental".

"Notre espoir est grand que l’Europe déploiera tous les efforts nécessaires, afin de favoriser l’avènement, dans le cadre des Nations Unies, d’une solution juste et pacifique au conflit de décolonisation du Sahara occidental", a écrit M. Abdelaziz dans sa lettre aux destinée aux membres de l’UE.

"L’Europe se doit, conformément à la légalité internationale, de s’abstenir de toute décision qui pourrait être considérée comme un encouragement à la persistance de l’occupation marocaine du Sahara occidental à travers des accords illicites de pillage des ressources naturelles ou tout autre arrangement opaque que le Maroc pourrait interpréter comme un consentement à son agression", a averti M. Abdelaziz.

Voici à présent le texte intégral de la lettre dont une copie est parvenue à SPS.

"S.E Monsieur Mirek Topolanek

Premier Ministre de la République Tchèque


Monsieur le Premier Ministre,

L’on ne peut que louer les efforts indéniables de tout le Parlement européen, de la conférence des présidents et surtout des membres de la délégation ad-hoc pour le Sahara occidental qui, malgré les entraves et difficultés de toutes sortes, ont permis la concrétisation de la décision prise "à la suite à la répression des manifestations à El Aaiun de mai 2005", de visiter la région.

Le rapport de cette mission, lève, une fois encore, le voile sur la situation intolérable et injuste que vit, depuis plus de trois décennies, le peuple sahraoui dont une partie endure les affres de l’occupation marocaine, alors que, l’autre, subit les difficultés et le dénuement de l’exil.

Cette situation qui perdure, aux portes de l’Europe, est somme toute, comme écrit dans le rapport de la délégation ad-hoc, "intrinsèquement liée à l’impossibilité, jusqu’à ce jour de résoudre la question de l’exercice de l’autodétermination du peuple du Sahara occidental".

En effet, le Maroc refuse la tenue de la consultation populaire, maintes fois réclamée par la communauté internationale, pour que le peuple sahraoui décide démocratiquement, de son destin ; il poursuit également une politique de répression féroce et étouffe les libertés fondamentales dans les territoires sahraouis sous son occupation.

A cet égard, le rapport de la délégation ne met-il pas en relief, les "atteintes récurrentes aux droits de l’homme, notamment à la liberté d’expression, d’association, de manifestation, de communication et d’accès à la justice".

Monsieur le Premier Ministre,

Nous enregistrons avec considération que le Parlement européen, comme hier le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et des prestigieuses organisations internationales des droits de l’homme comme Human Rights Wach, considère que le respect des droits de l’homme dépend fondamentalement et consubstantiellement de l’exercice, sans contrainte, d’aucune nature, par le peuple sahraoui de son droit imprescriptible et inaliénable à l’autodétermination.

De la même, nous souscrivons entièrement aux propositions contenues dans les recommandations du rapport et notamment la demande faite aux Nations Unies "d’inclure dans leur mandat le monitoring de la situation des droits de l’homme dans la région" et que les Nations Unies "devraient disposer d’accès sans entraves aux populations afin de recueillir des plaintes éventuelles sur le non-respect des droits de l’homme" ; comme nous saluons l’appel à l’Union européenne, " notamment par le biais des Etats Membres qui participent au conseil de sécurité, à travailler dans ce sens".

Monsieur le Premier Ministre,

Les immenses et lourds sacrifices qui ont permis à l’Europe de se délivrer du despotisme et de l’arbitraire qui l’ont mortifié et paralysé pendant des siècles ne peuvent, nous en étions convaincus, que la rendre alerte, sensible et attentive aux cris d’alarme et aux appels de détresse que lui lance le peuple sahraoui.

Notre espoir est grand que l’Europe déploiera tous les efforts nécessaires afin de favoriser l’avènement, dans le cadre des Nations Unies, d’une solution juste et pacifique au conflit de décolonisation du Sahara occidental.

Dans cet esprit, il y a lieu de souligner d’abord, comme l’estime la délégation ad-hoc, qu’un meilleur contrôle du respect des droits de l’homme est un "impératif humain qui pourrait être un vecteur de confiance mutuelle qui facilite les négociations en cours".

Ensuite, l’Europe se doit, conformément à la légalité internationale, de s’abstenir de toute décision qui pourrait être considérée comme un encouragement à la persistance de l’occupation marocaine du Sahara occidental à travers des accords illicites de pillage des ressources naturelles ou tout autre arrangement opaque que le Maroc pourrait interpréter comme un consentement à son agression.

Tout en espérant que l’Union européenne ne ménagera aucun effort pour le rétablissement de la justice et de la légalité internationale au Sahara occidental, veillez recevoir, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération.

Bir Lahlou, le 23 mars 2009

Mohamed Abdelaziz

Président de la RASD et Secrétaire général du Front POLISARIO".

La IIème édition de la ''colonne des 1.000'' pour le démantèlement du mur marocain au Sahara occidental en avril prochain

Chahid El Hafed, Plus de deux mille cinq cent personnes de plusieurs pays européens prendront part à une chaîne humaine, la deuxième du genre, face à un tronçon du mur de séparation érigé par le Maroc au Sahara occidental, pour demander le démantèlement de ce "symbole de la colonisation".

Initialement intitulée la "colonne des 1.000" par ses organisateurs espagnols, cette initiative de solidarité avec le peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermination a dépassé son objectif en terme de participation.

Des Espagnols donc, mais aussi des Italiens, Français, Suisses et Belges arriveront la première semaine d’avril prochain aux camps de réfugiés pour passer la semaine sainte aux côtés des Sahraouis et construire ainsi un mur d’espoir pour les refugiés sahraouis.

A travers de cette édition, les organisateurs adressent un message fort à la communauté internationale "pour une solution juste et durable du conflit, devant permettre au peuple sahraoui l’exercice de son droit inaliénable à l’autodétermination et le retour à sa patrie" sans plus tarder.

Pendant leur séjour, les participants, provenant principalement d’Espagne, mais aussi d'autres pays européens, ainsi que des membres de la "Journée internationale de la femme contre le mur", organisé par l'Union nationale des femmes sahraouies (UNFS), coexistent avec des le peuple sahraoui pour se renseigner sur place de la réalité des conditions de vie de ce peuple contraint à l’exil depuis plus de 35 ans par le Maroc.

Plusieurs manifestations ont eu lieu depuis 2004 devant des tronçons du mur marocain, mais la "colonne des 1.000", initiative d'étudiants de l'université Computense de Madrid, organisée en 2008, en était la plus importante.

Une ONG sahraouie appelle à sauver la vie des prisonniers politiques en grève de la faim à Boulemharez

El Aaiun (territoires occupés), Le Collectif des défenseurs sahraouis des droits humains au Sahara Occidental (CODESA) a lancé un appel pressant aux organisations internationales des droits de l'homme, de par le monde, à "intervenir en urgence", afin de sauver vie des prisonniers politiques sahraouis en grève de la faim depuis six semaines à la prison locale de Boulemharez (Marrakech).

Les p^risonniers politiques sahraouis, Khallihanna Aboulhassan, Ali Salem Ablagh et Brahim Baryaz, diplômés de l'université, Kadi Ayad, sont en grève illimitée de la faim depuis le 12 février, 2009 dans la prison Boulemharez, en protestation contre les conditions inhumaines dans lesquelles ils se trouvent et à être traités comme des prisonniers d'opinion.

La santé des trois prisonniers politiques continue "sérieusement" de se dégrader, a indiqué la même source. Brahim Baryaz et Ali Salem Ablagh avaient perdu la conscience, "sans que les autorités pénitentiaires ne prêtent aucune attention", a regretté le CODESA.

Le CODESA tire de nouveau la sonnette d’alarmes pour une action immédiate devant sauver la vie des trois prisonniers politiques sahraouis et la libération inconditionnelle de tous ceux qui croupissent encore dans les prisons marocaines en raison de leur opinion politique en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui.

ISMUN interpelle la communauté internationale à faire respecter les droits de l’homme au Sahara Occidental

Genève, La Communauté internationale est interpellée en toute "urgence" car "elle ne peut rester, plus longtemps, ni silencieuse, ni passive devant l’injustice énorme perpétrée contre le peuple sahraoui et les conséquences économiques et sociales dévastatrices de l’occupation illégale de son pays par le Maroc", a déclaré l’ ISMUN devant la 10ème session du Conseil des droits de l’homme qui se tient à Genève du 02 au 27mars courant.

Intervenant au nom du mouvement international de la jeunesse et étudiants pour les Nation Unies (ISMUN), M. M’Hamed Mohamed Cheikh, a rappelé que plusieurs rapports confirment que la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental s’est, davantage détériorée ces derniers temps, notamment depuis que le Maroc a accentué, encore plus, le bouclage des territoires, intensifié la répression et procédé à plusieurs arrestations arbitraires.

Les prisonniers politiques sahraouis ont, quant à eux, payé parfois de leur vie la répression systématique qui sévit depuis l’occupation de ce territoire par le Maroc. Plusieurs dizaines de prisonniers politiques sahraouis croupissent encore, sans inculpation ni jugement dans les prisons et centres secrets marocains tandis que les rescapés, d’entre eux vivent avec des séquelles et des maladies qu’ils traîneront toute leur vie, a-t-il ajouté.

La délégation ad-hoc du Parlement européen, qui a pu se rendre du 25 au 28 janvier 2009, à El Aaiun (Sahara Occidental) a demandé expressément l’Union européenne à travailler pour que la MINURSO puisse surveiller le respect des droits de l’homme au Sahara Occidental.

Human Rights Watch avait (HRW) avait recommandé dans son dernier rapport l’extension des prérogatives de la MINURSO à la surveillance des droits de l’homme au Sahara Occidental et à la protection des populations civiles", a indiqué M’Hamed au nom du Mouvement International des Jeunes et des Etudiants pour les Nations Unies (l’ISMUN).

Les graves atteintes aux droits de l’homme sont documentées par plusieurs organisations et institutions internationales dont le Haut Commissariat aux droits de l’homme qui, avait également souligné dans son rapport de 2006, que " toutes les violations des droits de l’homme commises au Sahara Occidental se nourrissent de la non application du droit fondamental qu’est celui de l’autodétermination", a-t-il ajouté.

Pour quelle raison le Haut Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme n’a pas encore rendu public le rapport de sa mission au Sahara Occidental et pourquoi il ne veille pas à la mise en œuvre de ses recommandations, s’est interrogé le diplomate sahraoui.

"Les longues souffrances endurées par le peuple sahraoui par la faute de l’occupation coloniale marocaine ne doivent, en aucun cas, laisser indifférent, la communauté internationale face à ses responsabilités morales et légales par rapport au Sahara Occidental, dernière colonie en Afrique", a-t-il déploré.